Une société britannique transforme les déchets plastiques en hydrogène pour voitures

4
08656686-photo-lauren-singer-dechets-bocal.jpg

De nouvelles manières de valoriser les déchets, et en particulier les déchets plastiques, voient régulièrement le jour. C'est notamment le cas au Royaume-Uni, qui produit 5 millions de tonnes de déchets plastiques chaque année et en recycle un tiers.

La société Powerhouse Energy propose de faire d'une pierre deux coups  : traiter les déchets plastiques en les transformant en un gaz pouvant être utilisé pour produire de l'électricité ou alimenter des voitures à hydrogène.

Un procédé moins émetteur en CO2 ?

À priori, le procédé de Powerhouse Energy est simple. Il consiste à déchiqueter les déchets plastiques avant de les chauffer autour de 1 000°C (1 800°F). Cela permet de dégager un gaz de synthèse majoritairement constitué de méthane, d'hydrogène et de monoxyde de carbone. Une fois ce gaz de synthèse obtenu, il peut être directement brûlé dans des centrales pour produire de l'électricité. Mais l'hydrogène, qui représente environ un tiers de ce gaz de synthèse d'après la vidéo de CNN Business, peut également en être séparé pour alimenter des véhicules l'utilisant comme carburant.

La promesse de l'hydrogène en tant que carburant automobile est celle de réduire les émissions de dioxyde de carbone issus de nos véhicules, ceux-ci ne dégageant alors plus que de la vapeur d'eau. Pourtant, la production de l'hydrogène elle-même est émettrice de CO2. CNN avance néanmoins des chiffres issus de l'Union of Concerned Scientists, selon lesquels, même en choisissant la méthode de production d'hydrogène la plus polluante (la production au gaz naturel), les émissions de CO2 des véhicules fonctionnant à l'hydrogène restent inférieures de 30 % à celles d'un véhicule à essence.

À l'heure actuelle, les trois quarts de l'hydrogène utilisé dans les piles à combustible des véhicules sont produits par du gaz naturel. Or, Powerhouse Energy affirme que son procédé de recyclage des déchets plastiques émet beaucoup moins de dioxyde de carbone qu'une production au gaz naturel, sans toutefois avancer de chiffres.

Des stations absentes

Pour le P.-D.G. de Powerhouse Energy, David Ryan, « l'hydrogène est le carburant idéal pour le transport routier. Pour les grands camions et les bus, c'est probablement le futur des carburants propres ». La société devra cependant composer avec le peu de stations à hydrogène que compte le Royaume-Uni. Malgré la création en 2017 d'un fonds de 26,5 millions d'euros destiné à renforcer les infrastructures liées à l'hydrogène, le pays ne compte qu'une vingtaine de stations dans le pays.

En comparaison, la France en comptait autant en 2018, avec l'objectif d'une centaine de constructions d'ici 2023. Le leader en la matière reste le Japon, qui compte recenser 320 stations à hydrogène d'ici 2025, sans oublier la Chine qui a inauguré cet été la plus grande station-service d'hydrogène au monde.

Source : CNN
Modifié le 17/10/2019 à 14h48
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Kaspersky a recensé 105 millions d'attaques contre des objets connectés au premier semestre
Propriété intellectuelle : la version mobile bêta de Stellaris a été retirée des Stores
Pixel 4 : tout ce que Google n’a pas dit pendant la conférence
La Chambre des représentants américaine se prononce sur le budget du programme Artemis
400 ans après le voyage du Mayflower, une version autonome va tenter la même aventure
Vampire : The Masquerade - Bloodlines 2 retardé à
Prenez de belles photos grâce à l'hybride Olympus E-M10 Mark II + ses objectifs en promotion
iOS 13 déjà installé sur 55% des iPhone, l’adoption d’iPadOS plus lente que prévue
Malgré les sanctions du gouvernement américain, Huawei se porte toujours plutôt bien
Vous êtes plutôt Huawei P30 ou Mate 20 ? Notre sélection des promotions en cours
Haut de page