Fin de parcours pour la marque ATI, place aux AMD Radeon

Alexandre Laurent
30 août 2010 à 09h51
0
Déception pour les uns, décision inévitable pour les autres : la marque ATI, bien connue des amateurs de cartes graphiques, disparaitra prochainement des étals. Le rouge emblématique du logo sera conservé, mais il faudra désormais parler des « Radeon AMD ». Quatre ans après l'acquisition du canadien ATI pour 5,4 milliards de dollars, AMD se dit donc prêt à rationaliser son portefeuille de marques pour mieux faire face à ses principaux compétiteurs.

En termes de communication, le rachat d'ATI n'aura pas été vain. Selon des études menées en interne, le fabricant estime ainsi que la notoriété de la marque AMD triple lorsque le répondant a eu vent de l'intégration des activités d'ATI. Dans le même temps, il constate un fort attachement aux marques Radeon (grand public) et FirePro (univers professionnel), sans qu'il soit indispensable de leur accoler le nom ATI. Décision est donc prise de concentrer les efforts sur une marque unique, AMD, puisque cette dernière est maintenant identifiée dans le domaine des cartes graphiques et représente déjà l'activité historique de la firme de Sunnyvale.

0190000003497294-photo-logo-amd-radeon.jpg

Sur le plan stratégique, la décision n'a rien d'anecdotique. En 2006, déjà, AMD laissait entendre que le rachat d'ATI lui permettrait à terme de proposer des produits combinant la puissance de calcul du processeur à celle de l'unité graphique. A l'époque, le concept est baptisé MPU ou Media Processing Unit. Quatre ans plus tard, AMD s'apprête à lancer ses premières puces combinant processeur (CPU) et processeur graphique (GPU), selon le principe de ce qu'AMD appelle maintenant l'APU, pour Accelerated Processing Unit. Véritable offensive tournée aussi bien vers Intel (processeurs) que vers NVIDIA (cartes graphiques et contrôleurs intégrés), le programme Fusion doit pouvoir compter, pour son lancement, sur une marque unique, forte et intégrant les deux composantes du produit final.

AMD n'a pour l'instant pas divulgué le calendrier précis de la disparition de la marque ATI, mais il parait logique - et plausible - que le changement intervienne fin 2010 avec l'arrivée sur le marché des premiers APU (noms de code Llano et Ontario). D'ici là, les cartes graphiques de la famille Radeon conserveront vraisemblablement l'appellation ATI.

0190000003497296-photo-logo-amd-radeon.jpg

Un tel changement ne va toutefois pas sans poser quelques problèmes dans l'univers OEM, puisqu'il n'est pas rare qu'une carte graphique AMD soit installée dans un ordinateur équipé d'un processeur Intel. Dans ce cas, la marque « Radeon » sera utilisée seule, avec un code couleur identique, afin de ne pas risquer d'entretenir la confusion avec le processeur employé (et, peut-être, de ne pas froisser Intel, qui pourrait sans doute se formaliser de voir apparaitre un logo AMD aux côtés du sien).

2011, année charnière pour AMD ? Après plusieurs années de débâcle financière, le fabricant se montre prêt à faire table rase d'un certain nombre d'héritages difficiles à porter. Symboliquement, il tire un trait sur les difficultés posées par l'intégration des activités d'ATI et se montre désormais concentré sur ses objectifs immédiats : la finalisation de l'architecture Bulldozer et le développement de la marque AMD Vision, qui devra aux yeux du grand public incarner le futur de ses produits.

0190000003497292-photo-strat-gie-marque-amd.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top