Comparatif volant PC & consoles : notre sélection des meilleurs volants en 2020

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
04 juillet 2020 à 09h45
0
La Rolls des volants
Le premier prix
Coup de cœur
Fanatec Competition Pack
+ Retour de force impressionnant
+ Précision et confort du bloc volant
+ Pédalier d'excellente facture
Hori Racing Wheel Apex
+ Rapport qualité / prix
+ Design compact
+ Système de fixaction efficace
Thrustmaster TMX Pro Force Feedback
+ Excellente prise en main
+ Réactivité et précision du bloc volant
+ Retour de force convaincant

Comment choisir votre volant ?


De l'importance du retour de force

Au moment de vous décider pour l'achat d'un volant, il y a bien sûr de multiples informations à consulter, de nombreux critères à vérifier. La présence ou non d'un système de retour de force nous semble l'un des principaux éléments à surveiller dans la mesure où cela va conditionner beaucoup d'autres choses, à commencer par le prix du kit. En effet, le retour de force est de manière générale ce qui sépare les produits d'entrée de gamme des modèles plus ambitieux.

Autant être clair d'emblée, un volant dépourvu de retour de force perd une bonne part de son intérêt et les sensations une fois sur la piste s'en ressentent grandement. Il ne s'agit cependant pas d'une obligation et il reste possible de bien s'amuser même sans cette option. Cela dit, opter pour un produit à retour de force n'est pas une fin en soi. Il existe effectivement presque autant de façons de voir le retour de force que de produits disponibles sur le marché.

Ainsi, on retrouve de puissants moteurs capables de vous donner des douleurs dans les avant-bras et des modèles beaucoup plus délicats. Ces derniers seront évidemment moins chers, mais aussi moins convaincants en termes d'immersion. Autre conséquence à bien avoir en tête : un moteur puissant est généralement bruyant, car il s'accompagne d'un ventilateur capable d'évacuer la chaleur générée. Un détail qu'il ne faut pas négliger au moment de l'achat en particulier si votre volant est amené à se trouver dans une pièce partagée avec d'autres personnes.

La compatibilité

Afin de vous simplifier les choses et puisque Clubic est tout de même d'abord un site pour les utilisateurs de PC, tous les modèles retenus dans ce dossier fonctionnent parfaitement sur une machine équipée de Windows 10 et dans la majorité des cas aussi sur Mac OS. En revanche, la question de la compatibilité se pose malgré tout, car, comme vous allez le voir, les choses sont déjà nettement moins simples dès lors que l'on se penche sur le cas des consoles.

Sans que l'on sache très bien si un constructeur est davantage à blâmer que l'autre, il n'existe pas de volants capables de fonctionner aussi bien sur PlayStation 4 que sur Xbox One. Au moment de l'achat et si vous envisagez de faire passer votre volant entre votre PC et votre console, il convient donc de faire très attention. Heureusement, la majorité des constructeurs disposent de modèles officiellement reconnus par Microsoft et par Sony avec, à chaque fois, une compatibilité PC.

Du choix du pédalier

Lorsque l'on parle de volant, on se fixe peut-être un petit peu trop sur le seul bloc volant justement. Certes, il est d'importance ne serait-ce que par la présence de la roue et par son rôle de centrale de branchement. Il n'est toutefois pas seul et vous verrez que plusieurs produits de prime abord intéressants sont sérieusement handicapés par un pédalier moins bien pensé.

Il ne faut par exemple pas négliger le poids de ce bloc pédales qui doit être capable de rester en place même lorsque vous le solliciter violemment avec vos pieds. Il faut également tenir compte de la présence de deux ou trois pédales en fonction de ce que vous souhaitez envisager comme simulation. Enfin, et c'est sans doute plus important que pour le bloc volant : il est préférable d'opter pour un modèle personnalisable sur lequel on pourra modifier l'écartement, la hauteur et l'orientation des pédales : nous n'avons pas tous la même morphologie et cela se ressent finalement bien plus au niveau des jambes / pieds que des bras / mains.

Direct Drive, késako ?

Si vous avez arpenté les forums et autres discussions de spécialistes de la simulation automobile, vous êtes forcément tombés sur cette appellation « Direct Drive » qu'il nous faut maintenant expliquer. Sur les volants de jeu traditionnels, les constructeurs emploient un système de roues, d'engrenages et de poulies pour assurer le bon fonctionnement de l'ensemble. Ils se reposent sur des moteurs aux mieux dits brushless et sont ainsi en mesure d'offrir des sensations intéressantes à des tarifs relativement faibles - encore que - car toutes les pièces sont peu coûteuses.

Problème, du fait des nombreuses pièces, des mouvements « de friction » sont générés et il y a « de la perte ». Plus gênants encore, la multiplication des pièces et les matériaux employés - bien souvent du plastique - ont un impact sur la durée de vie des modèles. Rien de tout cela avec les produits Direct Drive. Comme leur nom l'indique, il s'agit de profiter d'un « entraînement direct » avec un moteur et un axe unique. Il n'y a aucun engrenage, aucune autre pièce pour faire le relai. Dans son fonctionnement, la technologie Direct Drive est pour ainsi dire plus simple que celle embarquée sur les modèles traditionnels.

Plus puissante et plus durable, elle ne semble avoir que des avantages et on se demande alors pourquoi le Direct Drive n'est pas davantage généralisé. La raison en est simple : pour aboutir à des produits fiables, la qualité des matériaux est très importante. Une qualité qui se retrouve sur le prix de vente des pièces et un volant Direct Drive se négocie au moins 1500 euros et encore, nous ne parlons que de la base, sans la roue, le pédalier, les accessoires. Le prix, voilà la raison pour laquelle nous ne recommandons aucun volant Direct Drive dans ce dossier.

Et les options ?

Nous ne voulons pas multiplier les conseils et les avertissements avant l'achat ce qui finirait par devenir contre-productif. ll nous semble toutefois important d'attirer votre attention sur un dernier point : le fait que différents constructeurs proposent des options. Dans certains cas comme chez Fanatec, c'est directement au moment de l'achat sur le site officiel de la marque que l'on choisit de personnaliser son kit afin de prendre tel ou tel accessoire et il est ainsi possible de demander l'adjonction d'un véritable frein à main par exemple !

Dans la majorité des cas cependant, c'est après l'achat que l'on peut modifier ou améliorer le kit que l'on vient d'acheter. Après quelques semaines ou quelques mois de test, on peut par exemple se dire que la roue n'est pas suffisamment grande ou que l'on souhaiterait quelque chose de plus proche des Formule 1. On peut aussi envisager l'ajout d'un boîtier de vitesse par exemple. Il est donc bon de regarder le site du constructeur du volant que vous envisagez afin de vous renseigner sur les possibilités d'évolution future.


S'il est des joueurs qui préfèrent le gamepad, disposer d'un volant constitue cependant une sorte de nirvana pour de nombreux pilotes « assistés par ordinateurs ». Un rêve qui n'est toutefois pas aussi inaccessible qu'il y paraît... même si tout est une question de budget évidemment. Ainsi, et en faisant abstraction des jouets que l'on trouve à vil prix, il est possible de s'équiper en dépassant un petit peu moins de 100 euros. Bien sûr, il reste conseillé d'investir davantage pour profiter d'un produit plus conforme aux exigences de certains. Faisons le point.


Hori Racing Wheel Apex (PC, PS3, PS4), dès 95 €

Hori Racing Wheel Apex


Les plus
+ Rapport qualité / prix
+ Design compact
+ Système de fixaction efficace
Les moins
- Pédalier trop léger
- Aucun retour de force
Figure de proue du marché du stick arcade, Hori ne se limite à pas ce seul accessoire de jeu. Le Japonais fabrique également des gamepads et, c'est ce qui nous intéresse aujourd'hui, des volants. Trois modèles pour être tout à fait exacts avec, à chaque fois, le prix en préoccupation première.

Un objectif : assurer l'essentiel sans ruiner son acheteur

Le carton de l'Hori Racing Wheel Apex trahit d'entrée cette préoccupation première du constructeur : il est beaucoup plus petit que celui des volants que nous avons l'habitude de tester. À l'intérieur, bien rangé, se trouve la pièce maîtresse, le bloc volant. Compte tenu du prix de vente, il ne faut évidemment pas s'imaginer disposer d'un revêtement en cuir ou en alcantara. Reste que le caoutchouc employé par le constructeur remplit parfaitement son office. Il assure une prise en main de qualité, sans glissade particulière et sans transpiration excessive.

Plus regrettable, c'est l'impression de flottement qui domine rapidement. La roue paraît un peu souple et l'absence de retour de force n'y est évidemment pas étrangère : pour le retour au centre, Hori s'est contenté de puissants ressorts qui font le job, mais sans briller, forcément. En revanche, une fois en jeu, on oublie finalement assez vite se manque de fermeté. Le retour de force manque, c'est évident, mais la précision de la roue est intéressante et l'ensemble tient plutôt bien en main, procurant des sensations nettement supérieures à celles d'un gamepad... c'est bien là ce que nous recherchions !

Autre point positif, le système de fixation tient le bloc volant bien en place. Nous vous invitons à laisser de côté les ventouses - pas très fiables - pour exploiter plutôt la mâchoire. Nous ne sommes pas les plus violents des joueurs, mais il ne devrait pas y avoir de problème à ce niveau. Le pédalier est moins convaincant. Constitué de deux pédales, il est plutôt précis et l'écartement est correct quoique non personnalisable. En revanche, que ce bloc est léger ! Nous vous invitons donc à trouver un moyen de le coincer, car même en essayant de bien coller les talons au support - position pas très naturelle au passage - il va immanquablement se déplacer.

Terminons en rappelant qu'Hori ne se contente pas de ce seul Racing Wheel Apex. Il dispose effectivement de trois volants à son catalogue. Le second, baptisé Overdrive, n'est rien d'autre que la version Xbox One de l'Apex dont nous venons de parler. En revanche, l'Hori Wireless Apex diffère davantage puisque, comme son nom l'indique, il permet de se passer du câble : on profite alors d'une plus grande liberté d'action. Pour le reste, le produit est extrêmement proche avec des différences essentiellement cosmétiques. Sans surprise, il est aussi sensiblement plus cher (environ 130 euros).

Hori Racing Wheel Apex : l'avis de Clubic

Sur le marché, vous pourrez trouver des volants encore moins chers que le Racing Wheel Apex de chez Hori. Pour autant, il nous semble constituer le minimum « vital » pour ne pas avoir l'impression de se faire flouer. Il n'est déjà pas parfait avec son pédalier trop léger et l'absence de retour de force, mais autorise une entrée convenable dans le monde de la simulation automobile sans se ruiner.

Thrustmaster Ferrari 458 Spider (PC, Xbox One), dès 95 €

Thrustmaster Ferrari 458 Spider


Les plus
+ Prise en main agréable
+ Système de fixation fiable
+ Palettes confortables
Les moins
- Pas de retour de force
- Pédalier bien trop léger
Pour notre second modèle bon marché, nous nous sommes tournés vers un constructeur autrement plus connu sur le secteur des volants, Thrustmaster. S'il ne renouvelle pas très souvent ses gammes, le Français n'en a pas vraiment besoin avec un petit Ferrari 458 Spider toujours aussi convaincant sur sa gamme de prix, malgré le poids des années.

Un rapport qualité / prix intéressant, malgré des compromis notables

Thrustmaster dispose d'une très large gamme de produits gaming et même d'une très large gamme de volants. Le Ferrari 458 Spider est un produit vieillissant que l'on retrouve au catalogue du Français depuis au moins cinq ou six ans. Pour autant, il n'a toujours pas passé la main et, en réalité, il fait très correctement le travail pour lequel il est prévu. Ainsi, le déballage commence par la découverte d'un bloc volant relativement compact et surtout assez esthétique avec ces inserts rouge feu et le remarquable logo Ferrari en plein centre de la roue.

Le caoutchouc des inserts rouges est là pour garantir une bonne prise en main et même si ce n'est pas toujours ultra confortable, le bilan est tout à fait correct, un petit cran au-dessus du concurrent signé Hori. Nous apprécions la bonne position de toutes les commandes et surtout la présence de palettes d'excellente facture au dos de la roue. Elles sont en aluminium et de bonne longueur. On apprécie aussi la roue qui peut tourner sur 270° - comme chez Hori - et on regrette bien sûr l'absence de tout retour de force, là encore on est au niveau de ce que propose Hori avec son Apex.

On soulignera également la présence d'un bon système de mâchoire pour maintenir le bloc volant sur son support. C'est rapide, efficace et ne devrait pas vous lâcher en cours de route, sans mauvais jeu de mots. Moins convaincant en revanche est le pédalier. Les pédales en elles-mêmes sont plutôt correctes et la surface pour les pieds suffisamment grande. Hélas, la stabilité n'est clairement pas de mise. Le poids du pédalier est insuffisant et sera un défaut d'autant plus gênant que vous essaierez d'y jouer depuis un canapé. Signalons toutefois qu'il s'agit d'un défaut classique sur les produits les moins coûteux.

À la manière de ce que nous avons fait au moment de parler du volant Hori, nous voudrions terminer en évoquant le cas de l'alter ego PS4 du Ferrari 458 Spider. Thrustmaster dispose effectivement d'un volant très similaire à celui que nous vous recommandons ici, mais à destination de la console Sony... et du PC, toujours. Avec le T80 Racing Wheel, oubliez simplement les références à Ferrari et le fameux logo avec son cheval cabré au centre de la roue.

Thrustmaster Ferrari 458 Spider : l'avis de Clubic

Nous le sous-entendions au moment de recommander l'Hori Racing Wheel Apex, nous insistons davantage ici : il n'est évidemment pas question de prendre le Ferrari 458 Spider pour ce qu'il n'est pas. Mais du fait de son prix plancher et d'un bloc volant convaincant, il autorise une première approche convaincante de la simulation automobile, même si vous risquez de pester contre la stabilité de son pédalier.

Thrustmaster TMX Pro Force Feedback (PC, Xbox One), dès 200 €

Thrustmaster TMX Pro Force Feedback


Les plus
+ Excellente prise en main
+ Réactivité et précision du bloc volant
+ Retour de force convaincant
+ Pédalier de bonne facture
+ Roue de 28 cm et rotation à 900°
Les moins
- Relativement bruyant
- Finitions plastiques du volant
- Des câbles un peu courts
Nous restons chez Thrustmaster pour ce troisième modèle, mais nous montons sensiblement en gamme. Le TMX Pro Force Feedback est tout de suite un produit plus ambitieux, plus fringant que les deux modèles précédemment recommandés. Les choses sérieuses commencent.

Un vrai plaisir de pilote... même du dimanche !

Au premier contact avec le TMX Pro Force Feedback et alors qu'il coûte tout de même deux fois plus que le Ferrari 458 Spider du même constructeur, on est un peu déçu par Thrustmaster. En effet, le bloc volant laisse une sensation un peu toc avec ses inserts en caoutchouc qui n'ont guère l'air d'être plus efficaces et ses plastiques qui sonnent creux. Reste que cette impression initiale s'estompe rapidement... en réalité, sitôt que l'on soupèse la bête. Son poids révèle effectivement la présence d'un moteur qui devrait garantir des sensations nettement supérieures à ce que proposaient nos deux modèles d'entrée de gamme.

Sans être un monstre de puissance, le TMX Pro intègre un moteur dit « à balais » qui procure de bonnes sensations. On reste un net cran en dessous du haut de gamme du constructeur, mais les effets sont bien présents et, pour être honnête, cela change tout une fois sur la piste. Notons également la présence de la technologie HEART - pour HallEffect AccuRate Technology - qui garantit une bonne précision au kit Thrusmaster. Si certains joueurs pouvaient émettre des doutes sur l'intérêt d'un Ferrari 458 Spider par rapport à un gamepad, le TMX Pro devrait les faire changer d'avis d'autant que la roue est capable de rotations sur 900°.

Le système de fixation de ce bloc volant est sensiblement identique au petit frère estampillé Ferrari : une mâchoire simple et solide. Pour compléter ce bloc volant, Thrusmaster propose un boîtier de vitesses en option (120 euros tout de même), mais intègre surtout le pédalier T3PA. Doté de trois pédales, il se montre bien plus lourd et convaincant que les modèles précédents. L'écartement des pédales est possible et leur orientation également. Reste que les petits patins sous le pédalier ne seront pas suffisants pour éviter systématiquement que l'ensemble ne glisse : prévoyez une butée !

Un petit oubli de la part de Thrustmaster : la prise casque, dommage. Une fois encore, nous concluons cet aperçu d'un volant en évoquant l'existence d'alternatives, en l'occurrence une version légèrement « allégée ». En effet, Thrustmaster propose le TMX Force Feedback qui fait abstraction du pédalier T3PA pour en proposer un bien plus sommaire. Forcément, le prix du kit est sensiblement revu à la baisse (moins de 160 euros), mais il ne nous paraît pas importun de descendre ainsi en gamme alors que le TMX Pro Force Feedback est un produit remarquablement homogène.

Thrustmaster TMX Pro Force Feedback : l'avis de Clubic

Si nous voulions absolument vous proposer des modèles intéressants à moins de 100 euros, il nous faut reconnaître que ce n'est qu'à partir de ce TMX Pro Force Feedback que notre dossier fait vraiment sens. Thrustmaster ne s'est pas moqué du monde et même si l'appellation « Pro » fera sourire certains, c'est un modèle réellement convaincant qui fait plaisir à chaque coup de volant, à chaque dépassement. À nos yeux, c'est une référence.

Logitech G920 Driving Force (PC, Xbox One), dès 250 €

Logitech G920 Driving Force


Les plus
+ Puissance du retour de force
+ Fixation impeccable
+ Pédalier trois pédales réussi
+ Robustesse globale
Les moins
- Retour de force un peu brutal
- Pas mal bruyant
- Levier de vitesse maintenant en option
Abonné à toutes les sélections, tous les comparatifs de volants depuis des années, Logitech ne manque une nouvelle fois pas le coche avec le G920 Driving Force. Compatible PC et Xbox One, le modèle reprend avec succès une formule inaugurée par les mémorables G25 / G27.

Un produit de référence... depuis plus de cinq ans

Très tôt, Logitech a compris l'intérêt des amateurs de simulations automobiles PC - mais aussi consoles - pour des accessoires plus élaborés, plus convaincants que les « bêtes » gamepads. En son temps, le constructeur avait même fait sensation avec le fameux Momo Force et, plus tard, avec le duo G25 / G27 sortis à quelques années d'intervalle. Le G920 Driving Force est le digne héritier de ces illustres représentants et même s'il n'innove pas beaucoup, il a de nombreux atouts à faire valoir.

Manque d'innovations ? Il est vrai que la base autour de laquelle est construit le G920 Driving Force exploite la même technologie d'engrenages hélicoïdaux. Le retour de force également est sensiblement identique et se repose sur un classique système à balais quand Thrustmaster tente de généraliser des moteurs brushless, sensiblement plus couteux. Reste que pour son tarif de moins de 250 euros, le produit Logitech est remarquablement homogène. Ainsi, la roue de 28 centimètres dispose d'un grip en cuir cousu main qui lui confère une esthétique intéressante tout en assurant une ergonomie irréprochable. Notons également que le revêtement assure une belle protection contre la transpiration. C'est évidemment bien mieux que du caoutchouc.

La position de toutes les commandes est plus à propos que sur les précédents G25 / G27 et les palettes en métal à l'arrière de la roue sont d'excellente facture. L'ensemble est remarquable de précision et s'appuie sur un retour de force particulièrement puissant. Forcément, il est plus bruyant que certains concurrents, mais les sensations sont très intéressantes. Certains regretteront tout de même qu'il puisse être un peu brusque parfois. Le manque d'innovation est encore plus sensible au niveau du pédalier pour ainsi dire identique à celui du G27. Avec ses 3 kilogrammes, il se montre bien stable et même si on regrette de ne pouvoir modifier la course des pédales, il est possible d'en changer l'écartement. Pas de révolution donc, mais un pédalier toujours très convaincant.

Un petit regret tout de même puisque Logitech a maintenant décidé que le boîtier de vitesse serait vendu en supplément (plus ou moins 50 euros). Vous en avez dorénavant l'habitude, nous terminons notre aperçu par un petit commentaire pour évoquer l'existence d'un alter ego au G920 Driving Force. Logitech commercialise aussi le G29, un volant un petit peu différent sur le plan esthétique, mais rigoureusement identique dans son fonctionnement, ses technologies embarquées et, donc, les sentations procurées. Une différence notable bien sûr, il s'adresse aux joueurs PlayStation, mais marche sans problème sur PC également.

Logitech G920 Driving Force : l'avis de Clubic

Logitech continue en quelque sorte sur sa lancée et alors que Thrustmaster multiplie les références afin de toucher divers publics, le Suisse se contente d'un seul produit, simplement décliné en deux versions pour atteindre les joueurs PS4 et Xbox One. Un produit efficace, performant et dont le positionnement tarifaire est cohérent. Difficile de se tromper en en faisant l'acquisition.

Thrustmaster TS-XW Racer Sparco P310 (PC, Xbox One), dès 600 €

Thrustmaster TS-XW Racer Sparco P310


Les plus
+ D'excellentes finitions, à tous les niveaux
+ Puissance et finesse du retour de force
+ Roue de 31 cm. signée Sparco
+ Pas si bruyant qu'on pouvait le craindre
+ Très confortable à l'usage
Les moins
- Pédalier en retrait
- Croix directionnelle perfectible
Après quelques modèles que l'on va qualifier d'accessibles, nous sortons ici l'artillerie lourde, le Thrustmaster TS-XW Racer Sparco P310 n'est clairement pas un modèle destiné au plus grand nombre, il s'agit plutôt d'un produit d'exception qui mérite toutefois que l'on se penche sur son cas... même simplement pour rêver un peu.

Pratiquement ce qui se fait de mieux

Haut de gamme de chez Thrusmaster, le TS-XW Racer Sparco P310 est, pour faire plus simple, du haut de gamme « tout court ». Il s'agit d'une version réalisée en partenariat avec le célèbre accessoiriste Sparco de sorte que l'on profite d'une roue réellement exceptionnelle. Nous tenions à commencer cet aperçu en parlant d'elle, car avec ses 31 centimètres, sa rotation sur 1080° et son revêtement suédine, c'est une petite merveille du genre à vous faire vivre des moments tellement différents. Bien sûr, le confort et l'ergonomie sont remarquables et il faut souligner la position parfaite des différentes commandes.

Le reste du bloc volant est à la hauteur de la roue Sparco . La base, relativement compacte, dispose de très belles finitions même si le mélange des couleurs ne plaira peut-être pas à tout le monde. Pour des raisons de place, nous n'entrerons pas dans tous les détails techniques, mais sachez que le moteur d'une puissance de 40 watts délivre un retour de force de toute beauté, violent quand c'est nécessaire tout en sachant verser dans la subtilité. La précision des contrôles est remarquable et on n'a jamais l'impression de devoir « lutter » pour que telle ou telle instruction soit prise en compte. La conduite ne dépend plus que de notre habileté... et du jeu retenu bien sûr.

Mieux, malgré la puissance du moteur, le bruit reste raisonnable, bien en deçà de ce que peuvent faire les T300RS ou T500RS du même Thrustmaster. En revanche, là où le Français déçoit un petit peu, c'est au niveau du pédalier. On se retrouve effectivement avec le T3PA de notre fabricant national. C'est un produit agréable, mais que l'on avait déjà sur le TMX Pro Force Feedback : en dépensant plus de 300 euros supplémentaires, on pouvait espérer un produit encore plus qualitatif. Ne forçons toutefois pas le trait et ce pédalier fait très correctement le job, c'est juste un peu dommage.

Et voilà, notre aperçu du TS-XW Racer Sparco P310 s'achève avec la recommandation maintenant usuelle : alors que ce modèle est réservé aux PC / Xbox One, Thrustmaster commercialise en effet, une autre déclinaison dédiée cette fois aux PlayStation 4, sachant qu'elle marche aussi sur PC. Le T-GT est assez similaire sur le principe, vous n'aurez donc fondamentalement pas une plus mauvaise - ni meilleure - expérience qu'avec le Sparco. Un détail tout de même, nous avons une préférence pour la roue Sparco justement alors que le T-GT affiche sa licence Gran Turismo.

Thrustmaster TS-XW Racer Sparco P310 : l'avis de Clubic

Doté d'un bloc volant proche de la perfection, le TS-XW Racer Sparco P310 constitue une remarquable vitrine technologique pour Thrustmaster qui montre toute l'étendue de son savoir-faire. Précision, confort, efficacité et robustesse sont les atouts essentiels d'un produit qui ne déçoit finalement qu'au niveau du pédalier, et encore. Un modèle que nous recommandons chaudement, si vous en avez les moyens, bien sûr.

Fanatec Competition Pack (PC, Xbox One), dès 800 €

Fanatec Competition Pack


Les plus
+ Retour de force impressionnant
+ Pédalier d'excellente facture
+ Afficheur LED bien pratique
+ Multiples configurations à l'achat
+ Précision et confort du bloc volant
Les moins
- Prix très dissuasif
- Relativement bruyant
- Finition de la coque en plastique
Moins connu du grand public que les autres noms de ce dossier, Fanatec n'est pourtant pas un nouveau venu. Fondée en 1997, l'entreprise allemande s'est même forgée une excellente réputation parmi les joueurs / pilotes et ce n'est pas le Competition Pack qui va la mettre à mal.

Un monstre d'excellence... de prix aussi !

Autant être clair, ne lisez pas ce qui suit si vous trouviez déjà le tarif du Thrustmaster TS-XW Racer Sparco P310 indécent. En effet, si Fanatec dispose de temps à autre de modèles meilleurs marché (comme ce CSL Elite déjà très intéressant), « accessible » n'est clairement pas le qualificatif qui convient pour ce Competition Pack. Certes, il existe bien un starter kit autour des 550 - 600 euros, mais 1/ c'est déjà particulièrement cher, mais 2/ ce n'est même pas le modèle que nous retenons ici pour figurer en tête de notre dossier. En effet, histoire de finir en beauté et sans toutefois aborder des technologies encore plus inabordables, nous avons opté pour ce Competition Pack, compatible PC et Xbox One.

À ce prix-là, nous titillons la perfection. À moins bien sûr de se tourner vers les produits Direct Drive, mais pour des raisons de budget, nous avons décidé de faire l'impasse sur ces bases qui - à elles seules, sans même un pédalier - dépassent les 1500 euros. Reste que le Competition Pack procure déjà d'incroyables sensations une fois entre les mains. Le confort de la roue tout d'abord est remarquable. Elle tient bien en main, ne glisse jamais et même après de longues heures de jeu, le plaisir est intact. Soutenu par une excellente base (la ClubSport v2.5) et un moteur redoutable, le Competition Pack assure des vibrations plus convaincantes que sur la très grande majorité des autres produits disponibles. Là encore, on profite de subtilités intéressantes. Mieux, malgré la puissance déployée les nuisances sonores ne sont pas insupportables : attention, ça reste bruyant et plus que sur le TS-XW Racer Sparco P310, mais c'est acceptable.

Pour ne rien gâcher, Fanatec propose dans le Competition Pack un pédalier absolument remarquable... même dans sa version deux pédales. D'entrée de jeu, intégralement en métal, il en impose sacrément et son poids - 3,3 kilogrammes - a de quoi rassurer même le plus énergique des pilotes. Avec un tel objet, pratiquement aucun risque de glissade sur le sol de la maison. La qualité de fabrication des pédales en elles-mêmes est aussi un gage de qualité, garante d'un contrôle optimal. Il est bien sûr possible de personnaliser la position des pédales et leur orientation (inclinaison, hauteur) de sorte que l'on profite de quelque chose de vraiment adapté à notre morphologie. Vous vous en doutez, le plaisir n'en est que plus intense. Un vrai bonheur !

Nous terminerons notre aperçu du Competition Pack non par la présentation des variations du produit disponibles chez Fanatec, mais plutôt par un commentaire sur la philosophie générale du groupe. En effet, s'il reste possible de faire l'acquisition d'un kit chez Amazon par exemple, nous vous conseillons plutôt de vous rendre sur le site du fabricant. Certes, ce sera un peu moins pratique, mais aurez alors la possibilité de découvrir les multiples options de personnalisation de votre kit. Vous pourrez par exemple ajouter les palettes ClubSport ou un levier de vitesse, voire un frein à main et troquer le pédalier pour un modèle trois pédales. Bien sûr, vous pourrez aussi vous tourner vers la version PS4 puisque Fanatec dispose d'un produit assez proche destiné à l'univers de jeu Sony.

Fanatec Competition Pack : l'avis de Clubic

Complet, précis, robuste et diablement efficace, le Competition Pack est un produit réellement surprenant. Si vous n'avez jamais utilisé un tel kit, vous ne pouvez pas imaginer le plaisir ressenti lorsque l'on est aux commandes. Un plaisir d'ailleurs jamais démenti, et ce, peu importe le jeu utilisé. Forcément, tout le monde ne pourra profiter d'un tel luxe, mais voilà, vous savez ce qu'il vous faut mettre de côté pour goûter l'excellence.

Nous vous invitons à nous parler de vos modèles favoris en commentaires, en listant, si vous le souhaitez, leurs avantages et inconvénients.

Notre processus de sélection des produits

Nous réalisons chaque comparatif avec la même minutie et la même méthodologie. Nous passons 4 à 5 heures à analyser les caractéristiques et avis des produits disponibles en France.

À la suite de cela, nous sommes en possession d'une liste d'une quinzaine de produits et nous les testons tous.

Les meilleurs produits ayant un atout à faire valoir sont ainsi présentés dans ce comparatif.
6
7
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum
scroll top