Cartes graphiques et jeu vidéo : le glossaire

28 décembre 2012 à 16h00
0
Avant de rentrer dans le vif des définitions, prenons un peu de temps pour rappeler le fonctionnement d'une carte graphique, afin de mettre en situation quelques-uns des termes présents dans les pages suivantes et en faciliter ainsi la compréhension générale.

0064000004722202-photo.jpg
Si lancer un jeu est une opération anodine pour de nombreuses personnes, c'est en revanche un véritable branle-bas de combat pour le PC en charge de l'opération. Le programme exécuté commence par installer un maximum de données dans la mémoire vive du PC, afin d'en accélérer le traitement. Le processeur prend sa charge de travail (gestion du clavier, de la souris, des intelligences artificielles...) tout en déléguant au GPU, grâce au pilote graphique, la majorité des calculs qui concernent le rendu des scènes 3D.

Les données concernées transitent alors de la RAM jusqu'à la carte graphique, via le port PCI-Express (ou AGP pour les machines plus anciennes). Elles sont alors stockées dans la mémoire vive de la carte graphique, communément appelée VRAM, qui remplit un rôle similaire à celui de la mémoire vive du PC, mais à l'échelle de la carte graphique.

01F4000005393281-photo-carte-graphique-asus-gpu.jpg


Autrement dit, le GPU lit et écrit dans cette mémoire au fil des calculs qu'il réalise. Quel que soit le framerate du jeu, la carte graphique doit créer image par image tout ce qui est affiché à l'écran. Pour chacune de ces images, le processus commence par le placement des différents objets 3D dans la scène, leur éclairage, et l'application d'éventuels Vertex Shaders. Des algorithmes d'élimination des faces cachées sont ensuite utilisés de façon à limiter les calculs inutiles ou redondants (il ne sert à rien par exemple de calculer le rendu d'un élément de décor s'il est masqué par un autre objet de la scène).

Les objets situés hors du champ de vision ou derrière d'autres objets ne sont donc plus pris en compte ; de même pour les faces non visibles depuis le point de vue de la caméra virtuelle. Dans le cadre de DirectX 10 ou 11, des Geometry Shaders sont alors susceptibles d'enrichir le nombre de polygones en certains endroits. Le rendu de l'image se termine enfin par le placage de textures, complété éventuellement par l'usage de Pixel Shaders et de différents filtres (anti-aliasing, anisotropic filtering...).

0258000004714406-photo.jpg
Le matériel est sacrément mis à contribution quand il s'agit de calculer ce genre d'images 60 fois par seconde.


L'image ainsi complétée est alors renvoyée dans la VRAM, plus précisément dans le Frame Buffer, avant d'être affichée sur l'écran via l'interface DisplayPort, DVI ou HDMI. Si tout ce processus est totalement transparent pour l'utilisateur, ce dernier intervient tout de même sur son déroulement à chaque fois qu'il modifie une des options graphiques accessibles dans le jeu. En modifiant le FOV, en choisissant telle ou telle méthode d'occultation ambiante ou encore en activant l'anti-aliasing, le joueur modifie sensiblement la nature et la quantité des calculs effectués par le GPU, ce qui explique les gains ou pertes de framerate qui peuvent découler de ces opérations.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
Surprise : les GAFA jugent la taxe GAFA
Drako GTE : la nouvelle hypercar électrique aux 1200 chevaux a été dévoilée

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top