Après Spotify, au tour de Kaspersky de porter plainte contre Apple

le 22 mars 2019
 0
kaspersky lab

À l'instar du service de streaming musical, la société russe de cybersécurité Kaspersky s'oppose à la politique de distribution de la firme à la pomme sur son App Store.

Kaspersky Lab a annoncé avoir déposé plainte contre Apple, le 19 mars, auprès du service fédéral antitrust russe. Le spécialiste du pare-feu et de l'anti-virus pointe du doigt la politique de la société américaine sur les applications distribuées via l'App Store, la boutique de la société. Cette plainte fait suite à celle du géant mondial du streaming musical, Spotify, qui estime qu'Apple abuse de sa position dominante et se livre à des pratiques injustes.

Apple pousse Kaspersky à supprimer des fonctions essentielles de son appli iOS


L'entreprise moscovite indique avoir reçu une notification d'Apple en 2018 lui notifiant que son application, Kaspersky Safe Kids, le logiciel de contrôle parental, ne respectait pas certaines exigences posées par le règlement des applications hébergées sur l'App Store.

Kaspersky précise avoir reçu une demande de suppression des profils de configuration, contraires à la politique de l'App Store, ce qui pousserait la société russe à supprimer le blocage du navigateur Safari (qui permet de masquer les navigateurs de l'appareil de façon à ce que les pages Web apparaissent en navigateur sécurisé) et le contrôle des applications (qui donne la possibilité aux parents de choisir les applis que les enfants ne peuvent pas exécuter, selon les restrictions d'âge). Ces deux fonctionnalités sont considérées comme essentielles au logiciel Kaspersky Safe Labs.

Kaspersky accuse Apple d'avoir lancé un service concurrent au sien


La société Kaspersky note que la requête d'Apple coïncide mystérieusement avec la sortie d'iOS 12 et sa fonction Screen Time, qui offre aux utilisateurs de l'OS de la pomme la possibilité de surveiller le temps qu'ils consacrent sur telle application ou tel site Internet, et de définir des restrictions de temps. La ressemblance avec Kaspersky Safe Kids est plutôt frappante sur le papier.

En outre, l'entreprise russe considère qu'Apple profite de sa position double de juge et partie, à la fois propriétaire de l'iOS et de l'App Store, pour empêcher d'autres développeurs d'exercer leur activité normalement, ce qui constitue un abus de position dominante. Kaspersky souhaite maintenir sa relation avec Apple, mais pas à n'importe quel prix : en rétablissant une équité.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
Rage 2 ne sera pas un jeu service, mais aura droit à du contenu additionnel gratuit
Luke Wood, CEO de Beats : « Le Powerbeats Pro est le premier produit totalement conçu avec Apple »
Un Huawei Mate 20 X compatible 5G apparaît sur Internet
La NASA a découvert le tout premier type de molécule à avoir existé dans l'Univers
Facebook bannit plusieurs grands groupes britanniques d'extrême droite de son réseau social
iPhone 2019 : Apple va muscler son jeu en photo, notamment en autoportrait
Castlevania Anniversary Collection : le 16 mai sur PC, Xbox, PS4 et Nintendo Switch
L'Etat français déploie sa messagerie Tchap... et on a déjà détecté une grosse faille
[MàJ] Cloud computing : les Lyonnais de Hume détaillent leurs tarifs
Deux plaintes déposées contre Apple, qui aurait menti sur ses performances de ventes
Fnac-Darty lance son Appartement du Futur, un lieu immersif et expérientiel au coeur de Paris
scroll top