Google Safe Browsing s'attaque désormais aux logiciels indésirables

12 mars 2015 à 11h26
0
Google souhaite étendre les fonctionnalités de son dispositif de sécurité Safe Browsing avec une reconnaissance des sites déployant des logiciels non désirables.

Les experts en sécurité chez Google planchent depuis plusieurs années sur Safe Browsing, un mécanisme passant au crible les URL indexées par son moteur de recherche afin d'identifier les sites Web frauduleux et/ou malveillants. La société entend renforcer davantage la sécurité des internautes.

0226000007918973-photo-google-warning.jpg


En octobre 2013, Google a pris le parti de bloquer d'emblée les téléchargements suspects. Le mois dernier, Google a ajouté que le navigateur pouvait afficher un avertissement avant que l'internaute ne se rende sur la page d'un site Internet hébergeant des malwares. Cette fois, la firme californienne souhaite bloquer les logiciels « non désirés ».

Dans l'une de ses dernières dépêches, l'Associated Press explique que Google Safe Browsing peut désormais afficher une alerte aux utilisateurs qui se rendent sur des sites déployant des programmes spécifiquement conçus pour modifier les paramètres du navigateur. La plupart du temps ces derniers sont installés à leur insu.

Les interfaces de Google Safe Browsing sont embarquées au sein de Chrome, Firefox et Safari. Au total, elles permettraient de protéger 1,1 milliard d'utilisateurs. Chaque mois, Google découvrirait 50 000 malwares et 90 000 sites de phishing. Chaque jour, 5 millions d'avertissements seraient générés.

Pour Internet Explorer, Microsoft a développé un mécanisme similaire baptisé SmartScreen Filter.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
L'iPhone 9 s'appellerait finalement iPhone SE, et serait disponible ... demain
scroll top