L’extension Web of Trust accusée de traquer les internautes

31 janvier 2017 à 11h34
0
Protéger sa vie privée sur Internet devient de plus en plus compliqué : entre cookies, inscriptions et traçage des moindres faits et gestes, tous les systèmes sont bons pour capter tout ou partie des données de l'utilisateur. Mais il semblerait que l'extension Web of Trust fasse pire : une enquête menée par deux journaux allemands a dévoilé qu'elle traque littéralement ses utilisateurs.

C'est un comble : Web of Trust (en anglais, « le web auquel on peut faire confiance ») est une extension qui se présente comme aidant les internautes à naviguer en toute sécurité.

Les données personnelles captées à l'insu de l'utilisateur

Web of Trust (WOT pour les intimes) est un véritable succès : l'extension pour navigateur Internet a une base d'utilisateurs enviable de 140 millions de personnes. Ces dernières l'ont installée pour ce qu'elle promettait : guider l'internaute à naviguer sur des sites sûrs : elle signale les tentatives de fraude et de phishing, signale les sites potentiellement dangereux et protégerait même des malwares.

Web of Trust, toutefois, semble faire exactement ce contre quoi elle veut protéger. Une enquête conjointe des émissions allemandes Panorama et Zapp a permis de découvrir que le business de WOT est en réalité basé sur la revente d'informations à des tiers. Ces informations sont captées à l'insu de l'utilisateur qui se retrouve, en réalité, totalement traqué par Web of Trust sans qu'il ne puisse rien y faire : impossible de désactiver la fonction.

0258000008313602-photo-pr-sentation-de-donn-es.jpg


Des informations sensibles revendues à des tiers

Les journalistes ont piégé Web Of Trust en créant une fausse entreprise spécialisée dans le Big Data : plusieurs entreprises ont alors proposé leurs services et de vendre les données. Web of Trust en faisait partie. Les journalistes ont pu le découvrir, grâce à un chercheur en sécurité web qui a créé un faux site, sur lequel il a navigué en ayant installé l'extension sur son navigateur. Ce site étant uniquement connu de ce chercheur, impossible de se tromper quant à la provenance des données.


Les informations transmises par Web of Trust à la société créée par les journalistes posent problème : elles contenaient des données personnelles intimes, des identifiants de connexion... Une mine d'or pour des pirates et pour les entreprises qui les achètent. D'autant plus que, chose encore plus inquiétante, ces données n'étaient pas anonymisées, alors même que WOT garantit l'anonymat dans ses conditions d'utilisation, où elle prévient qu'effectivement elle peut être amenée à revendre certaines données.

WOT n'a d'ailleurs pas nié : l'entreprise a seulement déclaré qu'elle proposera à ses utilisateurs de désactiver le traçage, qui reste toutefois actif par défaut.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Lego : un réseau social sécurisé pour les enfants
Démarchage téléphonique : l’UFC lance une pétition
Fibre optique : le déploiement prendra du retard
De plus en plus d’internautes utilisent Adblock
Bientôt le clap de fin pour GTA V ?
Galaxy Note 7 : ils seront désactivés le 31 janvier 2017
Wolf 1061 : deux exoplanètes habitables dans son système ?
Facebook : moins de vidéos courtes et de directs
Google Chrome 57 supprimera la gestion des plugins
NVIDIA met la Shield TV à jour avec Android 7.0 Nougat
Haut de page