CES 2015 : Steelseries Sentry, l'eye tracking au service des gamers ?

01 juin 2018 à 15h36
0
Steelseries s'est associé au suédois Tobii, spécialiste de l'eye tracking pour mettre au point le Sentry, un dispositif permettant aux joueurs d'analyser les mouvements de leurs yeux, et d'améliorer leur technique. Les deux partenaires estiment que le Sentry pourrait tout particulièrement intéresser ceux qui diffusent leurs parties en direct sur Internet.

Si vous vous adonnez sérieusement à des titres comme Dota 2, League of Legends ou Starcraft 2, vous n'êtes pas sans savoir que les jeux vidéo peuvent se révéler extrêmement exigeants en termes d'attention. Surtout si vous ambitionnez de les pratiquer à haut niveau. Pour progresser, d'aucuns se tournent vers des coachs, en direct ou de façon plus détournée, en suivant les nombreux flux vidéo diffusés par des experts du domaine. Désormais, on pourra aussi travailler son skill de façon plus concrète, en se dotant d'un accessoire permettant d'optimiser... la façon dont on regarde son écran !

01F4000007837289-photo-tobii-steelseries-sentry.jpg

Le Steelseries Sentry met à profit les technologies de suivi de l'oeil (eye tracking) développées par le suédois Tobii pour enregistrer les mouvements de la pupille du joueur tout au long d'une phase de jeu. Il sait ensuite en tirer un certain nombre de statistiques et d'analyse, visant à mettre en lumière certaines lacunes dans la façon dont le joueur surveille les informations à l'écran. Le Sentry saura ainsi mesurer précisément à quelle fréquence l'adepte de Dota 2 consulte la mini-carte en bas de l'écran, histoire de lui montrer qu'il ne surveille pas suffisamment les lanes occupées par les autres membres de son équipe, ou la quantité d'or accumulée au fur et à mesure de ses kills. De façon plus anecdotique, le système permet aussi de rejouer une partie tout en affichant à l'écran la zone sur laquelle se concentre le regard. On comprendra ainsi que c'est parce qu'on avait l'oeil sur son inventaire que l'on a laissé son camarade de lane se faire massacrer sans réagir.

0190000007837287-photo-tobii-steelseries-sentry.jpg

Le Sentry prend la forme d'une barre munie de caméras infrarouges que l'on placera sous son écran. Après l'installation du logiciel dédié et un rapide calibrage, ces caméras captureront le mouvement de l'oeil. Les données recueillies seront ensuite traduites en coordonnées sur la surface de l'écran, puis analysées en fonction du jeu pratiquée, sous réserve que ce dernier fasse l'objet d'un profil dédié. D'après les deux partenaires, le Sentry pourrait également séduire les joueurs à haut niveau qui ont pris l'habitude de diffuser leurs parties via des plateformes spécialisées comme Twitch : ce faisant, ils pourraient ainsi offrir une couche d'information supplémentaire à leurs spectateurs, tout en apprenant à mieux contrôler leur regard.

Entre autres graphiques, le logiciel associé fournit des indications relatives à la rapidité des mouvements : on pourra s'entraîner à améliorer la mobilité de son regard, de la même façon que certains travaillent à doper l'agilité de leurs doigts sur un clavier. Le Steelseries Sentry sera prochainement commercialisé au prix public conseillé de 199 dollars. Dota 2 et Counter Strike sont les deux premiers jeux pris en charge. Le produit sera sans doute réservé à une niche, tous les joueurs ne poussant pas aussi loin leur quête du kill, mais Tobii se félicite que ce partenariat permette à ses technologies de trouver un débouché grand public.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

CES 2015 : HP fait du 4K, du 5K et de l'incurvé
On Refait le Mac : Rétrospective 2014 - 1ère partie
CES 2015 : UE Megaboom, une Boom. Une grosse.
CES 2015 : un disque dur externe de luxe, un autre en RAID matériel pour LaCie
CES 2015 : deux ultrabooks et un Chromebook 15
CES 2015 : Seagate mise sur le cloud... à domicile
Intel mise 24,8 millions de dollars dans Vuzix et ses lunettes connectées
CES 2015 : Connected Cycle, la pédale de vélo connectée Made in France
Start-up et grands groupes : Axelle Lemaire demande une charte
CES 2015 : Nest (Google) étend son écosystème de partenaires
Haut de page