Test Steelseries KANA : une souris ambidextre et minimaliste

Antoine Roche
18 septembre 2012 à 18h28
0
Avec la KANA, SteelSeries propose un produit sobre et ambidextre. Au total opposé de ses souris orientées MMO, la KANA se concentre sur l'essentiel et fait fît des fioritures.

01F4000005380319-photo-souris-blanche-steelseries.jpg


Ergonomie et design

Située entre les modèles Kinzu et Sensei du constructeur en terme de taille, la KANA est plutôt agréable tant à l'œil (dans sa déclinaison blanche tout du moins) que dans la main. Elle se laisse d'ailleurs assez rapidement maitriser. Disponible en blanc et en noir donc, cette KANA est très sobre malgré son plastique brillant sur la majorité du périphérique.

La souris s'avère très légère : seulement 72 g sur la balance. Les clics gauche et droit sont plutôt agréables, tandis que la molette cliquable est relativement quelconque et pas forcément exceptionnelle (notez qu'elle s'éclaire ou s'éteint en fonction de la sensibilité du capteur choisie). Cette sensibilité se modifie à la volée avec le bouton situé sur le dessus du périphérique.

Deux boutons se trouvent sur les côtés de la souris, dont le clic est un peu mollasson d'ailleurs. Celui qui se trouve sous le pouce (l'un des deux, en fonction que vous soyez gaucher ou droitier) est bien placé, tandis que celui à l'opposé n'est cliquable qu'avec une remontée peu naturelle de l'auriculaire. Enfin, le câble USB 2.0 est tressé et les patins et la glisse sont corrects.



Capteur



Le capteur optique embarqué fonctionne à 3600 images par secondes, supporte un DPI maximum de 3200, une accélération maximum de 30 G et la fréquence de l'USB va évidemment jusqu'à 1000 Hz. Elle ne se trouvera ainsi pas prise en défaut même durant les sessions de jeu les plus rapides.

01F4000005380333-photo-souris-blanche-steelseries7.jpg


Pilotes



Les pilotes de la KANA (en anglais) sont corrects mais un peu légers. Dès le premier écran il vous sera possible de passer votre souris dans sa configuration pour gaucher, mais aussi de modifier la fonction remplie par les différents boutons. À noter que le petit bouton central permettant de modifier la sensibilité du capteur n'est pas modifiable et que par défaut les deux boutons sur les côtés servent à aller à la page suivante et précédente dans l'application au premier plan. Reste que les deux clics et la molette peuvent aussi être configurés. Il vous sera possible de remplacer le fonctionnement par défaut par l'exécution d'une application ou le lancement d'une macro (avec prise en compte possible du délai entre les différentes actions). Notons néanmoins que le temps entre ces actions n'est pas configurable et qu'il n'est pas non plus autorisé de lier un bouton à une action (réduire une fenêtre, couper le son, ouvrir le menu démarrer... etc.).

01F4000005369086-photo-kana.jpg


Les deux sensibilités du capteur entre lesquelles vous pourrez alterner à l'aide du bouton sur la souris peuvent être définies dans l'onglet « Settings » des pilotes. Le choix vous est donné entre 400, 800, 1600 et 3200 DPI : dommage de ne pas pouvoir choisir plus précisément. La fréquence USB peut aussi être modifiée, tout comme lle degré d'illumination de la molette (ou l'éteindre) pour différencier l'utilisation de l'un ou l'autre des réglages.

01F4000005369088-photo-kana.jpg


Les pilotes gèrent la sauvegarde de profils, pouvant être liés à un ou plusieurs logiciels ou jeux. Ainsi, vous pourrez attribuer une précision en particulier et des raccourcis adaptés à vos boutons en fonction des utilisations.

01F4000005369090-photo-kana.jpg


Enfin, un système de statistiques est intégré. Celui-ci permet d'enregistrer votre nombre de clics sur chacun des boutons entre le moment de son lancement et de son arrêt. Un brin gadget.

01F4000005369092-photo-kana.jpg


À l'utilisation



La précision et la glisse de la KANA sont bonnes, mais celle-ci demandera un peu de pratique et de configuration pour répondre parfaitement à vos mouvements. En effet, que ce soit sur le bureau ou dans un jeu, il n'est pas toujours évident au début d'atterrir parfaitement à l'endroit désiré avec son curseur. De plus, le revêtement blanc est joli mais se salit rapidement. Les différents crans de la molette, quant à eux, ne sont pas très marqués mais celle-ci ainsi que les autres boutons restent corrects sans être non plus exceptionnels. Les boutons latéraux sont un peu mous et le placement de celui opposé à votre index est difficilement actionnable.

Conclusion



0000009605380321-photo-souris-blanche-steelseries2.jpg
La KANA de SteelSeries est une souris pour joueurs simple mais efficace. Clairement orientée vers les joueurs de FPS et de RTS, les fans de MMORPG passeront leur chemin, la faute à un nombre de boutons léger sur ce périphérique ambidextre. Ce dernier point est d'ailleurs appréciable même s'il rend la souris pas forcément aussi confortable qu'une souris construite uniquement pour les droitiers. Le modèle testé au design blanc et glossy passe bien, même si la souris se salit rapidement (à voir ce qu'il en est de l'autre modèle noir mat). Le prix proposé est raisonnable, même si pour quelques euros de plus il existe des souris un brin meilleures, en terme de facilité de contrôle, de complexité des pilotes et de choix de matériaux.

steelseries KANA

Les plus
+ Ambidextre
+ Légère et précise
+ Plutôt jolie
Les moins
- Pilotes un peu légers
- Salissante
- Boutons moyens
Confort
Précision
Boutons
3


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
scroll top