La séparation : pourquoi Intel divise-t-elle en deux son unité de puces graphiques ?

Alexandre Fiannaca
Publié le 22 décembre 2022 à 14h10
© Christian Wiediger / Unsplash
© Christian Wiediger / Unsplash

En créant des entités séparées, la géante des semi-conducteurs opère un réalignement stratégique pour mieux concurrencer NVIDIA et AMD, en passe de prendre trop d'avance sur certaines technologies de pointe.

Intel exploite tous les relais de croissance à sa portée – dont le Chips Act européen – pour contrebalancer les effets d'une conjoncture pas toujours favorable et pour rester dans la course. Et elle n'est pas à un bouleversement près dans ses effectifs, quand l'écart se creuse avec d'autres mastodontes du marché.

Des métiers différents

Dans ce contexte, la firme a annoncé, en début de semaine, la séparation de son unité de puces graphiques. Ainsi, l'équipe des GPU destinés au marché des particuliers sera désormais rattachée à son entité informatique grand public (CCG - Client Computing Group).

De leur côté, les équipes qui travaillent sur des technologies encore plus avancées de GPU pour HPC (High-performance Computing) rejoindront les activités du Datacenter and AI Group. Le DCAI pilote notamment les recherches et la stratégie en matière d'intelligence artificielle (IA) pour l'entreprise.

Ainsi divisées, il y a fort à penser que les équipes du pôle puces graphiques pourront prendre le meilleur des deux mondes pour poursuivre leurs activités.

Accélérer sur l'IA

Mais c'est surtout le rapprochement avec le DCAI de ses personnels œuvrant sur les calculs avancés, qui intéresse Intel. En effet, cette décision intervient alors que le géant de Santa Clara redouble d'efforts en recherche et développement de GPU appliqués à l'IA.

À ce jour, ce segment en pleine croissance reste dominé par NVIDIA, notamment du côté des GPU pour les data centers. De son côté, AMD performe sur les CPU, stimulant de fait le recours à ses unités graphiques. Rappelons toutefois qu'Intel est sévèrement entrée dans la course aux data centers, avec Ponte Vecchio, mais elle doit aller encore plus loin. En opérant une telle réorganisation, elle compte donc reprendre une longueur d'avance sur ses deux rivaux.

Dans la course aux GPU, l'année 2023 s'annonce sportive pour les équipes du DCAI de la firme californienne. Surtout quand le spectre de licenciements à venir plane chez Intel…

Sources : Reuters, QZ.com

Alexandre Fiannaca
Par Alexandre Fiannaca

Aucun résumé disponible

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (2)
Gizmo64

Il va falloir plusieurs années avant qu’intel ne puisse jouer avec les deux mastodontes au niveau HDG.

soaf78

Intel a besoin de revoir le fonctionnement de ses équipes de devs pour la simple raison que la division qui s’occupait des drivers des cartes ARC se trouvait en Russie et qu’ils n’ont pu récupérer leur travail après l’invasion de l’ukraine, donc ils sont repartis presque de zero.( un des facteurs des nombreux retards)