Japon : Panasonic fait le plein d'énergie avec Sanyo

Par
Le 09 janvier 2010
 0
A l'issue de la Deuxième guerre mondiale, le fondateur de la maison-mère de Panasonic, Konosuke Matsushita, surnommé par la suite "le dieu des patrons", a harcelé par des visites répétées les forces occupantes américaines, jurant que son entreprise n'était pas un "zaibatsu" (conglomérat) et n'avait donc pas à être visée par l'ordre de démantèlement. Il eut alors gain de cause, grâce à l'action de ses salariés. Sauvée in-extremis, sa petite société familiale créée en 1918 pour produire des lampes de vélo, est devenue près d'un siècle plus tard une multinationale touche-à-tout, d'autant plus étendue qu'elle vient de mettre la main sur Sanyo, une firme fondée après-guerre par le beau-frère de Konosuke Matsushita.

Au terme d'un an de procédure, le groupe Sanyo est en effet officiellement depuis décembre dernier une entité de Panasonic, ce qui propulse ce dernier largement en tête du classement des sociétés japonaises du secteur de l'électronique et de l'électroménager, en lui offrant des possibilités nouvelles de diversification dans les domaines porteurs de l'énergie. "La collaboration Sanyo/Panasonic n'a pas encore réellement commencé, mais elle va entrer prochainement dans sa phase concrète et va s'accélerer.

012c000002719318-photo-live-japon-panasonic-sanyo.jpg

Les bénéfices de synergie seront dans un premier temps de petite ampleur mais vont progresser à la longue", a expliqué vendredi 8 janvier le PDG de Panasonic, Fumio Ohtsubo, lors d'une conférence de presse à Osaka (ouest du Japon), fief du groupe.
"Grâce au réseau de distribution et aux compétences de Panasonic dans le développement de matériaux ou dans la gestion de l'énergie, couplés aux technologies photovoltaïques de Sanyo, nous allons élargir l'activité de l'énergie solaire", a-t-il détaillé. "Nous ambitionnons d'être numéro un du secteur au Japon durant l'année budgétaire 2012-2013 et de figurer en 2015-2016 dans le top 3 mondial", a-t-il ajouté.

Sanyo est un des grands acteurs japonais de l'énergie solaire aux côtés de Sharp, Kyocera et Mitsubishi Electric. "Nous allons investir 100 milliards de yens (750 millions d'euros) d'ici à mars 2016 pour que Sanyo puisse accroître sa production", a précisé M. Ohtsubo. Sanyo, un pionnier en la matière, maîtrise des technologies photovoltaïques cruciales dont certaines cellules, baptisées HIT et développées en interne, affichent les rendements les plus élevés aujourd'hui possibles.

012c000002719320-photo-live-japon-panasonic-sanyo.jpg

Le groupe Panasonic fait aussi montre de grandes ambitions dans le domaine des batteries lithium-ion, s'appuyant là encore sur les synergies possibles avec Sanyo, l'actuel meneur mondial en la matière. Panasonic et Sanyo fabriquent pour l'heure surtout des batteries de petites tailles pour les appareils électroniques, mais sont en train d'étendre cette activité à d'autres domaines (transport, stockage électrique domestique).

Panasonic et Sanyo totalisent actuellement environ 35% de parts du marché mondial des batteries lithium-ion (en valeur, tous modèles confondus) et en visent 40% d'ici à 2016, alors que ledit marché devrait plus que doubler dans ce laps de temps. A cette date, le groupe Panasonic escompte un chiffre d'affaires annuel de 1.000 milliards de yens (7,5 milliards d'euros) dans ce domaine. "Nous sommes une entreprise qui est à même de faire ce que les autres ne peuvent pas: proposer des solutions pour la production, le stockage, la gestion d'énergie dans les immeubles, les maisons, les équipements périphériques et les appareils divers", a souligné M. Ohtsubo. Panasonic a déjà produit et teste actuellement des batteries lithium-ion qui, couplées à un générateur d'électricité à pile à combustible et à un dispositif solaire, permettent de produire et conserver sur place une partie de l'énergie électrique que nécessite un foyer. La combinaison de ces équipements en vaste réseau adossé à un système d'information et de régulation est un des types d'infrastructures nouvelles de distribution d'énergie appelées "smart grid" pour lesquelles Panasonic entend devenir un fournisseur mondial majeur, à l'instar de ses compatriotes Hitachi, Toshiba ou NEC.

012c000002719322-photo-live-japon-panasonic-sanyo.jpg

Dans la filière des équipements de voitures où il est déjà présent avec divers composants mécatroniques et appareils audiovisuels, Panasonic entend accélérer son développement sur trois aspects: des technologies de batteries performantes à bas coûts, des systèmes de recharge et régulation de la consommation rapides et sûrs, des climatiseurs équipés de pompes à chaleur très économes en énergie. Pour les batteries destinées aux véhicules semi et tout-électriques qui ont actuellement le vent en poupe au Japon, Panasonic est déjà partenaire du numéro mondial du secteur, son compatriote Toyota, dont l'hybride Prius a été la voiture la plus vendue au Japon en 2009. Sanyo est pour sa part associé à divers autres constructeurs, dont le nippon Honda, l'allemand Volkswagen et l'américain Ford.

012c000002719324-photo-live-japon-panasonic-sanyo.jpg

Par ailleurs, le groupe Panasonic n'a pas l'intention de relâcher ses efforts dans ses autres domaines d'activité, plus connus du grand-public, comme l'électronique audiovisuelle et l'électroménager. A l'instar de son compatriote et éternel rival Sony, il veut être un des fers de lance du développement de la télévision en trois dimensions (3D), et espère améliorer sa compétitivité face à de puissants concurrents comme le sud-coréen Samsung Electronics en élargissant la part de ses produits assemblés à l'étranger.

"Etre capable de proposer, outre les TV et les périphériques 3D, tous les équipements de la chaîne professionnelle et pour particuliers, est un des moyens de concurrencer Samsung dans le domaine audiovisuel", juge M. Ohtsubo. "Nous devons lutter contre des concurrents dont nous ne sous-estimons pas les forces. Pour cela, le plus important point est d'être réactif et capable de prendre rapidement des décisions".

012c000002719326-photo-live-japon-panasonic-sanyo.jpg

Le groupe Panasonic, qui fêtera en 2018 les cent ans de sa création (sous la raison sociale initiale Matsushita), espère vendre 20 millions de téléviseurs l'an prochain dans le monde, 30 millions en 2012-2013, contre 15,5 millions estimés durant l'année budgétaire en cours qui s'achèvera fin mars. Il lancera d'ici peu un modèle Plasma 50 pouces 3D et promet que près d'un tiers des TV à cristaux liquides (LCD) qu'il mettra sur le marché en 2010-2011 disposeront d'un rétro-éclairage par diodes électroluminescentes (LED) moins énergivores. Tout comme Sharp ou Toshiba, il fait d'ailleurs aussi des ampoules et autres luminaires à LED (plafonniers, lampadaires) une activité à fort potentiel, à développer en priorité donc, de même que celle des appareils liés à la santé et aux soins personnels (produits pour l'esthétique, purificateurs d'air, instruments d'analyse, robots d'assistance et systèmes médicaux, etc.).

012c000002719328-photo-live-japon-panasonic-sanyo.jpg

Toutes activités confondues, Panasonic vise un chiffre d'affaires de 9.500 milliards de yens (71 milliards d'euros) en 2012-2013 et de plus de 10.000 milliards de yens (plus de 75 milliards d'euros) au-delà de 2018, avec à cette date une marge d'exploitation supérieure à 10%. Pour cette année budgétaire 2009-2010 encore inachevée, le chiffre d'affaires cumulé de Panasonic et Sanyo est estimé à 8.660 milliards de yens (65 milliards de yens au cours actuel).

012c000002719330-photo-live-japon-panasonic-sanyo.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top