Avec Ryzom, Wanadoo veut se renforcer dans les jeux massivement multi-joueurs

Jérôme Bouteiller
10 décembre 2002 à 00h00
0
Malgré le départ de son PDG, Wanadoo continue son développement commercial. La filiale de veut se renforcer dans les jeux massivement multi-joueurs et signe un accord d'édition et d'exploitation avec Nevrax pour le jeu Ryzom. Le jeu devrait être proposé via le serveur GOA à un prix non encore communiqué.

" Après le succès de Dark Age Of Camelot , nous souhaitions éditer et exploiter sur l'ensemble de l'Europe un jeu massivement multi-joueurs complémentaire et innovant. Compte tenu de la richesse et de l'originalité de son univers, le choix de RYZOM nous est rapidement apparu comme évident. La qualité du jeu et le savoir-faire de Nevrax devraient nous permettre de confirmer notre position de leader européen sur ce marché. " indique Jean-Marc STEFFANN, Directeur de la Division Portails de Wanadoo.

" Wanadoo s'est imposé comme un acteur prépondérant des jeux en ligne et comme le partenaire idéal pour le lancement de RYZOM en Europe, segment du marché des jeux sur Internet en pleine expansion. " précise quand à lui David COHEN-CORVAL, Président de Nevrax.

Avec régulièrement plus de 10.000 joueurs connectés en simultané sur Goa pour Dark Age of Camelot, Wanadoo et Goa entendent donc bien séduire à nouveau des dizaines de milliers d'internautes européens pour Ryzom dont le scénario se situera dans le futur tout en puisant sur les différents concept des autres jeux en ligne (magie, voyage à travers l'espace, armes technologiques, etc...) mais où les joueurs pourront également influer fortement sur leur environnement en construisant des bâtiments par exemple.

Interrogé par NetEconomie.com, David COHEN-CORVAL précise que le prix du jeu, dont le lancement officiel est prévu pour la rentrée 2003, n'est pas fixé mais qu'il devrait se situer aux alentours de 35 à 40 euros auquel il faudra ajouter un abonnement de 10 à 15 euros par mois. Associé exclusivement à Wanadoo pour l'Europe, Nevrax proposera également ce jeu en Asie ou en Amérique avec d'autres partenaires fournisseurs d'accès avec des options comme la voix sur IP, les alertes SMS et n'exclue pas des bundles "abonnement + accès" afin de vendre plus facilement des packs ADSL aux gamers.

Financée par Viventure, la CDC et des business angels à hauteur de 7 millions d'euros, Nevrax compte aujourd'hui 43 salariés et a la particularité de proposer certains de ses développements logiciels sous licence GPL (la même que Linux), afin de s'appuyer sur la communauté du logiciel libre pour développer le logiciel côté client et en faire un standard dans l'industrie. "La communauté du logiciel libre est très active et travaille par exemple sur le portage sur Mac alors que nous nous sommes limités à Windows et Linux" précise David COHEN-CORVAL.

Depuis l'apparition d'Ultima Online aux Etats-Unis ou encore du Deuxième Monde et de Mankind pour la France, le jeu en ligne est clairement l'un des domaines les plus intéressant à suivre pour le jeu vidéo. Mais son véritable décollage devrait passer par l'ouverture sur le monde des consoles (X.Box Live par exemple) mais également des médiaphones (le N-Gage de Nokia) afin de permettra à chaque internaute de s'inventer une deuxième vie digne de Luke Skywalker...
Modifié le 20/09/2018 à 15h39
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
L'énergie nucléaire continue de perdre du terrain face au solaire et à l'éolien
Orange : un forfait 5G avec data illimitée pour 80 euros par mois pourrait être bientôt lancé
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
Un ancien cadre dévoile la stratégie de Facebook pour être aussi addictif que le tabac
PlayStation 5 : le gameplay de Demon's Souls montré par Sony ne tournait pas en 4K
Beyond Good & Evil 2 : une enquête lève le voile sur un développement chaotique
scroll top