Richard Stallman (GNU) compare Windows et Mac OS à des malwares

le 26 mai 2015
 0
Richard Stallman, le fondateur du projet GNU notamment investi dans le développement de Linux, a revisité la définition du terme « malware » dans une tribune publiée sur le Guardian. Le mot pourrait s'appliquer selon lui aux systèmes d'exploitation payants.

Pour Richard Stallman, « les malwares ne sont pas uniquement des virus : les entreprises en préinstallent tout le temps ». Dans une tribune publiée sur le site du Guardian, l'ingénieur dévoué à la cause du logiciel libre ne mâche pas ses mots : « Au 21e siècle, les logiciels propriétaires, c'est un truc de gogos. »

« Dans les années 1980, les développeurs de logiciels propriétaires avaient encore une certaine éthique : ils tentaient vraiment de développer des programmes au service des utilisateurs, même si les utilisateurs n'avaient pas le contrôle sur ces programmes » estime-t-il. Une époque qui lui semble bien loin : « Aujourd'hui, les utilisateurs sont maltraités par les développeurs. Et quand ces derniers se font prendre, ils expliquent que les conditions d'utilisation rendent leurs pratiques éthiques (alors qu'elles ne font que légaliser ces pratiques, ce qui est très différent). »

01F4000002740274-photo-richard-stallman.jpg

Les systèmes d'exploitation en ligne de mire



Cibles privilégiées par Stallman : les systèmes d'exploitation de Microsoft et d'Apple. Windows est accusé « d'enchaîner les utilisateurs » et « d'imposer des backdoors qui permettent à Microsoft d'imposer à distance des modifications logicielles. » Mac OS n'est pas mieux considéré : « il épie, enchaîne, et dispose aussi d'une backdoor. »

Les OS mobiles ne sont pas en reste, qu'il s'agisse d'iOS, de Windows Phone et même d'Android. Ce dernier, qui repose pourtant sur le noyau Linux, « contient un malware dans un composant non libre, qui permet de désinstaller n'importe quelle application à distance » souligne Richard Stallman.

La traque malveillante des mobinautes



Autre cible de Stallman : les développeurs qui récoltent des données sur les habitudes des utilisateurs de leurs applications pour mieux les revendre ensuite. Une tendance qui inquiète le créateur de GNU, en particulier vis-à-vis de l'évolution rapide de l'Internet des objets. « Devez-vous faire confiance à un Internet des objets basé sur des programmes propriétaires ? Ne soyez pas idiots. »

Richard Stallman conclut en lançant un appel à la résistance. Encourager le développement de logiciels libres et rejeter au maximum les logiciels propriétaires sont les maîtres mots, et le développeur estime enfin qu'il faudrait punir légalement certaines pratiques liées aux malwares.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Tesla dévoile son nouvel ordinateur de bord pour véhicule autonome
Malgré les tumultes, Huawei a vu son chiffre d'affaires bondir au premier trimestre 2019
Selon cette enquête, les femmes progresseraient plus vite que les hommes à Dota 2
Découvrez IA4EU, la plateforme européenne collaborative sur l'intelligence artificielle
See You Yesterday : Netflix dévoile la bande-annonce du film de Spike Lee
Linux on DeX est désormais compatible avec le Galaxy S9, S10 et Tab S5e
Pour iCloud, entre autres, Apple verse plus de 30 millions chaque mois à AWS
Hideo Kojima, créateur de Metal Gear, tease un gros projet lié au cloud gaming
Après Thanos, Fortnite et Marvel vont de nouveau s'associer autour des Avengers
🔥 Bon plan : casque Bluetooth TaoTronics à réduction de bruit active à 48,99€ au lieu de 69,99€
Jeu vidéo : de plus en plus d'offres à pourvoir chaque année en France
Huawei : la CIA s'en mêle et signale un financement par l'agence de sécurité chinoise
Kodi
⚡ Bon plan : HooToo Hub USB C avec Charge Type C à 24,99€ au lieu de 39,99€
Les finances de Spotify sont dans le vert pour la première fois depuis sa création
scroll top