Richard Stallman (GNU) compare Windows et Mac OS à des malwares

le 26 mai 2015
 0
Richard Stallman, le fondateur du projet GNU notamment investi dans le développement de Linux, a revisité la définition du terme « malware » dans une tribune publiée sur le Guardian. Le mot pourrait s'appliquer selon lui aux systèmes d'exploitation payants.

Pour Richard Stallman, « les malwares ne sont pas uniquement des virus : les entreprises en préinstallent tout le temps ». Dans une tribune publiée sur le site du Guardian, l'ingénieur dévoué à la cause du logiciel libre ne mâche pas ses mots : « Au 21e siècle, les logiciels propriétaires, c'est un truc de gogos. »

« Dans les années 1980, les développeurs de logiciels propriétaires avaient encore une certaine éthique : ils tentaient vraiment de développer des programmes au service des utilisateurs, même si les utilisateurs n'avaient pas le contrôle sur ces programmes » estime-t-il. Une époque qui lui semble bien loin : « Aujourd'hui, les utilisateurs sont maltraités par les développeurs. Et quand ces derniers se font prendre, ils expliquent que les conditions d'utilisation rendent leurs pratiques éthiques (alors qu'elles ne font que légaliser ces pratiques, ce qui est très différent). »

01F4000002740274-photo-richard-stallman.jpg

Les systèmes d'exploitation en ligne de mire



Cibles privilégiées par Stallman : les systèmes d'exploitation de Microsoft et d'Apple. Windows est accusé « d'enchaîner les utilisateurs » et « d'imposer des backdoors qui permettent à Microsoft d'imposer à distance des modifications logicielles. » Mac OS n'est pas mieux considéré : « il épie, enchaîne, et dispose aussi d'une backdoor. »

Les OS mobiles ne sont pas en reste, qu'il s'agisse d'iOS, de Windows Phone et même d'Android. Ce dernier, qui repose pourtant sur le noyau Linux, « contient un malware dans un composant non libre, qui permet de désinstaller n'importe quelle application à distance » souligne Richard Stallman.

La traque malveillante des mobinautes



Autre cible de Stallman : les développeurs qui récoltent des données sur les habitudes des utilisateurs de leurs applications pour mieux les revendre ensuite. Une tendance qui inquiète le créateur de GNU, en particulier vis-à-vis de l'évolution rapide de l'Internet des objets. « Devez-vous faire confiance à un Internet des objets basé sur des programmes propriétaires ? Ne soyez pas idiots. »

Richard Stallman conclut en lançant un appel à la résistance. Encourager le développement de logiciels libres et rejeter au maximum les logiciels propriétaires sont les maîtres mots, et le développeur estime enfin qu'il faudrait punir légalement certaines pratiques liées aux malwares.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
scroll top