Vmware : la virtualisation mobile prend (encore) du retard

Par
Le 27 octobre 2009
 0
00c8000002549418-photo-vmware-mobile.jpg
Utiliser une application Android sur un terminal sous Windows CE ? Cela deviendra bientôt une réalité grâce à la virtualisation mobile mais les principaux acteurs qui font aujourd'hui ce marché semblent prendre beaucoup de retard quant à la sortie de leurs premières offres commerciales.

Un an. C'est le temps qu'il devrait être nécessaire d'attendre entre l'annonce de MVP, acronyme de Mobile Virtualization Platform - ou plateforme de virtualisation mobile -, et son éventuelle mise sur le marché auprès de premières solutions grand public. Pour l'heure, cette plateforme de la société Vmware est disponible pour les professionnels.

Elle semble prometteuse, à la fois pour le grand public et les entreprises qui pourraient économiser un précieux temps de re développement de certaines de leurs applications mobiles. Contrairement à certaines technologies de portage des OS mobiles, l'idée en effet ici de les faire tourner... simultanément, avec une possibilité de passer d'un système à l'autre en un clic.

017c000002549420-photo-vmware-mobile.jpg
Android sur un prototype de terminal sous Windows CE

Au salon Symbian Exchange Exposition 2009 organisé à Londres, Vmware a ainsi fait plusieurs démonstrations technologiques en ce sens. Une application Android a pu être lancée depuis un terminal sous Windows CE via un seul exécutable. Dans le même temps, c'est un système Android complet qui a pu être utilisé sur la tablette Nokia N800 à l'origine sous GNU/Linux Maemo.

« Nous ne pourrons pas proposer de solutions de virtualisation mobile sur des plateformes qui ne sont pas suffisamment ouvertes même si nous supportons déjà des OS mobiles comme Symbian », nous confirme l'un des représentants de Vmware. En outre, ni Microsoft avec Windows Mobile ni Apple avec Mac OS X Mobile ne proposeront de solutions en ce sens.

« Nous devons avoir l'accord des éditeurs pour proposer des solutions de virtualisation », ajoute-t-il. Il devrait donc falloir se contenter des systèmes d'exploitation open source comme Symbian ou Android. « Si l'on regarde les dernières statistiques Gartner au sujet des OS mobiles les plus populaires d'ici 2012, les deux premiers OS mobiles seront à cette date Symbian OS et Android », ajoute-t-il. CQFD ?
Modifié le 18/09/2018 à 14h41

Les dernières actualités

scroll top