Au Ceatec, le fauteuil roulant électrique emprunte à la high-tech

Par
Le 09 octobre 2014
 0
Au Ceatec de Tokyo, le fauteuil roulant électrique se modernise sous l'impulsion de sociétés spécialisées. Plus rapide, il est aussi plus moderne, et n'hésite pas à emprunter à l'automobile certaine de ses innovations.

Trés important au Japon, le marché de la santé embrasse très largement les nouvelles technologies et les dispositifs d'aide au déplacement n'échappent pas à la règle. Au Ceatec de Tokyo, on a ainsi pu découvrir cette semaine de nouveaux fauteuils roulants électriques toujours plus modernes... à commencer par le look.

« Une chaise roulante n'a pas à être moche », sourit l'un des fondateurs de Whill, une start-up née il y a trois ans et consacrée au développement de fauteuils électriques. Son premier modèle, qui rappellera sans doute quelque chose aux fans de X-Men, fait appel à des batteries dernier cri et promet jusqu'à 20 Km d'autonomie sur une seule charge en dépit de sa relative compacité. « Il faut que l'on puisse au minimum tenir une journée », explique encore le jeune homme, lui-même coincé dans une chaise roulante en raison d'une déficience des jambes.

01c2000007673105-photo-chaise-roulante-whill.jpg

Pour autant, la société ne revendique pas de statut particulier vis à vis de l'univers de la médecine, et n'a d'ailleurs pas encore cherché à obtenir les agréments nécessaires. « Les questions de mobilité ne concernent pas que les handicapés », conclut le représentant de Whill. Le fauteuil sait communiquer avec une application mobile qui permettra de suivre l'état de la charge ou les kilomètres parcourus, mais peut également faire office de télécommande pour un pilotage à distance. Sa production a officiellement débuté il y a quelques semaines, après une campagne de financement collaboratif réussie sur Kickstarter. Mise à prix : 1 million de yens, soit environ 7 000 euros.

Plus loin, un autre fauteuil roulant est à l'étude chez Aisin Seiki, qui travaille à rendre les déplacements plus sûrs, en allant chercher son inspiration dans le monde automobile. La société expose ainsi un prototype qui présente l'intérêt d'embarquer un jeu de capteurs laser et de caméras stéréoscopiques visant à prévenir des collisions. Utile par exemple en cas de malaise de l'utilisateur : même si sa main reste sur la commande qui fait avancer le fauteuil, celui-ci s'arrêtera automatiquement avant de rencontrer un obstacle. Du fait de cette sécurité supplémentaire, le fabricant estime qu'il devient également raisonnable de permettre des déplacements plus rapides, allant jusqu'à 10 Km/h avec ce prototype.

012c000007673105-photo-chaise-roulante-whill.jpg
012c000007673109-photo-chaise-roulante-aisin-seiki.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Ceatec

scroll top