Richard Stallman (GNU) compare Windows et Mac OS à des malwares

26 mai 2015 à 14h56
0
Richard Stallman, le fondateur du projet GNU notamment investi dans le développement de Linux, a revisité la définition du terme « malware » dans une tribune publiée sur le Guardian. Le mot pourrait s'appliquer selon lui aux systèmes d'exploitation payants.

Pour Richard Stallman, « les malwares ne sont pas uniquement des virus : les entreprises en préinstallent tout le temps ». Dans une tribune publiée sur le site du Guardian, l'ingénieur dévoué à la cause du logiciel libre ne mâche pas ses mots : « Au 21e siècle, les logiciels propriétaires, c'est un truc de gogos. »

« Dans les années 1980, les développeurs de logiciels propriétaires avaient encore une certaine éthique : ils tentaient vraiment de développer des programmes au service des utilisateurs, même si les utilisateurs n'avaient pas le contrôle sur ces programmes » estime-t-il. Une époque qui lui semble bien loin : « Aujourd'hui, les utilisateurs sont maltraités par les développeurs. Et quand ces derniers se font prendre, ils expliquent que les conditions d'utilisation rendent leurs pratiques éthiques (alors qu'elles ne font que légaliser ces pratiques, ce qui est très différent). »

01F4000002740274-photo-richard-stallman.jpg

Les systèmes d'exploitation en ligne de mire



Cibles privilégiées par Stallman : les systèmes d'exploitation de Microsoft et d'Apple. Windows est accusé « d'enchaîner les utilisateurs » et « d'imposer des backdoors qui permettent à Microsoft d'imposer à distance des modifications logicielles. » Mac OS n'est pas mieux considéré : « il épie, enchaîne, et dispose aussi d'une backdoor. »

Les OS mobiles ne sont pas en reste, qu'il s'agisse d'iOS, de Windows Phone et même d'Android. Ce dernier, qui repose pourtant sur le noyau Linux, « contient un malware dans un composant non libre, qui permet de désinstaller n'importe quelle application à distance » souligne Richard Stallman.

La traque malveillante des mobinautes



Autre cible de Stallman : les développeurs qui récoltent des données sur les habitudes des utilisateurs de leurs applications pour mieux les revendre ensuite. Une tendance qui inquiète le créateur de GNU, en particulier vis-à-vis de l'évolution rapide de l'Internet des objets. « Devez-vous faire confiance à un Internet des objets basé sur des programmes propriétaires ? Ne soyez pas idiots. »

Richard Stallman conclut en lançant un appel à la résistance. Encourager le développement de logiciels libres et rejeter au maximum les logiciels propriétaires sont les maîtres mots, et le développeur estime enfin qu'il faudrait punir légalement certaines pratiques liées aux malwares.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
Le site des impôts affecté par le piratage de 2000 boîtes mails
RGPD : un consentement « explicite et positif » bafoué à plusieurs niveaux
SFR dévoile sa nouvelle Box SFR 8 et une grille tarifaire à partir de 5€ par mois

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top