Comment sera déterminé le futur « indice de réparabilité » ?

Aymeric Pontier
Expert environnement
10 janvier 2020 à 20h02
0
Obsolescence programmée

En décembre dernier, l'Assemblée nationale a voté la mise en place d'un indice de réparabilité pour les appareils électriques et électroniques, visant à favoriser leur réparation et à limiter la production de déchets connexes (qui dépasse le million de tonnes chaque année).

La création de cet indice avait été annoncée au printemps 2018 lors de l'élaboration de la feuille de route gouvernementale concernant la lutte contre l'obsolescence « programmée ». Adopté à la quasi-majorité dans le cadre de la nouvelle loi de lutte contre le gaspillage, la présence de l'indice de réparabilité deviendra obligatoire sur les produits à partir de 2021.

Cinq critères pour déterminer une note de 1 à 10

Avec cette mesure, le gouvernement espère faire passer le pourcentage de produits électriques et électroniques donnant lieu à une réparation de 40 % aujourd'hui à 60 % d'ici 5 ans. Pour faciliter la compréhension de l'indice, il est prévu de s'inspirer de l'actuelle « étiquette énergie ». En théorie, l'indice sera composé d'une note allant « de 1 à 10 » : 1 pour le produit le moins réparable, 10 pour le plus réparable.

Chaque produit sera jugé en fonction de 5 critères : la fourniture d'une documentation détaillée par le fabricant, le niveau de « démontabilité » puis de « remontabilité » de l'appareil, la disponibilité de pièces détachées, le rapport entre le prix d'achat de la pièce détachée la plus onéreuse et le prix d'achat du produit original, ainsi que l'accès à un compteur d'usage. Ce dernier critère sera toutefois optionnel.

L'indice de réparabilité du gouvernement s'inspire très largement de celui développé par Fnac-Darty, qui a été mis en place pour les téléphones et les ordinateurs, avec une note allant de 2 à 7.

Une mesure transitoire vers l'indice de « durabilité »

À terme, l'idée est d'inciter les fabricants à développer des produits plus aisément réparables en créant une émulation positive, une autre forme de concurrence que celle des prix, entre les marques. Les initiateurs de cette disposition espèrent aussi que la mise en place de l'indice contribuera à créer des emplois dans le secteur de la réparation, en modifiant le comportement des consommateurs.

S'ils se saisissent de cet outil, cela devrait se concrétiser par une nette baisse du nombre de déchets électroniques, en allongeant la durée de vie des produits, ou tout au moins leur période d'utilisation. Ce qui aura bien sûr un impact positif sur l'environnement.

Mais cet indice de réparabilité n'est qu'un point d'étape vers un autre outil de mesure, puisque la loi de lutte contre le gaspillage prévoit la création d'un second indice en 2024, qui mesurera cette fois la « durabilité » d'un produit électrique ou électronique, incluant des critères supplémentaires comme la fiabilité ou la robustesse de l'appareil.

Source : L'Express
21
9
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
Reconnaissance faciale : l'Union européenne pourrait interdire la technologie pendant 5 ans
Une ONG accuse YouTube de favoriser la propagation de fake news sur le changement climatique
Démarchage téléphonique : plusieurs associations lancent une pétition pour y mettre fin
HP désactive vos cartouches d’encre à distance en cas de résiliation à son service d’abonnement
La baisse de prix sur les cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 2060 est officielle !
La police va pouvoir extraire toutes les données de vos smartphones en 10 minutes chrono
Un député LREM veut inscrire une référence aux Lois de la robotique dans la Constitution
Sony prévoit de sortir Horizon Zero Dawn sur PC
Netflix va accélérer sa production de contenus originaux français en 2020

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top