ITW Qualcomm : "nous préparons un Snapdragon quad core cadencé à 2,5 Ghz"

18 février 2011 à 12h44
0
00B4000004019676-photo-dsc-0187-qualcomm.jpg
Sur le stand de Qualcomm du Mobile Word Congress de Barcelone, nous avons pu rencontrer Pierre Steiblen, Directeur Général Qualcomm France, Jean Varaldi, Directeur division semi-conducteur ainsi que Fabien Darrigues, chargé des relations publiques France. Les trois responsables nous parlent desmi évolutions futures de leurs processeurs mobiles, et font le point sur les technologies annexes proposées par Qualcomm.

Clubic.com : En dehors d'HTC et Acer, quels sont les constructeurs qui utilisent, ou prévoient d'utiliser vos puces 3G ?

Jean Varaldi : Aujourd'hui, nous avons plus de 30 clients différents qui utilisent des solutions à base de Snapdragon pour un total d'environs 75 smartphones ou tablettes. On compte Samsung (NDLR : cas de l'Omnia 7, par exemple), LG, HTC ou Sony Ericsson, Acer, HP et autres travaillent avec nos solutions.

Équipez-vous toujours 1/3 des téléphones mobiles dans le monde (featurephone et smartphones confondus) ?

J.V. : Sur l'année 2010, nous avons vendu plus de quatre cents millions de chipsets pour un marché d'un milliard cents de terminaux mobiles, nous avons donc dépassé ce ratio.

Quel est votre principal concurrent dans le secteur des puces intégrées à destination des Smartphones ?

J.V. : Aujourd'hui, nous sommes la seule société à proposer une solution intégrée tout-en-un (NDLR : CPU + GPU + multimédia + interfaces sans fil 3G, Bluetooth et Wi-Fi). Même si nous sommes seuls sur le secteur, on peut tout de même dire que nos concurrents directs sont Broadcom, Texas Instruments, Infinéon, ST Microelectronics.

012C000001803416-photo-qualcomm-snapdragon-entre-deux-doigts.jpg
012C000001803418-photo-qualcomm-snapdragon-sur-la-plateforme-de-d-veloppement.jpg

Puce Snapdragon, plate-forme de développement


Tout au long de l'année 2011, quelles sont les fréquences de fonctionnement et nombre de cœurs maximums que vous comptez atteindre ? Quel est votre réponse à la puce Tegra 2 de NVIDIA ?

J.V. : Nous avons fait plusieurs annonces aujourd'hui concernant une solution Snapdragon à un 1,4 GHz mono core. Nous annonçons également une solution double core asynchrone avec laquelle chaque cœur tourne à 1,5 GHz.

Pour ce qui est de la réponse à apporter à Tegra 2, nous avons annoncé une solution quad core équipée de notre dernière génération de processeur qu'on appelle Krait qui tournera à 2,5 gigahertz. Le chip comprend une partie CPU asynchrone dans laquelle chacun des cœurs est cadencé à 2,5 gigahertz de façon indépendante. Le tout est complété par un GPU de dernière génération Adreno 320. Il s'agit d'une plate-forme dédiée aux produits non connectés en 3G qui sera disponible en début d'année 2012. Cette architecture offrira une puissance de calcul quinze fois supérieure et une consommation électrique 75 % inférieurs aux premières générations de SnapDragon.

012C000004019678-photo-dsc-0204-qualcomm.jpg
012C000004019680-photo-dsc-0192-qualcomm.jpg

Stand de Qualcomm au Mobile Word Congress


Quels appareils pourront bénéficier de cette puissance ? Pouvez-vous nous dire quels sont les constructeurs intéressés par ce Snapdragon quad core ?

J.V. : Un certain nombre de produits sont en cours de développement sur les solutions dual core. Il est encore trop tôt pour parler du quad core, mais pour le moment, nous pensons que cette puce sera principalement destinée aux appareils dépourvus de circuit 3G (NDLR : en raison d'une consommation électrique non négligeable).

Pouvez-vous expliquer concrètement ce qui se cache derrière la technologie de Peer To Peer FlashlinQ que vous avez annoncé récemment ?

Pierre Steiblen : En l'état actuel, il s'agit d'un projet de R&D et non d'un produit en tant que tel. FlashLinQ utilise les fréquences TDD (time division duplexing) des opérateurs qui sont encore libres, et permettra à des appareils mobiles de se découvrir dans un rayon d'un kilomètre. Il s'agit vraiment de peer to peer. Dans la pratique, toutes les huit secondes, le mobile cherche s'il a des voisins. Lorsqu'un appareil compatible est détecté, il peut décider de se mettre en contact avec lui pour échanger des donnes avec un débit pouvant atteindre plusieurs dizaines de mégabits seconde.

012C000002898776-photo-dsc-0427-border.jpg
012C000002898778-photo-dsc-0434-border.jpg

Wi-Power de Qualcomm : bientôt chez PowerMat et Duracell ?


Concrètement, quel est le circuit sans fil qui est en charge de ces transactions ? S'agit-il de la puce Wi-Fi ou du circuit 3G ou d'une puce dédiée ?

P.S. Il s'agit bien d'une puce dédiée spécialement à la technologie FlashLinq. Cette dernière agit dans une bande de fréquence de l'opérateur qui est encore libre à l'heure actuelle.

Quels sont les appareils qui bénéficieront de cette technologie ? Comptez-vous l'intégrer sur des appareils haut de gamme ou bas de gamme ? L'intégration de FlashLinq se traduira-t-elle par une augmentation de coût important pour le constructeur du terminal mobile ?

P.S. : Pour l'instant, aucun appareil commercial doté de la technologie FlashLinq n'est prévu. Nous rappelons qu'il s'agit uniquement d'une proposition de projet de R&D qui est proposée aux opérateurs et aux constructeurs qui souhaitent offrir à leurs utilisateurs une solution de peer to peer indépendante d'Internet.

Le principal avantage pour l'opérateur est de pouvoir désengorger son réseau 3G en effectuant les transferts d'utilisateur à utilisateur sans passer par Internet. On peut également imaginer qu'un utilisateur poste une requête (recherche d'un commerce à proximité, par exemple), et que cette dernière soit traitée par le commerçant compétent qui renvoie à son tour les coordonnées de sa boutique. Les applications des FlashLinq sont multiples.

Concernant les coûts, cette question n'est pas d'actualité pour le moment. Dans tous les cas, plus cette solution sera intégrée et moins elle sera coûteuse.

012C000004017874-photo-qualcomm1.jpg
012C000004017876-photo-qualcomm2.jpg


L'année dernière, vous nous avez expliqué qu'une quinzaine de constructeurs dont Acer , Lenovo, AP et Asus allaient développer des smartbooks (NDLR : une sorte de netbook sous Android connecté en 3G) . Aujourd'hui, votre concept de smarbook semble être au point mort, aucun produit n'a été commercialisé en 2010. N'avez-vous pas le sentiment que ce produit a été tué dans l'œuf par les netbooks, et sera enterré définitivement par les tablettes ?

J.V. : Le concept de smartbook reposait sur des produits toujours connectés, avec une autonomie très importante, des produits qui étaient toujours synchronisés, toujours en relation avec le réseau. Cela correspond exactement à ce que sont les tablettes aujourd'hui. La notion de smartbook était associée à un usage et non à un facteur de forme.

Comptez-vous occuper le marché des set top box qui s'oriente clairement vers les plates formes Intel sodaville (Atom CE4100). Avez-vous quelque chose de prévu ? Avez-vous déjà signé des contrats avec des partenaires OEM ?

J.V. : Nous observons le marché de la « connected home » de près. Nous disposons effectivement d'un certain nombre d'éléments et de briques technologiques qui peuvent adresser ce marché qui est en cours d'analyse.

012C000004017878-photo-qualcomm3.jpg
012C000004017880-photo-qualcomm4.jpg


Vous proposez également une technologie d'écran couleur pour livre électronique (Mirasol), existe-t-il à ce jour des appareils qui en sont équipés ? Si non, avez-vous signé des contrats avec des constructeurs ?

Fabien Darrigues : À ce jour, il n'y a pas encore de produit commercial sur le marché mais en effet, il est prévu qu'il y en ai qui sortent en 2011. La technologie est toujours en développement, et nous avons réalisé des investissements significatifs pour construire une nouvelle usine à Taiwan qui débutera sa production d'écrans Mirasol d'ici 2012. Je peux tout de même vous dire que nous attendons un produit commercial dans le courant de l'année 2011. En revanche, pour l'heure, je ne suis pas en mesure de vous révéler la nature de notre client.

012C000002898750-photo-dsc-0446-border.jpg
012C000002898752-photo-dsc-0447-border.jpg

Brew MS : un OS mobile signé Qualcomm !


Avez-vous des nouvelles de votre technologie eZone (NDLR : un concurrent de PowerMate testé ici) ? Une produit commercial est-il équipé de cette technologie ?

F.D. eZone porte désormais le nom de Wi-Power, et nous avons passé des accords avec PowerMate qui est numéro un dans ce secteur aux États-Unis pour qu'ils intègrent la technologie Wi-Power dans leurs produits. Nous avons aussi des produits en développement avec Duracell. En revanche, nous ne savons pas encore si ces produits sortiront en 2011.

Merci
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla aurait six ans d’avance technologique sur ses principaux concurrents
Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
Apple refuse que les méchants des films utilisent un iPhone
Combien de GameBoy originaux sont encore dans les stocks de Nintendo ?
Huawei présente le Mate Xs : son smartphone pliant sera disponible en mars pour 2499€
Selon Gary Kasparov, l'intelligence artificielle fera disparaître 96% des emplois
La Commission européenne veut que les batteries de smartphone soient plus faciles à remplacer
Coronavirus : la Chine surveille WeChat et Twitter pour faire taire les critiques
Microsoft détaille les caractéristiques de sa Xbox Series X
Apple supprime l'application iOS de Shadow pour violation des règles de l'App Store

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top