En faillite, OCZ sera racheté par Toshiba (màj : confirmé)

03 décembre 2013 à 08h28
0
Les comptes bancaires d'OCZ, spécialiste du SSD, ont été saisis par ses créanciers. L'américain, à deux pas de déclarer faillite, aurait toutefois déjà identifié un repreneur potentiel, Toshiba.

00B4000006830194-photo-ocz-vector-150.jpg
Rien ne va plus pour OCZ. La société, qui avait emprunté 30 millions de dollars en début d'année pour financer sa relance économique, n'a pas su remplir les obligations fixées par son créancier, Hercules Technology Growth Capital, Inc.

Elle a annoncé mercredi que ses comptes bancaires avaient été saisis le 25 novembre dernier, et se dit prête à entamer une démarche de mise en faillite. Dans ce contexte, OCZ aurait cependant déjà reçu une offre de reprise émanant du groupe japonais Toshiba. L'américain indique que les négociations sont déjà bien avancées. Elles prévoiraient la continuité des activités OCZ ainsi que le maintien des employés en poste. Le dossier devra toutefois être soumis à la cour américaine en charge des faillites.

Faute d'accord avec Toshiba, OCZ indique que la société n'aurait d'autre choix que de se déclarer en faillite et liquider ses activités. Pour les clients d'OCZ, la liquidation signifierait que la société ne serait pas en mesure de gérer les opérations de service après-vente. En cas de reprise, la continuité de service serait en revanche assurée et la marque OCZ pourrait sans doute perdurer sous l'égide de Toshiba.

Sorti du marché de la mémoire vive début 2011, OCZ s'est principalement concentré ces deux dernières années sur la mémoire Flash, avec des lignes de produit grand public (comme le récent Vector 150) ou entreprises (cartes PCI-Express par exemple).

Toshiba confirme le rachat d'OCZ

Les deux sociétés ont annoncé dans un communiqué commun la conclusion d'un accord, selon les termes duquel Toshiba rachètera l'intégralité des activités d'OCZ pour 31 millions de dollars, dans le cadre d'une procédure de mise sous protection de la loi américaine sur les faillites. L'acquéreur indique que la marque et les lignes de produits seront conservées.

Il se félicite toutefois principalement de la réunion de deux compétences complémentaires : la production de mémoire Flash, activité historique de Toshiba, et la propriété intellectuelle d'OCZ, qui depuis le rachat d'Indilinx détient sa propre famille de contrôleurs.

La vente sera bouclée sous soixante jours, après approbation du conseil d'administration d'OCZ. En attendant, le constructeur assure qu'il continuera à « opérer et à servir les clients, actuels ou futurs ».

Article initialement publié le 28/11/2013
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
5G : plusieurs dizaines d'élus de gauche veulent repousser le lancement de la technologie
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Allongé et endormi
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
scroll top