Atom / Ion : une nouvelle fois, NVIDIA accuse Intel

Alexandre Laurent
06 juillet 2009 à 18h28
0
00A0000002289124-photo-jen-hsun-huang-pdg-et-cofondateur-de-nvidia.jpg
Intel abuse-t-il de la position dominante de ses processeurs Atom dans le domaine des ordinateurs à bas prix (netbooks et nettops) pour mettre des bâtons dans les roues de ceux qui souhaiteraient se faire une place sur ce marché ? Pour Jen-Hsun Huang, PDG de NVIDIA, la réponse ne fait aucun doute : dans un entretien accordé à NetEco.com, il dévoile sa vision des choses, et révèle, chiffres à l'appui, quelles seraient selon lui les pratiques d'Intel en la matière.

Le chipset Ion (NVIDIA préfère parler de « plateforme ») constitue pour mémoire la première incursion de NVIDIA dans le marché des netbooks. Basé sur un contrôleur graphique intégré de type 9400M, similaire à celui qui équipe désormais les MacBook d'Apple, il promet des performances honorables en 3D et la prise en charge matérielle de la décompression de vidéos haute définition sur des machines à très bas prix.

Une proposition de valeur supérieure à ce qu'offrent les chipsets Intel dédiés à l'Atom, et qui pourtant peine à trouver à preneur. Dans le domaine des netbooks, seuls Lenovo et Samsung ont pour l'instant annoncé des machines basées sur Ion.

« Il y a beaucoup de pression sur le marché des netbooks, et les techniques commerciales d'Intel font qu'il est bien difficile de se faire une place, même avec un produit qui est bien meilleur. Pour un OEM, le prix d'un processeur Atom est d'à peu près 45 dollars la pièce. Mais si vous acceptez de prendre un chipset d'Intel avec votre processeur, le prix passe à 25 dollars. », dénonce Jen-Hsun Huang.

« On vous accorde donc une ristourne de 20 dollars si vous prenez aussi le chipset, mais attention : il n'est pas question de le jeter ! Si vous ne l'utilisez pas, vous allez devoir rembourser ces 20 dollars. A côté de cela, nous vendons notre puce environ 30 dollars. On en arrive donc à 75 dollars pour une machine équipée d'un Atom et d'Ion, contre 25 dollars si l'on reste chez Intel. », s'insurge-t-il encore.

L'intéressé, qui avait déjà fait part de son mécontentement courant mai, n'envisage pourtant pas de porter l'affaire en justice. « A quoi cela nous servirait ? Nous ne vendrons plus Ion dans dix ans, nous serons passés à autre chose, mais les consommateurs devraient faire savoir à Intel que ces pratiques ne sont pas justes », conclut-t-il.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top