Face à la baisse de ses revenus, la Sacem pense lier streaming et copie privée

0
Pour l'année 2012, la société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique annonce que ses perceptions ont diminué de 1,9%. La Sacem a ainsi collecté l'an dernier 803,5 millions d'euros de droits pour les artistes.

00FA000005295500-photo-sacem-logo.jpg
A l'image de 2011, l'an dernier suit la même tendance en matière de perception de droits d'auteur (.pdf). La Sacem indique à ce titre que ces revenus collectés ont diminué de 1,9% en 2012, à 803,5 millions d'euros (819,4 millions en 2011). Les concerts et les droits généraux (discothèques, musique de sonorisation) deviennent la source principale de revenus pour l'entité, devant le dématérialisé.

Ainsi, « les droits généraux (concerts, discothèques, musique de sonorisation...) deviennent le premier secteur de revenus en hausse de 3% à 273,2 millions d'euros », commente la Sacem. Une bonne tenue à mettre sur le compte du répertoire symphonique protégé et du spectacle vivant, ce dernier représentant près de 10% des revenus collectés.

Après les revenus tirés des passages en radio/télévision (en baisse de 7%), arrive le numérique. Ce dernier secteur progresse de 5% par rapport à 2011, à 108,7 millions d'euros. Pour ce segment, comprenant également les revenus tirés de la copie privée, la croissance est spectaculaire puisque les revenus de la Sacem ont progressé de 40% en 5 ans.

01F4000005681554-photo-sans-titre-1.jpg

Une progression qui pourrait être plus forte dans les années à venir si le streaming entre dans le champ de la redevance pour copie privée. Interrogé par Ecrans.fr, Jean Noël Tronc, directeur général de la Sacem, a en effet expliqué que l'hypothèse doit être envisagée. Il précise : « quand je prends l'avion de Los Angeles à Paris, j'utilise Spotify mais j'ai au préalable stocké des titres en mode hors connexion. A ce moment-là, il y a bien une copie en cache sur le disque dur de mon smartphone. C'est la réalité technico-marketing de ces nouveaux modes de consommation. Le always on, ce n'est pas demain la veille, donc le streaming génère de la copie privée ».

Pour l'année à venir, le responsable de la société représentante des auteurs, compositeurs et éditeurs, estime également que : « la progression de l'ADSL, du téléchargement et du streaming devrait se poursuivre en 2013 avec la conclusion d'une série de négociations entamée avec différents partenaires ». La Sacem est pourtant actuellement en conflit avec YouTube. Le contrat publicitaire étant en renégociation, les vidéos musicales ne sont actuellement plus monétisées en France. Même si la Sacem nie tout blocage avec Google, l'institution pourrait décider de supprimer les vidéos musicales de la plateforme de vidéos.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

LibreOffice 4.0 : premières différences majeures avec OpenOffice
Huawei devient le 3e vendeur de smartphones, derrière Apple
AOC g2460Pqu : un moniteur gamer 120 Hz qui n'en a pas l'air
Vine, le nouveau service vidéo de Twitter, victime de la pornographie
Subventions mobiles : la FFT rappelle l’intérêt du modèle
USA : Facebook débourse 20 millions de dollars pour cloturer une class action
Nokia Lumia 510 : le Windows Phone 7.8 premier prix désormais en France
Concept : un stylo capable de traduire à la volée
La Poste Mobile : nouveaux forfaits low cost et fluctuations de prix
Cybersécurité : la Défense US pourrait recruter massivement
Haut de page