Nikon D600 en test : le plein format pour tous ?

10 octobre 2012 à 17h00
0
La sortie du D600 de Nikon a une saveur particulière, puisqu'elle tombe 10 ans presque jour pour jour après celle du tout premier reflex numérique plein format, le Canon EOS 1Ds. Pour mémoire, le boîtier d'alors coûtait pas loin de 10 000 € nu ! Entre temps, les constructeurs ont dévoilé d'autres appareils avec capteur 24 x 36 mm plus abordables, histoire de toucher un public de passionnés, en plus des professionnels : Canon EOS 5D, Nikon D700, Sony Alpha 900... Mais il fallait encore débourser près de 3 000 € pour se payer un de ces boîtiers.

Ces boîtiers ont fait des petits, Canon EOS 5D Mark II et Mark III, Nikon D800, ou très récemment Sony SLT-A99, dans une gamme de prix à peu près similaire (2 500 - 2 800 €). Encore trop onéreux pour atteindre le grand public. Qu'à cela ne tienne, face à une véritable attente de nombreux photographes amateurs pour du plein format plus accessible, Nikon a décidé d'étendre sa gamme par le bas en proposant un reflex 24 x 36 mm plus abordable : le D600, au format FX avec 24,3 MPix au compteur ! Pour rappel, FX est l'appellation utilisée par Nikon pour désigner ses boîtiers plein format, en opposition au DX, pour les modèles APS-C. C'est le premier prix du marché, environ 2 000 € nu, avec le Canon EOS 6D annoncé juste après. Et pour être sûr que le message passe bien, le site de Nikon classe le D600 dans la catégorie reflex amateur. Est-ce un D800 dépouillé ou un D7000 dopé ? Le D600 sonne-t-il l'heure de la démocratisation du 24 x 36 mm ou est-ce encore un format de niche ? La réponse dans les pages de test qui suivent !

012C000005443093-photo-nikon-d600.jpg
012C000005443095-photo-nikon-d600-2.jpg

Le Nikon D600


Signalons, comme nous l'a rappelé un lecteur, que Sony avait déjà tenté le coup du plein format abordable début 2010 avec l'Alpha 850, une version allégée de l'Alpha 900, commercialisé à 2 000 €.

Nikon D7000 : trouvez le prix le plus bas pour ce modèle sur notre comparateur de prix !

Nikon D600
Caractéristiques générales
BoîtierStructure en plastique /
Façade en polycarbonate
Dessus et arrière en alliage de magnésium
Tropicalisé
Pixels / Résolution max24,7 Mpix (24,3 effectifs)
6 016 x 4 016 pixels
Capteur - taille - processeurCMOS
Format FX 35,9 x 24 mm
Expeed 3
Densité de pixels2,86 Mpix / cm²
Anti-poussièreNettoyage du capteur par vibration
ViseurPentaprisme
100 % de couverture (97 % en DX)
grossissement 0,7 X
MontureNikon F (avec couplage et contacts AF)
Objectif du packZoom 24-85 mm f:3,5-4,5
StabilisationVR optique sur objectif fourni
(et selon l'objectif sinon)
Ecran3,2'' de 921 600 pixels
ISO en natif100 à 6 400 ISO
ISO étendus50 ISO et 12 800 à 25 600 ISO
Obturateur30 s à 1/4 000 s + pose B
AFMulti-CAM 4800 39 collimateurs
(9 en croix)
Mesure expoTTL avec capteur RVB 2 016 photosites
Balance des blancsAuto + 6 prédéfinis + manuel (2 500 à 10 000 K)
+ 4 mesures
Formats de fichiersJpeg, RAW, RAW + Jpeg
RafaleJusqu'à 5,5 im/s
FlashPop up - portée 12 m (à 100 ISO)
Fonctions spéciales à la PDVSurimpression, Time Laps, bracketings, D-Lighting, HDR, correction distorsion, scènes
StockageCartes SD/SDHC/SDXC, double logement
Connectiquemini USB 2.0, mini HDMI, micro et casque stéréo jack 3,5 mm, GPS / télécommande, infrarouge
Câbles fournisUSB, chargeur
Autonomie annoncée900 vues (CIPA)
Dimensions141 x 113 x 82 mm
Poids nu
Poids avec objectif du kit
860 g
1318 g
AlimentationBatterie EN-EL15 1 900 mAh
LogicielsNikon ViewNX2
Caractéristiques vidéo
Qualité maximum1 920 x 1 080p à 30 im/s (env. 21 Mbps)
Conteneur - codecMOV - H.264/AVC
SonMono
AF pendant vidéoOui (en AF-F)
Vidéo stabiliséeOui (avec 24-85 mm)
PrixEnviron 2 100 € nu
et 2 599 € avec 24-85 mm

Prise en main, ergonomie et menus

00B4000005443041-photo-nikon-d600-bo-tier.jpg
Le Nikon D600 se situe au-dessus du D7000 mais en dessous du D800. Ce positionnement dans la gamme de reflex Nikon se ressent sur la corpulence du D600, dont le gabarit le place précisément entre les deux appareils mentionnés : 141 x 113 x 82 mm. Côté poids, même constat : totalisant 860 g sur la balance (avec accumulateur et cartes SD mais sans bouchon de boîtier), le D600 dépasse de 78 g le D7000 mais se fait distancer de 140 g par le D800 qui atteint le kilogramme. Avec l'objectif 24-85 mm du kit, le D600 culmine à 1,3 kg tout de même. Si l'encombrement est intermédiaire, la finition, l'agencement du boîtier et donc la prise en main sont en revanche beaucoup plus proches du D7000 que du D800.

0064000005437821-photo-nikon-d600-8.jpg
Le D600 adopte une structure essentiellement en alliage de magnésium (dessus et arrière du boîtier), avec une façade en polycarbonate. Le tout bénéficiant d'une finition tropicalisée (joints d'étanchéité à l'humidité et aux poussières), comme sur le D7000. Aucun grief particulier à formuler, le boîtier étant soigneusement conçu. Sauf peut-être la trappe à cartes mémoire (double slot SD), qui semble assez fragile. Mais le bon vieux temps du loquet de déblocage qu'on trouvait sur le D300 semble révolu, puisque Nikon adopte cette trappe coulissante sur tous ses nouveaux boîtiers (sauf D4). Et globalement, la finition demeure moins professionnelle que sur les D800 et D300S : écran de contrôle moins grand, pas de prise synchro flash, un peu moins de commandes... On apprécie en revanche l'ergonomie de la poignée grippée, légèrement plus creusée que sur le D7000 avec une confortable zone d'appui sous la barre rouge de la molette frontale.

00C8000005437807-photo-nikon-d600-3.jpg
00C8000005437823-photo-nikon-d600-9.jpg
00C8000005437771-photo-nikon-d600-13.jpg

La poignée remodelée du D600, avec une zone de maintien agrandie sous la molette frontale, procure un réel confort.


Le double sélecteur de modes cranté du D7000 est de retour, sauf qu'ici Nikon a ajouté un verrou pour la molette supérieure (prise de vue), en plus de celui déjà existant pour la molette inférieure (déclenchement). Ainsi, il n'y a plus aucun risque d'opérer des changements accidentels. Les modes sont identiques : P, A, S, M, U1 et U2 (paramétrables), scène (oui, on reste bien sur un boîtier amateur), discret et auto pour la partie prise de vue, et vue par vue, rafale, silencieux, retardateur, télécommande et miroir levé pour ce qui concerne le déclenchement. Notez que le mode Q n'est pas plus silencieux que cela, tout juste un peu moins sec. Et il produit un bruit supplémentaire après le clic-clac normal (le retour différé du miroir par rapport à la fermeture de l'obturateur)...

012C000005437781-photo-nikon-d600-18.jpg
012C000005437783-photo-nikon-d600-19.jpg

Le double sélecteur de modes cranté, avec deux verrous. Et le mode Q (quiet) silencieux (ralenti le retour du miroir)


Toujours sur la partie gauche, les doigts découvrent sur l'avant du boîtier le loquet AF/MF avec bouton central (pour paramétrer le fonctionnement de l'AF), le verrou de monture d'objectif, les touches bracketing et flash, et le module infrarouge.

012C000005437787-photo-nikon-d600-20.jpg
012C000005437791-photo-nikon-d600-22.jpg

Les commandes situées en façade du boîtier, côté main gauche


008C000005437789-photo-nikon-d600-21.jpg
Sur la tranche se trouve toute la connectique : mini USB 2.0, mini HDMI, GPS ou télécommande, prise micro (jack 3,5 mm) et nouveauté, une prise casque pour effectuer le monitoring audio pour le tournage de vidéo. Un point que les vidéastes apprécieront ! Tandis qu'à l'arrière, le D600 propose une enfilade de touches en bordure d'écran. La touche ISO se situe toujours à cet endroit, obligeant le photographe à lâcher son optique pour libérer sa main gauche. Mais Nikon a eu la bonne idée de la placer en dernière position, facilitant ainsi les manipulations à l'aveugle. Un cinquième bouton fait son apparition : l'accès direct au Picture Control, la gestion de la colorimétrie chez Nikon. Plus besoin donc de passer par le menu pour changer de pré-réglage et apporter des modification (standard, neutre, saturé, monochrome, portrait et paysage, avec pour chaque entrée, un dosage précis de la netteté, du contraste, de la luminosité, de la saturation et de la teinte).

00C8000005437811-photo-nikon-d600-4.jpg
00C8000005437709-photo-nikon-d600-interface-0003-dsc00208-jpg.jpg
00C8000005437711-photo-nikon-d600-interface-0004-dsc00209-jpg.jpg

Le D600 accueille 5 boutons en enfilade à l'arrière, un de plus que sur le D7000, servant à accéder directement au Picture Control


00FA000005437777-photo-nikon-d600-16.jpg
Tant que nous y sommes, parlons du dos de l'appareil. C'est là que le D600 affiche le plus de points communs avec le D800. Ces deux boîtiers partagent en effet viseur, écran et commandes arrières (à droite). Côté visée d'abord, c'est un régal d'être logé à la même enseigne que sur les D800 et D4, la forme ronde de l'oculaire en moins. Au programme : couverture à 100 % du cadrage, grossissement de 0,7 X, verre BriteView VIII et dégagement oculaire de 21 mm (plus long que sur le D7000 et le D800). C'est donc un peu mieux que ce que propose le Canon EOS 6D. Le cadre est large, l'image très lumineuse : une différence majeure par rapport au D7000.

Côté écran, le progrès reste plus mesuré, puisqu'on ne gagne que 0,2 pouce de diagonale (soit 3,2 pouces), sans amélioration de la définition d'écran (921 000 pixels). Les angles de vision sont toujours aussi satisfaisants. La luminosité convient la plupart du temps, sauf par grand ensoleillement, où même le rétroéclairage poussé à fond (+5) ne permet pas de constater sa mise au point (en Live View et vidéo) suffisamment bien. Et le capteur de luminosité ambiante du D800 est également de la partie.

012C000005437779-photo-nikon-d600-17.jpg


En matière de commandes, le D600 affiche là aussi un lien de parenté plus fort avec le D800 qu'avec le D7000. Le nouveau boîtier de Nikon adopte le loquet live view photo / vidéo ainsi que le joystick multidirectionnel cerné de la bague de blocage de collimateur. Ce dernier est toutefois plus proche par sa taille de celui du D7000. Et, le déclencheur vidéo a trouvé sa place vers l'écran de contrôle monochrome, à côté de la mesure et de la correction d'exposition.

012C000005437817-photo-nikon-d600-6.jpg
012C000005437819-photo-nikon-d600-7.jpg

Les commandes sur le dessus du boîtier, à côté de l'écran de contrôle


Quoi d'autre ? Signalons trois autres similitudes, avec le D7000 cette fois : la présence de la touche Fn paramétrable vers le fut de l'objectif, côté poignée, l'intégration d'un flash pop-up portant à 12 m et la batterie EN-EL15 de 1900 mAh (14 Wh) délivrant une autonomie d'environ 900 vues. Mais aussi un point où le D600 fait moins bien : son obturateur est limité à 1/4 000 s contre 1/8 000 s sur le D7000. Et Nikon ne dit plus rien sur la garantie 150 000 déclenchements du D7000 pour son D600...

0096000005437767-photo-nikon-d600-11.jpg
0096000005437793-photo-nikon-d600-23.jpg
0096000005437809-photo-nikon-d600-30.jpg
0096000005437805-photo-nikon-d600-29.jpg

Notez sur la dernière image que même si le connecteur de grip additionnel est identique à celui du D7000, le grip du D600 n'est pas le même... Les possesseurs d'une poignée MB-D11 devront donc acquérir une MB-D14 !


Quid des menus ?

Rien de bien nouveau sous le soleil de Nikon. L'utilisateur de D7000 notera la retouche cosmétique des icônes des six menus toujours en présence. Mais l'agencement reste identique, toujours un peu « bordélique » quand on n'a pas l'habitude. Pourquoi ? Parce que toutes les entrées au sein de chaque menu (notamment prise de vue et configuration) sont listées en vrac dans plusieurs écrans non numérotés, imposant donc d'inévitables défilements en quête du paramètre recherché. C'est nettement plus clair dans le menu Réglages Perso., grâce au double système de classement alphanumérique plus code couleur. La lettre g, dédiée à la vidéo, fait ici son apparition. Mais nous y reviendrons.

Cette organisation demandera un peu d'adaptation pour qui ne connait pas l'univers Nikon. En revanche, une fois chose faite, les possibilités de personnalisations sont immenses ! De quoi se faire un appareil sur mesure, avec de nombreuses commandes ré-assignables (Fn, test de profondeur de champ, Ok, AE-L/AF-L) et même le choix du sens de rotation des molettes.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

La production de l'iPhone 5 freinée par un contrôle qualité
Microsoft met à jour son SDK de Kinect désormais compatible avec Windows 8
Samsung en passe d'annoncer une déclinaison 4 pouces du Galaxy S III (màj)
Geekget Episode 55 : L'enceinte active miniature autonome
Slingbox 350 et 500 : retransmettez votre décodeur TV en 1080p
HTC One XL : la variante Dual Carrier et 4G en exclusivité chez SFR
Abus de position dominante : Google formule des propositions à Bruxelles
Western Digital : votre nouveau My Book, avec ou sans Thunderbolt ?
Yoga, Lynx et Twist : Lenovo annonce ses convertibles Windows 8 en France
Funambol, l'alternative à iCloud, lève 5,75 millions de dollars
Haut de page