UK : des chercheurs redémarrent un ordinateur vieux de plus de 60 ans

20 novembre 2012 à 11h55
0
Des chercheurs britanniques doivent redémarrer mardi l'ordinateur d'Harwell, le plus ancien ordinateur à programme au monde, construit en 1949. Sa restauration a duré près de 3 ans.

00FA000005533045-photo-l-ordinateur-d-harwell.jpg
Egalement nommé The Witch - La Sorcière - l'ordinateur d'Harwell a été utilisé entre 1951 et 1957 par le centre de recherche atomique d'Harwell, dans le Oxfordshire. Il était utilisé par les scientifiques dans la réalisation de calculs liés à la recherche atomique, dans le but de réaliser des opérations précises, et sa lenteur était compensée par le fait qu'il pouvait travailler en continu, à l'inverse d'un humain. Bien loin des machines de notre époque, cet imposant ordinateur mesure 2,4 mètres sur 5 mètres, pèse 2,5 tonnes et utilise 900 tubes de comptage décimal, également nommés décatrons.

Après 1957, The Witch a été utilisé pour enseigner l'informatique à l'université de Wolverhampton jusqu'en 1973, année durant laquelle il a été transféré au musée des Sciences et de l'Industrie de Birmingham jusqu'en 1997, année de fermeture du musée. Ce n'est qu'en 2009 que l'ordinateur a été retrouvé en pièces détachées et prêté au musée national de l'informatique de Bletchley Park : là, des chercheurs se sont employés à le remettre en état de fonctionnement. Une restauration coûteuse, qui a motivé le musée à proposer 25 « actions » à 4500 livres sterling (5600 euros) chacune à ses fortunés mécènes et visiteurs, pour leur permettre de contribuer à la remise sur pied de cet ancêtre de l'informatique.

A nouveau opérationnel trois ans après le début de la restauration, l'ordinateur redémarre mardi dans son nouveau lieu d'accueil. « L'équipe de restauration du musée a fait un superbe travail pour faire fonctionner l'ordinateur à nouveau, et il se révèle déjà être un objet de fascination pour petits et grands » a commenté Kevin Murrell, l'un des responsables du musée qui est également à l'origine de la démarche de restauration. « Il est important pour nous d'avoir une telle machine en état de marche, car elle donne une meilleur compréhension de l'état de la technologie dans les années 1940 en Grande-Bretagne » a-t-il ajouté. Bletchley Park pourrait bien devenir un nouveau lieu de pèlerinage pour les férus d'informatique d'un autre âge.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
Un timbre en édition limitée pour célébrer les 50 ans du premier pas sur la Lune
Netflix dévoile des résultats en baisse, notamment dans les pays où les tarifs ont augmenté
scroll top