AMD Fusion : les APU Llano, AMD A8/A6, en test

27 juillet 2011 à 10h18
0
0000006904354424-photo-amd-vision-2011-a8-logo.jpg
Quelques semaines tout juste après l'annonce du rachat d'ATI par AMD, c'était en 2006, celui qui était encore fondeur évoquait déjà le projet Fusion (voir Fusion AMD/ATI : Bientôt un CPU/GPU tout-en-un ?). Un petit flashback s'impose... À l'époque, AMD crée la surprise en présentant Fusion, une initiative visant à réunir sur une même puce circuit graphique et processeur x86. Sauf qu'à l'époque, l'effet d'annonce est évident : on se doute bien qu'une telle intégration prendra du temps, d'autant plus de temps qu'il faudra que les équipes d'ingénieur communiquent entre elles, chose pas forcément évidente lors d'un rachat de société.

000000D204404650-photo-bo-te-amd-a8.jpg
Et alors qu'AMD évoque depuis des années son projet Fusion, le slogan ne disait-il pas Future Is Fusion, la firme de Sunnyvale s'est fait distancer... par Intel ! Sacrilège ! AMD avait à peine inventé le concept d'APU ou Application Processing Unit qu'Intel lançait en début d'année ses processeurs Sandy Bridge, les fameux Core de seconde génération. Et ce n'est pas anecdotique puisqu'avec Sandy Bridge Intel, fut le premier à réunir processeur et puce graphique sur un même cœur.

De précurseur, AMD s'est donc retrouvé... en retard ! Alors certes il y a bien eu Brazos, la toute première APU signée AMD sortie en tout début d'année, mais celle-ci visait le marché des netbooks et autres ordinateurs à bas coût quand Sandy Bridge visait les ordinateurs de bureau et autres ordinateurs portables. Et quand Brazos se mesure avec succès à l'Intel Atom, il n'y avait pas d'équivalent chez AMD à Sandy Bridge.

Aujourd'hui, AMD lance ses premiers processeurs de bureau Fusion, les processeurs AMD de la série A ! Répondant au nom de code Llano, ces nouveaux processeurs réunissent cœurs d'exécution x86 et cœur graphique au sein d'une même puce. Nous vous proposons un aperçu de leur architecture ainsi qu'un coup d'œil sur les performances notamment !

0000018B04397586-photo-amd-fusion-llano-2.jpg


Mise à jour 27 juillet 2011 : Nous avons procédé à la mise à jour de notre test initial en incluant la présentation mais aussi les performances du processeur A6-3650, une version plus grand public des nouveaux processeurs Fusion d'AMD.

AMD Llano : we are all made of Stars...

La série A est donc constituée des premiers processeurs de bureau chez AMD regroupant cœur graphique et cœurs d'exécution x86 sur un seul et même die. Cette précision est importante, car par le passé, avant les Sandy Bridge, Intel avait lancé des processeurs pourvus de deux dies distincts : l'un était un processeur x86 classique, l'autre était un northbridge avec circuit graphique intégré. Avec Llano nous sommes donc bien en présence d'une intégration complète CPU et GPU sur un seul et même morceau de silicium.

L'architecture Llano, également connue sous l'appellation K12, se décompose en plusieurs blocs et AMD insiste sur la répartition de ceux-ci en soulignant l'égale importance donnée à la partie graphique face à la partie x86 en terme d'occupation de transistors. La référence à Intel est évidente puisque le fondeur de Santa-Clara alloue plus de transistors aux cœurs d'exécution x86 qu'au cœur graphique HD 3000. Mais revenons-en à AMD dont la partie x86 de Llano n'est pas forcément la plus en avance sur son temps.

On retrouve dans les versions les plus avancées de Llano quatre cœurs d'exécution x86, des cœurs d'exécution hérités de l'architecture Stars. En clair, les cœurs x86 de Llano sont les mêmes que ceux des derniers processeurs Phenom II. Il y a tout de même quelques petits ajustements, à commencer par la largeur des caches puisque chaque cœur d'exécution dispose de 1 Mo de mémoire cache de second niveau en plus du cache L1, contre 512 Ko précédemment. Le cache L1 est comme de coutume divisé en cache de données à hauteur de 64 Ko et cache d'instructions là encore à hauteur de 64 Ko. Au total donc un processeur AMD de la série A peut disposer d'un maximum de 4 Mo de mémoire cache L2 : c'est mieux que les 2 Mo des Phenom II X4 et cela se ressentira dans certains applicatifs. AMD avance un gain supérieur à 6% du nombre d'instructions par cycle d'horloge ainsi traitées. Pourquoi pas un gain supérieur ? Tout simplement parce que le troisième niveau de mémoire cache des Phenom II X4 disparait purement et simplement !

017C000004397744-photo-diagramme-llano-2.jpg

Découpage de l'architecture Llano


La fonction Turbo des derniers processeurs AMD est reconduite dans Llano à un petit détail près : les processeurs dont le TDP annoncé est de 100 Watts... n'en profitent pas ! Seuls les modèles 65 Watts sont éligibles avec un gain pouvant atteindre les 300 MHz dans le meilleur des cas.

Sans surprise, les processeurs AMD série A intègrent également une partie du northbridge. Celui-ci aura en charge certains des arbitrages au niveau des échanges de données entre les cœurs x86, la puce graphique et le contrôleur mémoire notamment. De ce côté, on retrouve un contrôleur mémoire DDR3 double canal dont l'une des particularités est la prise en charge de la DDR3-1866 lorsqu'une seule barrette par canal est installée. Cela nous donne une bande passante mémoire théorique maximale de 29,8 Go/s. C'est pas mal, mais pas forcément suffisant lorsque l'on sait que cette bande passante est partagée.

Comme chez Intel, le contrôleur PCI-Express se trouve également rapatrié au sein du processeur avec la gestion de 24 lignes en PCI-Express 2.0.

AMD Llano : cœur Radeon embarqué

Les processeurs AMD de la série A intègrent un cœur graphique de classe Radeon. Répondant au nom de code « Sumo », la partie graphique des Llano est héritée des processeurs graphiques Redwood, autrement dit la génération Radeon HD 5670. AMD se distingue d'emblée d'Intel en proposant avec ses processeurs un circuit graphique de classe DirectX 11.

Au-delà, Redwood oblige, l'architecture graphique est très classique pour AMD : on retrouve des unités SIMD regroupant des processeurs d'exécution de type vec5. Chaque unité renferme un total de 80 processeurs. D'un modèle de processeur Llano à l'autre on aura droit à 4 ou 5 unités SIMD, soit entre 320 et 400 processeurs de flux disponibles. Le nombre d'unités de texture variera en conséquence : 16 sur les processeurs A6, 20 sur les modèles A10. Quant aux unités ROP, en charge des dernières opérations sur les pixels, leur nombre est plus que restreint : 8 dans tous les cas.

0140000004397842-photo-diagramme-radeon-llano.jpg

Aperçu de l'architecture Radeon HD des processeurs AMD Llano


Naturellement, tout ce qui concerne le contrôleur mémoire a été refondu, puisque le circuit graphique devra puiser dans la mémoire centrale du système en passant donc par le northbridge intégré. Côté fréquences de fonctionnement, le Radeon HD 6530D des processeurs A6 opère à 443 MHz quand le Radeon HD 6550D des processeurs A8 tourne à 600 MHz.

01E0000004398022-photo-specs-radeon-hd-des-a6-a8.jpg

Spécifications comparées des Radeon HD 6550D et 6530D


À noter également l'inclusion des blocs UVD3. En cela « Sumo » se démarque également de Redwood puisqu'il reprend les dernières fonctionnalités vidéo introduites avec les Radeon HD 6800, les fameuses Barts. Dans sa troisième incarnation, l'UVD accélère la lecture des flux vidéos HD qu'il s'agisse des Blu-ray, des Blu-ray 3D ou même des DivX et ce de façon à soulager les cœurs x86.

Un mot enfin sur les interfaces prises en charge pour l'affichage. Les Radeon HD 6530D et 6550D prennent en charge le DVI, le DVI Dual-Link ainsi que le HDMI 1.4 ou encore le DisplayPort. Petit détail toutefois, nous n'avons pas réussi à faire fonctionner le DVI Dual-Link sur notre carte mère de test, un modèle Asus.

0000010404446248-photo-radeon-hd-6530d-catalyst.jpg
0000010404401234-photo-amd-llano-6650d-catalyst.jpg

Les Radeon HD 6530D et 6650D vues par les pilotes Catalyst

AMD A8-3850 : le processeur

Exit les marques commerciales Athlon et Phenom pour les premières APU de bureau ! AMD baptise les déclinaisons de bureau de ses Llano en A6 et A8. La ressemblance avec Audi s'arrête là et pour l'heure les modèles de la série A6 bénéficient d'un cœur graphique Radeon HD 6530D (avec 320 processeurs de flux donc) quand les modèles A8 embarquent un Radeon HD 6550D (avec 400 processeurs de flux). Derrière ses appellations, qui ne reflètent donc en rien le nombre de cœurs x86, on retrouve un chiffre en millier indiquant la position du processeur dans la gamme.

0000010404397644-photo-processeur-amd-a8-3850-2-llano.jpg
0000010404397646-photo-processeur-amd-a8-3850-3-llano.jpg

AMD A8-3850 : le processeur


Avec une surface de die de 228mm², les processeurs Llano sont les premiers processeurs AMD à bénéficier d'une finesse de gravure en 32nm. C'est bien sûr GlobalFoundries qui assure la fabrication des séries A avec l'application des technologies SOI et High-k. Rappelons que les Brazos sont pour leur part gravés en 40nm. Avec 1 milliard de transistors, les processeurs de la série A adoptent un tout nouveau socket, le FM1. Ce nouveau socket était un passage obligé pour AMD, le Socket AM3 dérivé des AM2/AM2+ n'ayant jamais été conçu pour faire transiter des informations vidéos. Pour les amateurs de statistiques, le socket FM1 compte 905 broches.

0000014004398044-photo-amd-socket-fm1.jpg

Socket AMD FM1


Côté fréquences de fonctionnement, les Llano démarrent leur carrière à des niveaux somme toute assez modérés. L'A8 3850 que nous testons aujourd'hui est le processeur le plus véloce de ce lancement avec une fréquence nominale de 2,9 GHz. Plus modeste le A6-3650 opère à 2,6 GHz. Il ne vous aura pas échappé que ces modèles ne sont pas estampillés Black Edition. En conséquence, leur coefficient multiplicateur est bloqué (à la hausse). Toutefois il reste possible d'overclocker comme avec les Athlon II ou Phenom II conventionnels en modifiant la fréquence du bus système toujours fixée à 100 MHz.

0000014004400012-photo-amd-llano-amd-a8-3850-cpu-z.jpg

Processeur AMD A8-3850 vu par CPU-Z


AMD A6-3650

0000006E04446186-photo-amd-a6-3650.jpg
C'est dans un deuxième temps qu'AMD nous a fait parvenir un processeur A6, le modèle A6-3650. Il s'agit fort logiquement d'un processeur Llano qui reprend le socket FM1 et profite d'une finesse de gravure en 32nm. Quadri-cœurs, le A6-3650 est annoncé pour un TDP de 100 Watts. Il est en conséquence dépourvu de Turbo. Sa fréquence nominale est fixée à 2,6 GHz alors que son coefficient multiplicateur est bloqué (vers le haut). Du côté des caches, la configuration est identique que le modèle A8-3850 avec 1 Mo de mémoire cache de second niveau par coeur.

Son cœur graphique est un Radeon HD 6530D composé pour mémoire de 320 processeurs de flux et opérant à 443 MHz.

0000014004444126-photo-amd-a6-3650.jpg


Une nouvelle plate-forme Lynx avec chipsets A55 et A75

À nouveaux processeurs, nouveau socket et surtout nouvelle plate-forme ! Qui dit nouvelle plate-forme dit généralement nouveau chipset. Nous avons droit avec les processeurs Llano aux chipsets A55 et A75. Puisque les processeurs AMD de la série rapatrient bon nombre des fonctionnalités habituellement réservées aux chipsets, les A55 et A75 se bornent à un rôle somme toute assez basique de contrôleur d'entrée/sortie. Ils communiquent avec le processeur par le biais d'un bus UMI, lequel offre une bande passante totale de 2 Go/s, une bande passante finalement assez limitée qui pourrait rapidement être saturée par l'utilisation de l'ensemble des fonctionnalités du A75.

012C000004397742-photo-diagramme-llano-1.jpg

Vue de la plate-forme : Llano et son Hudson


Techniquement le chipset A55 est le plus limité : pas de prise en charge USB 3.0, pas de gestion du Serial-ATA 6 Gb/s, etc. Il faut se tourner vers le A75, nom de code Hudson D3, pour profiter d'un chipset offrant nativement la gestion de l'USB 3.0 sur quatre ports. Rappelons qu'en face chez Intel, l'USB 3.0 en natif est toujours absent des chipsets du fondeur. Sur le A75 donc, aux 4 ports USB 3.0 gérés s'ajoute une dizaine de ports USB 2.0. AMD insiste sur les performances de son implémentation USB 3.0 face aux solutions avec puce additionnelle. Nous avons cherché à mettre en avant un quelconque gain de performance... sans succès hélas.

Performances en USB 3.0

04402256-photo-amd-llano-amd-a8-3850-performances-usb-3-0.jpg


On le voit les performances de notre disque dur externe USB 3.0 sont identiques qu'il soit connecté à une puce Renesas ou au A75. Maintenant, il est tout à fait admis que notre disque dur ne sature pas suffisamment l'interface USB 3.0 et qu'en conséquence on ne puisse vérifier un éventuel gain en faveur de l'USB 3.0 natif d'AMD.

Niveau stockage, le A75 propose six connecteurs Serial-ATA 6 Gb/s avec gestion des modes RAID 0/1/10. On retrouve comme sur le A55 quatre liens PCI-Express de seconde génération et la gestion de ce bon vieux PCI... au cas où !

AMD Dual Graphics

Parmi les fonctionnalités de la plate-forme Lynx, citons le Dual Graphics, cher au cœur d'AMD. Sur les systèmes à base de chipset A55 ou A75 il est possible d'adjoindre une carte graphique additionnelle pour booster les performances du Radeon HD 6550D ou 6530D intégré à l'APU. Il s'agit ni plus ni moins que d'un Crossfire disponible uniquement avec une carte graphique AMD Radeon HD de classe 6400/6500 ou 6600.

Dans les faits, les résultats sont variables comme nous le verrons plus loin. L'une des originalités de ce Dual Graphics version 2011 vient de la possibilité de raccorder l'écran soit à la carte graphique additionnelle soit à la carte mère. Dans le cas où vous raccordiez l'écran à la carte graphique, les performances seront très légèrement meilleures, mais l'écran restera noir jusqu'au chargement de Windows et de ses pilotes !

000000EB04401210-photo-amd-llano-dual-graphics-2.jpg
0000010904401208-photo-amd-llano-dual-graphics-1.jpg

Activation du Dual Graphics et du Crossfire lui correspondant

Asus F1A75-V PRO

Asus nous a fait parvenir pour ce test une carte mère au format ATX, la F1A75-V Pro. De facture conventionnelle, PCB noir et embouts arrondis, la carte adopte le chipset A75 d'AMD et propose un socket FM1. On note le tout nouveau berceau de rétention autour du socket : celui-ci se compose de deux supports en plastique en lieu et place de l'ancien système faisant tout le tour du Socket. La bonne nouvelle c'est que ce nouveau système reste compatible avec les anciens radiateurs AMD. Dotée d'un étage d'alimentation à huit phases, la carte embarque quatre emplacements mémoire DDR3 et des connecteurs ATX standards : 24 broches pour l'alimentation, 8 broches pour le processeur. Elle se dote qui plus est d'un système de refroidissement des plus basiques : deux radiateurs reliés entre eux par un caloduc au rôle pas forcément aussi évident.

0127000004398036-photo-carte-m-re-asus-f1a75-v-pro-1.jpg
0127000004398038-photo-carte-m-re-asus-f1a75-v-pro-2.jpg

Carte mère Asus F1A75-V PRO


Avec deux ports PCI-Express 16x de seconde génération, le deuxième connecteur étant câblé sur 4x, la carte propose trois ports PCI et deux connecteurs PCI-Express 1x. La prise en charge du Crossfire est logiquement au menu mais le SLI fait défaut : impossible de l'activer sans bidouilles. On retrouve six connecteurs Serial-ATA 6 Gb/s complétés par un septième dépendant d'un contrôleur annexe, en l'occurrence une puce ASMedia 1601. Si le chipset AMD assure la prise en charge de 4 ports USB 3.0, deux des quatre ports USB 3.0 présents à l'arrière de la carte mère dépendent d'un contrôleur ASMedia. On trouve un connecteur 19 broches sur la carte mère permettant de relier à la carte mère le header USB 3.0 de votre boîtier : visiblement ces ports dépendent du chipset A75. La partie réseau revient ici à un contrôleur Realtek, référence 8111E avec prise en charge du Gigabit Ethernet.



Niveau connectique extérieure, la carte offre quatre ports USB 3.0 tous gérés par le chipset AMD, un port PS2, deux ports USB 2.0, un port eSATA, un connecteur RJ45 et six connecteurs mini-jack pour l'audio en plus de la sortie optique. Niveau affichage on a droit à un connecteur HDMI, un connecteur DisplayPort, un connecteur DVI et un connecteur VGA. Par défaut, le connecteur DVI ne fonctionne pas en mode Dual Link.

À noter la présence de quatre connecteurs pour ventilateurs sur cette carte mère, dont l'un d'eux est réservé au processeur. Leur répartition est du reste assez mal vue, du coup impossible pour nous de brancher le second ventilateur présent sur le sommet de notre boîtier Cosmos !

Parmi les fonctions proposées par Asus, citons la présence des interrupteurs EPU et TPU au rôle toujours aussi peu évident. Si Asus nous propose ses Q-Connectors pour faciliter le branchement des câbles ATX de boîtier notamment, il ne faut pas compter sur des boutons de mise en route ou de remise à zéro du CMOS. Dommage ! On se consolera avec un BIOS UEFI se pilotant à la souris ! C'est un bon point d'autant qu'il garantit au passage la prise en charge des disques durs d'une taille de 3 To ou supérieure. À noter toutefois un particularisme : alors que la carte mère comporte 4 ports USB 3.0 si l'on relie une souris USB à un de ces ports, celle-ci est inopérante que ce soit dans le BIOS ou dans le programme d'installation Windows, sauf à passer la souris sur un port USB 2.0. Étrangement dans la même configuration un clavier USB fonctionne même sur un port USB 3.0.
00310184-photo-ordinateur-de-bureau-dell-dimension-3100c.jpg
Pour tester les performances des nouveaux APU Llano, nous avons utilisé la plateforme suivante :
  • Carte mère Asus F1A75-V PRO
  • 4 Go mémoire DDR3-1600 Corsair @1333 MHz
  • 2x Disque dur Western Digital Raptor 300
  • Carte graphique NVIDIA GeForce GTX 570
Sur cette plate-forme, opérant sous Windows 7 édition Intégrale 64 bits, nous testerons le processeur AMD A8-3850, mais aussi le A6-3650 reçu dans un deuxième temps. Puisqu'il nous faut comparer la nouvelle d'offre d'AMD avec l'existant nous avons eu recours à une seconde plate-forme AMD, cette fois en socket AM3, dont le détail figure ci-dessous :
  • Carte mère Asus Crosshair IV Formula (BIOS 1902)
  • 4 Go mémoire DDR3-1600 Corsair @1333 MHz
  • 2x Disque dur Western Digital Raptor 300
  • Carte graphique NVIDIA GeForce GTX 570
Toujours animée par Windows 7, cette machine nous a permis de tester l'Athlon II X4 640, une version quadri-coeurs de l'architecture Stars sans mémoire cache L3 et à une fréquence proche de notre processeur Llano (3 GHz). Nous testerons également le Phenom II X4 955, à 3,2 GHz, sur cette configuration afin de vérifier comment l'A8-3850 se positionne. Il nous fallait bien sûr comparer le tout à l'offre Intel et plus particulièrement à Sandy Bridge !
  • Carte mère Asus P8Z68V-PRO
  • 6 Go mémoire DDR3-1600 Corsair @1333 MHz
  • 2x Disque dur Western Digital Raptor 300
  • Carte graphique NVIDIA GeForce GTX 570
Toujours sous Windows 7 x64, ce système nous aura permis de tester les processeurs suivants : Core i3 2100, Core i5 2300 et Core i7 2600K, ce dernier en guise de maître étalon. La présence du Core i3 2100, un processeur double-coeur avec Hyper Threading, s'explique par son tarif. À plus ou moins 100 euros, le Core i3 2100 est un challenger de l'A8-3850 annoncé à 129 euros TTC. Nous testerons également le Core i3 2105, mais uniquement dans les tests de graphique intégré. En effet la seule différence entre les Core i3 2100 et Core i3 2105 vient du circuit graphique embarqué : HD2000 pour le premier, HD3000 pour le second. Précisons que le Core i5 2300 également présent dans ce test se négocie actuellement 150 euros.

À noter la présence dans les graphiques de la mention AMD A8-3850 - iGFX. Il s'agit ici des performances processeur du A8-3850 obtenues en activant le coeur graphique intégré, le Radeon HD 6650D, sans la GeForce GTX 570. Comme on le verra, cet exercice est surprenant. Naturellement, nous ne testerons pas cette combinaison dans les jeux puisqu'elle n'a pas de sens.

3DMark Vantage - v1.0.1 - Test processeur

04445920-photo-amd-a6-3650-3dmark-vantage.jpg


Grand classique, le test processeur de 3DMark Vantage est exécuté en mode PhysX processeur (autrement dit la carte graphique n'est pas sollicitée). En tête le Core i7 2600 se passe de commentaire. Notre processeur AMD A8-3850 déçoit quelque peu puisqu'il est légèrement en retrait de l'Athlon II X4 640 ! Il est vrai que ce dernier est 100 MHz plus rapide. Toutefois l'A8-3850 peut normalement compter sur une plus grande quantité de cache L2 ici sans effet. De fait le Core i3 2100 fait mieux alors que le Core i5 2300 est 63% plus rapide. Logiquement les performances processeur avec le circuit graphique intégré sont en retrait face aux performances processeur avec GeForce GTX 570, mais l'impact est très réduit : moins de 1%. A noter les performances du A6-3650, les plus basses de ce classement.

PCMark 7

04445936-photo-amd-a6-3650-pcmark-7.jpg

L'utilitaire synthétique PCMark nous revenait récemment dans une nouvelle version 7. Nous exécutons ici la suite PCMark dont le score final se base sur un ensemble de routines censées reproduire une utilisation quotidienne de l'ordinateur. Core i7 2600K et Core i5 2300 sont en tête alors que le Core i3 2100 termine troisième ! L'A8 3850 est ici 3,7% plus rapide que l'Atlhon II X4 640. Quant au A6-3650 il est derrière l'Athlon II X4 640 ! On s'aperçoit que l'indice PCMark chute lorsque l'on exécute le même test en activant le coeur graphique intégré : on perd 7% de performances selon PCMark.

Sandra 2011 - Test processeur

04445940-photo-amd-a6-3650-sandra-cpu.jpg

Le test processeur de Sandra 2011 confirme la tendance. Les processeurs Core sont en tête et même le plus faiblard d'entre eux, le Core i3 2100 (2 coeurs, 4 threads) se hisse devant les solutions AMD. L'Athlon II X4 640 est ici au même niveau que l'A8-3850, ce dernier obtenant des performances très légèrement supérieures lorsque son circuit graphique intégré est activé. Du coup le A6-3650 est bon dernier.

Sandra 2011 - Test mémoire

04445942-photo-amd-a6-3650-sandra-m-moire.jpg

Côté performances mémoire, AMD souffre depuis quelques années. L'arrivée de Llano ne bouleverse pas la donne et si les processeurs Core dominent largement, la bande passante mémoire théorique offerte par l'A8 est en progrès ! Naturellement l'activation du graphique intégré rogne un peu sur la bande passante mémoire du processeur A8-3850, mais dans des proportions tout à fait acceptables. A noter un score mémoire légèrement supérieur pour le A6-3650 face au A8-3850. Cela est vraisemblablement due à la dernière mise à jour BIOS proposée par Asus qui se montrer par défaut plus agressive sur certains temps de latence mémoire.

ScienceMark 2.0 x64 - Primordia

04445944-photo-amd-a6-3650-sciencemark-2-0.jpg

Les performances sous ScienceMark suivent une logique. Les processeurs Intel dominent alors que notre A8 3850 est au niveau d'un Athlon II X4 640. On note des performances très légèrement supérieures pour notre Llano une fois son circuit graphique activé. Le Phenom II X4 955 reste ici 9% plus rapide que le A8-3850. Quant au A6-3650 il est dernier une fois de plus. Le A8-3850 est 11% plus rapide alors que le Core i3 2100 d'Intel, pourtant vendu au même prix est 40% plus rapide dans ce test !

Cinebench 11.5

04445924-photo-amd-a6-3650-cinebench.jpg

Cinebench évalue les performances de nos processeurs en fonction de leur célérité à effectuer le rendu complet d'une scène 3D. Core i7 2600K et Core i5 2300 sont en tête alors que le Phenom II X4 955 récupère la troisième place. L'A8 3850 fait pour une fois mieux que le Core i3 2100 avec des performances 12% supérieures. À noter un très léger gain de performances pour l'A8 3850 lorsque son circuit graphique est enclenché. Dans tous les cas le premier représentant Llano fait aussi bien que l'Athlon II X4 640. Quant au A6-3650 il fait jeu égal avec le Core i3 2100... pour une fois !

Compression de fichiers - WinRAR 4.01

04445948-photo-amd-a6-3650-winrar.jpg

Nous mesurons le temps nécessaire pour créer une archive RAR à partir d'un jeu de fichiers. Le résultat est indiqué en secondes, la lecture du graphique est inversée. Notre trio de processeurs Core est en tête, largement alors que les nouveaux Llano, y compris le A6, terminent la marche... derrière l'Athlon II X4 640.

3DSMax 2010 - 1280*1024 - Radiosité

04445922-photo-amd-a6-3650-3dsmax-2010.jpg

Autre test de rendu 3D avec le calcul d'une scène complexe. Là aussi les résultats sont exprimés en secondes, la lecture du graphique est donc inversée. Pour une fois Llano tire son épingle du jeu ! Et cela fait plaisir à voir. C'est ainsi que l'A8 3850 effectue le rendu plus rapidement que l'Athlon II X4 640 alors qu'il coiffe au poteau le Core i3 2100 en nous faisant gagner une vingtaine de secondes sur le temps global de rendu. Face au Core i3 2100, le A6-3650 réussit l'exploit d'être plus rapide avec un rendu de la scène qui s'effectue treize secondes plus rapidement. Naturellement... les Core i5 et Core i7 restent largement en tête. À noter une fois encore des performances légèrement supérieures pour l'A8 3850 lorsque son circuit graphique est activé.

Adobe Photoshop CS5 - Flou radial

04445938-photo-amd-a6-3650-photoshop-cs5.jpg

Avec Photoshop nous mesurons le temps nécessaire à l'application d'un filtre sur une photo haute définition. Le résultat est exprimé en secondes, la lecture du graphique est inversée. À l'instar de 3DS Max 2010, Photoshop CS5 propulse l'A8 3850 devant le Core i3 2100, mais aussi devant l'Athlon II X4 640. Il faut dire que le cache additionnel de Llano semble particulièrement réussir à Photoshop. Du reste nous formulons le même constat pour le A6-3650 ! Face au Core i3 2100, l'application de notre filtre de flou radial se fait... trois secondes plus rapidement avec Llano dans sa version A8-3850 !

Compression vidéo - TMPGenc 4.7

04446868-photo-amd-a6-3650-tmpgenc.jpg

Nous procédons à l'encodage d'une vidéo de référence avec le logiciel TMPGenc. Les résultats sont exprimés en secondes, la lecture du graphique est inversée. Une fois encore Core i7 2600K et Core i5 2300 sont en tête. Le Core i3 2100 fait aussi bien voir mieux que les nouvelles APU d'AMD, ces dernières étant en retrait face à l'Athlon II X4 640, y compris l'A6-3650.

Mathematica 5.2

04445934-photo-amd-a6-3650-mathematica-5-2.jpg

Retour à une lecture conventionnelle du graphique. Mathematica évalue les performances de nos processeurs en fonction de leur célérité à effectuer un certain nombre de calculs. Intel semble ici intouchable. On note des performances légèrement supérieures pour Llano face à l'Athlon II X4 640. L'A8 3850 est en effet 4% plus performant. Cet avantage croit très légèrement en activant le coeur graphique intégré. En revanche, l'A6-3650 est bon dernier.

Crysis Warhead - v1.1 - 1024x768x32 - Réglages élevés

04445928-photo-amd-a6-3650-crysis.jpg

Sous Crysis l'A8-3850 se montre 10% plus rapide que l'Athlon II X4 640. Reste qu'en face le Core i3 2100 est 32% plus performant. Face au A6-3650 l'écart est encore plus impressionnant : 40% !

Dirt 3 - 1024x768x32 - Réglages Ultra

04445930-photo-amd-a6-3650-dirt-3.jpg

Tout récent le jeu de courses Dirt 3 confirme la tendance. Le Core i3 2100 est 12% plus rapide que l'A8 3850, ce dernier étant tout juste 2% plus rapide que l'Athlon II X4 640. Le même Core i3 2100 est 17% plus rapide que l'A6-3650.

Call Of Duty 4 Modern Warfare - v1.7 - 1024x768x32

04445926-photo-amd-a6-3650-call-of-duty-4.jpg

Les écarts évoluent, mais le Corei3 2100 demeure plus rapide que l'A8 3850. Ici le nouveau processeur d'AMD fait jeu égal avec l'Athlon II X4 640. Quant au Core i5 2300 il est 64% plus rapide que notre APU... tout de même ! Enfin le A6-3650 est le plus lent... sans surprise.

Far Cry 2 - v1.04 - 1024x768x32

04445932-photo-amd-a6-3650-far-cry-2.jpg

Pour Far Cry 2... pas de changement et presque pas de commentaire aurait-on envie d'écrire ! Le Core i3 2100 est ici 23% plus performant que l'A8 3850. Ce dernier est 7% plus rapide que l'A6-3650. Pour en revenir au A8-3850, ce dernier est tout de même, c'est suffisamment rare pour le souligner, 5% plus rapide que l'Athlon II X4 640.Nous allons ici tester les performances graphiques des nouveaux Llano. Pour ce faire, nous retenons deux résolutions : 1280x720 et 1680x1050 (résolution d'un écran 22 pouces). Nous faisons figurer les performances d'une Radeon HD 6670, une carte graphique entrée de gamme proposée par AMD, mais aussi les performances des HD 2000 et HD 3000 d'Intel. Le premier est testé avec le Core i3 2100, le second avec le Core i3 2105. Nous activerons également la fonction Dual Graphics pour réunir la puissance du Radeon HD 6650D intégré à notre A8 3850 et la Radeon HD 6670. À noter que nous testerons les performances du graphique intégré à Llano avec de la DDR3-1333 et avec de la DDR3-1866 histoire de vérifier le potentiel gain. En prime nous faisons figurer les résultats du Radeon HD 6530D présent au coeur des processeurs A6-3650.

Far Cry 2 - v1.04 - Réglages élevés

04446066-photo-llano-amd-a8-a6-performances-graphique-far-cry-2.jpg

Comme prévu, le Radeon HD 6650D intégré à Llano met une claque aux solutions HD Graphics d'Intel : Llano est ici deux fois plus rapide. On note que le passage à la DDR3 1866 permet de gagner 15% en performances. Ce n'est pas forcément négligeable. Reste qu'une carte seule comme la Radeon HD 6670 est deux fois plus rapide ! À noter les étranges performances en Dual Graphics ! En 1280x720, le mode Dual Graphics donne de moins bons résultats qu'avec une carte seule, une situation inverse à ce qui se produit en 1680x1050 où le Dual Graphics offre un très léger avantage. L'écart de performances entre Radeon HD 6650D intégrée au A8-3850 et Radeon HD 6530D intégrée au A6 3650 est ici de 22%.

Call Of Duty 4 Modern Warfare - v1.7

04446062-photo-llano-amd-a8-a6-performances-graphique-call-of-duty-4.jpg

Les performances graphiques de Llano demeurent deux fois plus importantes que celles obtenues avec les circuits HD 2000 ou 3000 d'Intel. Le passage en DDR3-1866 permet de gagner en performances : jusqu'à 17% en 1680x1050. En revanche le mode Dual Graphics semble lourdement pénaliser les performances par rapport à une Radeon HD 6670 seule. Le Radeon HD 6650D du A8 3850 est 19% plus rapide que le Radeon HD 6530D du A6-3650.

World In Conflict - v1.0009

04446064-photo-llano-amd-a8-a6-performances-graphique-world-in-conflict.jpg

On termine avec World In Conflict qui ne change rien finalement à nos observations. Les performances graphiques de Llano sont excellentes comparées au HD Graphics d'Intel. Reste qu'une carte seule comme la Radeon HD 6670 est plus rapide alors que la fonction Dual Graphics semble ne pas donner satisfaction puisque le gain de performances est nul face à une carte seule, mais bien réelle face au seul HD 6650D de notre processeur A8 3850. Entre Radeon HD 6650D et Radeon HD 6530D, l'écart ici observé est plus réduit : 8% en 1280x720 et 6% en 1680x1050.

Lecture Blu-ray et occupation processeur

Nous avons cherché à mesurer la consommation processeur lors de la lecture Blu-ray. Pour cela nous avons recours à Power DVD 11 et à Casino Royale.

04401230-photo-amd-llano-playback-blu-ray.jpg


L'occupation processeur moyenne la plus élevée revient au A8 3850 tandis qu'une Radeon HD 6670 fait un peu mieux. Quant au HD 2000 et HD 3000 ils font nettement mieux que Llano avec une occupation processeur moyenne deux fois inférieure !

Consommation

Nous avons bien sûr mesuré la consommation électrique de nos processeurs. Pour cela nous employons un wattmètre et nous relevons la consommation électrique du système à la prise. C'est donc la consommation totale de la machine qui est relevée. Nous procédons à deux mesures : au repos sous Windows 7, puis en charge avec Prime 95.

04445954-photo-amd-a6-3650-llano-consommation.jpg


Un bon point pour Llano, la consommation globale de notre système au repos est la plus basse avec l'A8 3850, et cela s'accentue encore avec le A6-3650. Comparativement, dans les mêmes conditions et à configuration équivalente le Core i3 2100 consomme une poignée de watts supplémentaires. En charge en revanche Llano consomme nettement plus que le Core i3 2100 : l'écart grimpe tout de même à une soixantaine de watts ! Du reste l'A8 3850 consomme plus en charge qu'un Core i5 2300 ce qui le place presqu'au même niveau qu'un Phenom II X4 955 ! Le couple graphique intégré et A8 3850 offre en revanche une prestation honnête : 149 Watts en charge et 55 Watts au repos. A noter que les 300 MHz supplémentaires du A8-3850 entraine en charge une consommation supérieure d'une vingtaine de watts face au A6-3650.

Overclocking

En matière d'overclocking, les derniers processeurs AMD n'ont pas forcément laissé un souvenir magistral. L'arrivée de la gravure en 32nm promet de changer cette perspective... même si de base les A8 3850 dispose d'un coefficient multiplicateur bridé. À noter au passage qu'il n'est pas possible de modifier depuis le BIOS la fréquence de la partie graphique de Llano. Revenons-en à la partie processeur que nous avons successivement fait passer de 2,9 GHz à 3,5 GHz puis 3,8 GHz sans le moindre problème et en bénéficiant d'un système stable ! Pratiquement 1 GHz d'overclocking pour un processeur AMD en modifiant simplement la fréquence du bus système c'est inespéré ! Et c'est un exploit que nous saluons par la même.

0000011804401256-photo-amd-llano-amd-a8-3850-cpu-z-oc.jpg

Overclocking réussi à 3,8 GHz


Conclusion

0000012704397588-photo-amd-fusion-llano-die-shot.jpg
Le futur est enfin là, et Fusion aussi ! Mais depuis l'annonce initiale de ce projet, bien de l'eau a coulé sous les ponts... À tel point qu'Intel a pris de vitesse AMD avec l'introduction début 2011 de Sandy Bridge. Si Intel a finalement été le premier à mettre sur le marché un processeur réunissant cœurs d'exécution x86 et circuit graphique sur le même morceau de silicium, AMD n'est pas nécessairement en reste.

Certes, si l'on considère les performances processeur brutes de Llano, on ne peut s'empêcher d'être déçu... Mais l'essentiel n'est pas forcément là. Dans cette première implémentation, les ingénieurs d'AMD ont choisi la sécurité en intégrant ni plus ni moins que la partie x86 d'un Athlon II X4. Il y a bien quelques ajustements à l'architecture, mais au final l'A8 3850 offre des performances semblables à un Athlon II X4 640. Face à l'offre d'Intel c'est forcément très insuffisant. Il convient de nuancer quelque peu ce propos en établissant le constat suivant : globalement le Core i3 2100 fait mieux que l'A8 3850. Mais Llano dispose de quatre vrais coeurs d'exécution qui se montrent redoutable dans les applications multithreadées face à un Core i3 2100 doté de seulement deux vrais coeurs certes multithreadés. En revanche, le Core i3 2100 laisse sur place Llano dans toutes les applications simple thread, y compris les jeux.

D'un autre côté la partie graphique n'a pas grand-chose à voir avec l'HD Graphics des derniers processeurs Sandy Bridge d'Intel. Tout d'abord AMD propose la prise en charge de DirectX 11 ainsi que des pilotes éprouvés (et parfois un rien éprouvants lorsque nous repensons à notre première installation sur Llano qui s'est soldée par un écran bleu) et surtout beaucoup plus complets que ceux d'Intel. En terme de performances, AMD l'emporte cette fois-ci haut la main ! Le Radeon HD 6650D du A8 3850 est bien souvent deux fois plus rapide que le HD 3000 d'Intel ! Reste que dans tous les cas pour jouer cela sera souvent trop juste, alors qu'une simple carte graphique additionnelle comme la Radeon HD 6670 offre des performances bien supérieures.

Dans ses documentations AMD vante la répartition intelligente de ses transistors entre espace alloué au graphique et espace alloué aux cœurs x86 et donc à la puissance de calcul. La réalité c'est tout de même que la solution graphique d'Intel est suffisante pour ce qu'on lui demande, à savoir afficher le bureau Windows, surfer sur Internet, consulter des vidéos, alors que la puissance de calcul est là pour toutes les applications de la vie quotidienne. Chez AMD, la puissance graphique surpasse largement celle d'Intel, mais elle n'est toujours pas acceptable pour jouer à des titres récents alors même que la puissance de calcul brute est en retrait. Du coup on aurait quand même tendance à préférer un processeur qui a de la ressource pour le tout venant à un processeur qui peut exécuter World In Conflict en mode DirectX 10 de manière ... presque ... fluide.

0140000004397642-photo-processeur-amd-a8-3850-1-llano.jpg


Avec Llano, AMD introduit une nouvelle plate-forme et un nouveau socket. On ne blâmera pas l'apparition du FM1 incompatible avec le socket AM3, Intel nous ayant habitués à bien pire en la matière. Et l'on saluera la prise en charge native de l'USB 3.0, au moins sur le A75, qui n'est toujours pas à l'ordre du jour chez la concurrence. Si le mode DDR3-1866 apporte un vrai gain de performance du côté du graphique intégré, on est beaucoup plus réservé sur le mode Dual Graphics qui bien souvent agit en ralentisseur face à une carte seule ! L'autre nouveauté pour AMD c'est la gravure en 32nm qui semble ici maîtrisée... la preuve en overclocking ! Reste que curieusement les fréquences de fonctionnement des nouveaux APU sont un poil faibles alors que le mode Turbo n'est pas disponible sur les modèles 100 Watts.

Côté branding, la disparition des marques Athlon et Phenom pour une nomenclature A6/A8 des processeurs nous laisse perplexes et nous aurions aimé qu'AMD nous fournisse pour ce lancement un processeur A6 histoire de voir les différences avec le modèle le plus haut de gamme.

En définitive, à défaut de convaincre à 100%, l'arrivée de Llano permet à AMD de rejoindre Intel en proposant une solution avec graphique intégrée qui tient la route. Et si les performances ne sont pas renversantes au moins pour ce qui est de la partie processeur, le prix lui est agressif. AMD annonce un prix public conseillé de 129 euros TTC pour le A8 3850. De quoi faire réfléchir tout de même d'autant que le coût de la plate-forme AMD est généralement moindre que celui de l'offre équivalente chez Intel. Dans tous les cas, une nouvelle ère est bel et bien en train de naître avec l'apparition de processeurs dotés d'un circuit graphique moderne.

Mise à jour 27 juillet : A l'heure du premier test de Llano, nous regrettions de n'avoir pu tester les processeurs A6. C'est désormais chose faites et nous remercions AMD pour cela. Le test du A6-3650 met en lumière deux éléments assez contradictoires : sur le plan des performances processeur, et comme on pouvait le redouter, ce n'est pas du tout ça. Un Intel Core i3 2100 vendu au même tarif fait mieux dans presque tous les tests. Côté graphique en revanche il est intéressant de constater que la disparition de certaines unités n'ampute les performances que de manière finalement assez raisonnable. On conserve donc des performances 3D bien supérieures au HD 3000 d'Intel et l'on en revient à notre précédent constat... A savoir, les performances 3D offertes par Intel sont suffisantes pour le tout venant, tandis que les performances 3D des APU Fusion sont certes supérieures mais de toute manière insuffisantes pour jouer dans de bonnes conditions aux derniers titres du moment. En définitive le A6-3650 ne nous emballe pas et on lui préférera au même prix un Core i3 2100 sans hésitation.

AMD A8 3850

5

Les plus

  • Plate-forme convaincante en A75
  • Prise en charge DirectX 11
  • Gravure en 32nm / OC !
  • Prix agressif

Les moins

  • Pas de cache L3
  • Pas de mode Turbo
  • Performances en Dual Graphics

Performances6

Innovation7

Qualité/prix8





AMD A6 3650

4

Les plus

  • Prise en charge DirectX 11
  • Gravure 32 nm

Les moins

  • Pas de cache L3
  • Pas de mode Turbo
  • Performances insuffisantes face au Core i3

Performances4

Innovation7

Qualité/prix5



Modifié le 19/05/2021 à 13h09
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

MSI GE620DX : mise à niveau graphique de ce PC portable pour joueur
L’Arabie Saoudite bloque le site d’Amnesty International
Nokia Ovi store : plus de 7 millions de téléchargements par jour
Publicité locale : Google Boost devient AdWords Express
Concurrence : Nexans se prépare à l'éventualité d'une amende de l'Europe
Amazon s'estime satisfait de ses résultats financiers
Etude : les applications web seraient attaquées toutes les 2 minutes
Safran poursuit ses investissements dans la reconnaissance de visages
La détection de visages s'invite sur iOS 5
Windows Phone : Microsoft achève les travaux sur Mango
Haut de page