E3 2015 : Nintendo essaie de faire du neuf avec du vieux sur Wii U

01 juin 2018 à 15h36
0
Malgré une demi-douzaine de nouveautés annoncées lors de cet E3, Nintendo n'a pas suscité un enthousiasme mordant à Los Angeles, ni ailleurs. Au cœur d'un catalogue qui peine à convaincre, les quelques titres jouables proposés sur Wii U soufflent le chaud et le froid, et même si l'on s'amuse, surtout à plusieurs, on ne voit pas vraiment d'argument pour passer à la caisse. Impressions.

Mario, Yoshi, Fox McCloud... Sur les bornes de présentation des jeux Wii U jouables à l'E3, les têtes sont toutes connues. Ce n'est pas étonnant compte tenu de la tendance actuelle, qui mise plus facilement sur les suites, les reboots et les remakes, que sur les nouvelles franchises. A défaut de proposer des titres spectaculaires, Nintendo mise sur un amusement immédiat et sur la nostalgie engendrée par ses franchises. Mais globalement, si on passe un bon moment en jouant au titre, ils sont loin de marquer l'esprit. Le seul avantage des différents titres Wii U que nous avons pu tester, c'est qu'ils sortent tous d'ici la fin de l'année 2015 : c'est l'un des principaux arguments de l'éditeur, ce qui en dit plutôt long...

Yoshi's Woolly World, les nerfs en pelote

On passe rapidement sur Yoshi's Woolly World, pour la simple et bonne raison que le jeu sort le 26 juin en Europe - mais plus tard dans l'année aux Etats-Unis, ce qui explique son exposition sur le salon. Pour ceux qui ne seraient pas familiers du titre, il s'agit d'un jeu de plateforme dans lequel on incarne un Yoshi en crochet, dans un monde fait de laine. Le personnage peut utiliser sa langue pour accrocher les ennemis et différents éléments du décor qu'il transforme en pelote, pour construire de nouveaux éléments ou attaquer.

Yoshi's Woolly World, au fil de l'aventure, rappelle fortement Kirby qui bénéficie d'une esthétique proche et d'un gameplay similaire. Ce n'est pas un hasard puisqu'on trouve derrière les deux jeux le studio Good-Feel, qui réinvente son concept sur Wii U cinq ans après le titre mettant en scène Kirby sur Wii.

0320000008081140-photo-yoshi-s-wolly-world.jpg

Nous avons pu nous essayer à différents types de niveau, de la plateforme classique à l'horizontale au niveau un peu casse-tête à la verticale, en passant par un autre défi mettant en scène des jeux d'ombres. Sans être profondément compliqué, Yoshi's Woolly World invite à se triturer les méninges dans une ambiance bon enfant, et la possibilité de jouer à deux offre de jolis moments.

Star Fox Zero, nostalgie quand tu nous tiens

Le nouveau Star Fox est l'un des titres stars de Nintendo sur le salon. Autant le dire tout de suite, le nouveau jeu de Shigeru Miyamoto n'est pas une claque graphique, comme beaucoup l'auront remarqué lors de la présentation initiale du Japonais. Fortement inspiré de l'opus Lylat Wars sorti sur Nintendo 64, le jeu mise clairement sur la dimension nostalgique plutôt que sur l'esthétisme léché.

Raison évoquée pour expliquer des graphismes en-deçà de nos attentes ? Un usage développé du Gamepad de la Wii U, qui monopolise des ressources. Effectivement, l'écran tactile du Gamepad est très sollicité, ce qui devrait satisfaire les joueurs qui reprochent souvent à l'accessoire d'être délaissé par Nintendo. Le problème c'est que la jouabilité s'avère complexifiée, ce qui a tendance à fortement dérouter.

0320000008081136-photo-star-fox-zero.jpg

D'office, l'employée de Nintendo qui gérait la démo nous a prévenus : la prise en main de Star Fox Zero demande un « petit » temps d'adaptation. Concrètement, il y a l'écran de télé qui affiche l'ensemble des éléments : le vaisseau que l'on pilote, l'environnement, le viseur, les interactions avec les autres membres de l'escouade. Et puis il y a l'écran du Gamepad, qui propose une vue cockpit censée être plus précise. On pilote avec les sticks, on vise avec le gyroscope en fixant l'un des deux écrans... mais on s'y perd finalement et on ne sait plus où regarder, ce qui devient très vite fatal. C'est plutôt paradoxal car le jeu souffre d'un certain manque de dynamisme et de profondeur, délivrant le minimum syndical. C'est d'autant plus frustrant de se crasher sur un mur parce qu'on ne sait pas où regarder.

Star Fox Zero s'annonce donc à l'heure actuelle comme un shooter spatial qui fleure bon l'hommage à une franchise culte sans pour autant innover favorablement. Attendu sur Wii U pour la fin de l'année, le titre, co-développé par Nintendo EAD et PlatinumGames, a encore tout à prouver à nos yeux.

Mario Tennis Ultra Smash, loin du grand chelem

Une fois encore, Nintendo entreprend de faire du neuf avec du vieux avec Mario Tennis Ultra Smash, revival de Mario Tennis sorti en 2000 sur Nintendo 64. La démo présente à l'E3 permettait de prendre le contrôle de Mario ou de Bowser dans un match contre l'IA ou contre un autre joueur. La version finale comprendra des parties à quatre joueurs et différents modes de jeu.

0320000008081138-photo-mario-tennis-super-smash.jpg

Les sets sont ponctués de bonus qui se promènent sur le court de tennis et permettent notamment de faire grandir le personnage pour le rendre plus puissant. Pas particulièrement intéressant en solo, Mario Tennis Ultra Smash gagne en intérêt lorsqu'on y joue à plusieurs, mais il ne faut pas voir plus loin que le côté fun d'un jeu de type arcade qui ne réinvente pas la roue, loin de là. Sa sortie est prévue sur Wii U en fin d'année.

Super Mario Maker, champions et casse-tête

Dans un line-up plus riche en nouveautés, Mario Maker aurait probablement fait office de bonus sympathique, mais compte tenu des titres présentés par Nintendo lors de cet E3, c'est peut-être le jeu le plus intéressant, même s'il n'est pas nouveau puisqu'il était déjà présent à l'E3 2014. C'est en tout cas le plus amusant, puisqu'il est question de fabriquer ses propres niveaux de jeux Mario, en utilisant les différents éléments de décors des jeux 2D de la franchise.

L'utilisation du Gamepad et du stylet est ici particulièrement bien pensée, et la conception des niveaux se fait de manière très intuitive, à la volée. Il suffit d'appuyer sur un bouton pour essayer directement le niveau réalisé, et le modifier si nécessaire.

0320000008081134-photo-super-mario-maker.jpg

Avec un peu de pratique, il est possible de jouer avec les différents éléments et de les faire interagir entre eux pour réaliser des niveaux complètement fous, pour ensuite les partager avec la communauté. Si les Maker se prennent au jeu, on peut imaginer un catalogue conséquent de niveaux proposant des challenges très variés. A noter que tous les niveaux peuvent être modifiés, y compris ceux d'autres joueurs : ainsi, un niveau trop difficile est modifiable en local, par exemple. Une manière de s'adapter aux joueurs de tous les âges, et toucher ainsi un plus large public. Le titre est prévu pour une sortie le 11 septembre prochain.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

HTC One A9 : le faux jumeau de l'iPhone 6
Le créateur du Bitcoin n’est finalement pas celui que l’on croyait
Black Friday : elle achète un iPhone 6 et se retrouve avec des patates
iPhone 6 : un prototype (?) en vente sur eBay pour 7 000 dollars
L'Ukraine dans le noir à cause d'un virus informatique ?
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Haut de page