Intel finalement sceptique sur le concept de netbook ?

Par Alexandre Laurent
le 01 décembre 2008 à 08h23
0
00DC000000679304-photo-asus-eee-pc-et-dell-xps-m1330.jpg
Intel a récemment fait preuve, par l'intermédiaire d'un de ses vice-présidents, d'un certain scepticisme à l'égard du concept de netbook, en ce qu'il est parfois considéré comme une machine susceptible de remplacer un véritable ordinateur portable. Une position surprenante, de la part du fondeur qui équipe la quasi-totalité des netbooks du marché avec ses processeurs Atom ?

« A l'origine, nous pensions que les netbooks seraient pour les jeunes enfants et les marchés émergents, et il y a un peu de cela. Il apparait toutefois que la majorité des netbooks sont aujourd'hui vendus en Europe de l'Ouest et en Amérique du Nord, à des gens qui arrivent et veulent repartir avec un ordinateur portable », a déclaré Stu Pann, vice-président ventes et marketing chez Intel.

« Si vous avez déjà utilisé un netbook et un écran de 10 pouces, vous savez que cela convient pour une heure. Ce n'est pas quelque chose que vous allez utiliser tout au long de la journée », a-t-il poursuivi.

La hype netbook serait-elle excessive ? On notera qu'AMD, principal concurrent d'Intel en matière de processeurs, a pour sa part pris le parti de ne pas se lancer corps et âme dans la bataille des processeurs à destination de ce segment de marché.

De son côté, Intel semble avoir été quelque peu dépassé par l'ampleur du phénomène, comme l'ont prouvé les difficultés d'approvisionnement en processeurs Atom lors de leur sortie, et se garde bien, du moins pour l'instant, de dévoiler les moindres prévisions relatives au marché des netbooks. Partant du principe que le netbook risque de se révéler une expérience décevante pour qui en attend les fonctionnalités d'un véritable ordinateur portable, Intel serait-il en train de réévaluer ses perspectives ?

Corne d'abondance pour des fabricants comme Asus, Acer ou MSI, à qui les netbooks permettent d'inonder le marché, renforcer leur image de marque et prendre des parts à des acteurs qui jusqu'ici leur étaient nettement supérieurs, ces ordinateurs portables à bas prix présentent un inconvénient de taille en termes économiques.

Conçus selon le modèle du design to cost, les netbooks offrent aux fabricants l'opportunité d'augmenter considérablement leurs volumes de ventes, mais les marges y sont extrêmement réduites. Le problème est sans doute similaire pour Intel, à qui la vente d'un Atom rapporte vraisemblablement moins que celle d'un Core 2 Duo. A titre indicatif, et sans que ces chiffres permettent de préjuger des marges réalisées par le fondeur, l'Atom N270 est aujourd'hui vendu 44 dollars pour mille unités, alors qu'une puce comme le T8400 se négocie 209 dollars la pièce.

Certains, comme MSI, prédisent au netbook un avenir brillant, alors que d'autres semblent revoir les perspectives à la baisse. Sur le marché français, où il est souvent associé à des offres d'accès à Internet mobiles, développées conjointement avec les opérateurs, le netbook semble avoir trouvé sa place en tant que machine d'appoint, réservée à des usages spécifiques liés à la mobilité. En ira-t-il toujours de même ?

Alors que s'ouvre aujourd'hui, à Paris, le premier « Netbook World Summit », l'institut d'analyse IDC devrait communiquer ce soir ses prévisions relatives à ce nouveau marché.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

L'Inde veut lancer une station spatiale d'ici 2030
Fiat Chrysler signe avec ENGIE pour offrir des solutions de charges électriques en Europe
88% des Américains consultent leur smartphone en regardant la TV
Le navigateur gamer Opera GX est accessible en early access
Test Asus ROG Strix SCAR III : RTX 2070 et 240Hz pour un portable gamer d'excellence
Malgré des AirPods 2 peu novateurs, Apple maintient son avance sur le marché des écouteurs sans-fil
Les Etats-Unis auraient implanté des
L'UE s'attaque au trafic en ligne d'espèces sauvages
Amazon Game Studios se sépare discrètement de dizaines d'employés
scroll top