Musique : Universal Music Group rachète EMI

14 novembre 2011 à 07h14
0
Universal Music Group a annoncé vendredi l'acquisition de son concurrent britannique, EMI, pour 1,4 milliard d'euros. Suite à cette opération, qui requiert l'approbation des autorités de la concurrence, le marché de la musique ne sera plus partagé qu'entre trois grands groupes : Universal, large numéro un, Warner et Sony.

Le groupe Vivendi a confirmé vendredi la signature d'un accord définitif visant à procéder via sa filiale Unversal Music Group à l'acquisition de l'activité musique enregistrée du britannique EMI pour un montant de 1,2 milliard de livres (1,4 milliard d'euros). EMI, propriétaire des mythiques studios d'Abbey Road, représente des artistes comme les Beatles ou Coldplay, et rassemble de très nombreux labels. La maison de disques compte pour environ 10% du marché mondial de la musique enregistrée.

En 2007, EMI avait été racheté par le fonds de pension Terra Firma, pour 4,2 milliards de livres, puis saisi par le groupe bancaire Citigroup pour défaut de paiement. Début 2011, le nouvel administrateur avait annoncé son intention de se désengager d'EMI. La sortie se fera finalement en deux temps, et de façon lucrative pour Citigroup : la division maison de disques ira donc à Universal, tandis qu'un groupe emmené par Sony rachètera EMI Music Publishing, l'activité d'édition, pour 2,2 milliards de dollars (1,62 milliard d'euros).

012C000004744562-photo-logo-emi.jpg

« UMG s'engage à préserver la culture et la diversité artistique d'EMI ainsi qu'à investir dans ses artistes et à faire confiance à ses collaborateurs pour développer cette entreprise », promet Lucian Grainge, PDG d'Universal. « Ainsi, nous serons à même de saisir pleinement les nombreuses opportunités présentes sur le marché, et nous serons aussi en mesure de mieux répondre aux attentes de nos artistes, de nos auteurs, de nos compositeurs et de nos partenaires commerciaux, tout en proposant plus de choix aux passionnés de musique ». Pour financer l'opération et limiter les risques d'un rejet par les autorités de la concurrence, Universal cédera 500 millions d'euros d'actifs.

Une fois l'opération validée, Universal sera à l'origine d'environ un tiers des ventes de disques dans le monde. La transaction fera toutefois l'objet d'un examen attentif des gendarmes de la concurrence en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. Or certaines voix s'élèvent déjà contre cette consolidation, comme celles d'IMPALA, le syndicat des maisons de disque indépendantes, qui en 2004 avait déjà tenté de faire capoter le rapprochement initié entre Sony et BMG. « Dans la mesure où Bruxelles a déjà pris la décision qu'Universal ne devait pas devenir plus important, nous espérons que la vente sera tout simplement bloquée », fait valoir Helen Smith, sa présidente, dans un communiqué.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
Allongé et endormi
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
Déjà en rupture de stock, les NVIDIA RTX 3080 se vendent à prix d'or sur eBay
scroll top