Malware sur les Mac : +744 % en 2016

07 avril 2017 à 18h42
0
Les logiciels malveillants susceptibles d'infecter les Mac foisonnent comme jamais auparavant ! Fin 2016, le nombre de malwares détectés sur les Mac a franchi le cap de 450 000, alors qu'il n'était "que" de 50.000 en début d'année, révèle un rapport du spécialiste de la sécurité informatique McAfee.

Les pirates informatiques ne cessent d'inventer de nouveaux malwares pour Mac



Le nombre de malwares a été en progression depuis début 2015 : à l'époque, le nombre d'infections ne dépassait pas 10 000. La hausse n'a jamais ralenti : bien au contraire, le rythme s'est accru significativement en deuxième partie de l'année 2016 et tout particulièrement au dernier trimestre. Sur les trois derniers mois de 2016, le nombre d'infections a triplé, passant de 140 000 à 450 000. Ce qui est particulièrement inquiétant, c'est que cette hausse est due non seulement à une progression du nombre de Mac infectés, mais aussi à l'apparition de nouveaux malwares.

Une information toutefois à relativiser, car l'essentiel de cette hausse est dû à la propagation d'adwares, à savoir des logiciels dont l'unique but est de vous afficher de la publicité. Il peut s'agir d'incrustations publicitaires sur votre bureau, de fenêtres pop-up qui s'ouvrent toutes seules lorsque vous utilisez un navigateur Internet, ou encore de logiciels légitimes qui vous rendent service, mais dont le modèle économique est basé sur l'affichage de publicités. Très irritants, les adwares sont toutefois moins nocifs qu'un virus ou un cheval de Troie, car vous ne risquez pas de perdre vos données. A moins que l'adware en question soit aussi un logiciel espion, bien sûr.

01F4000008315104-photo-botnet-malware-ban.jpg

Pour ne pas se faire infecter, la vigilance s'impose



Que l'on soit sur un PC ou un Mac, pour éviter de se faire infecter, il convient de faire attention à ce qu'on télécharge. La plupart des utilisateurs ne lisent jamais les CLUF (contrats de licence utilisateur final) qui leur sont présentés lorsqu'ils s'apprêtent à installer un logiciel. Et pourtant, il peut y avoir une clause indiquant que l'utilisateur accepte aussi de recevoir des publicités. Indésirable bien sûr, mais à partir du moment où l'utilisateur donne son accord, cela reste tout à fait légal.

Un autre moyen répandu par lequel les adwares pénètrent sur les Mac sont les extensions qu'on peut installer dans son navigateur. Google Chrome en particulier est une plateforme de choix pour les développeurs d'extensions de toutes sortes, allant des plus utiles et inoffensives aux logiciels espions et adwares se cachant sous forme de prévisions météo, « citations du jour » ou d'actualités. Des soi-disant moteurs de recherche avancés, des curseurs fantaisie et des jeux peuvent également contenir des malwares. Avant de télécharger un logiciel dont on ignore la réputation, il convient donc de faire une petite recherche sur Internet, pour s'assurer qu'il n'a pas reçu d'avis négatifs de la part d'utilisateurs dupés.

Voir aussi :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en volant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Une étude montre que les cyclistes
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top