Google Chrome dit adieu au contrôle parental

12 janvier 2018 à 16h15
0
La solution de contrôle parental de Google Chrome tire sa révérence : elle n'est plus opérationnelle depuis le 12 janvier 2018.

Le système de surveillance de la navigation sur Internet, baptisé Chrome Supervised Users, ne permet plus de changer les paramètres de ces comptes associés. Il ne reste plus qu'à les supprimer.

Chrome Supervised Users, un dispositif à peine utilisable

Lancée en 2013, la fonctionnalité Chrome Supervised Users a fait long feu. Google a envoyé un mail aux personnes l'ayant utilisée les informant de sa très prochaine indisponibilité. A compter du 12 janvier 2018, il n'est plus possible de modifier les paramètres (autorisations et restrictions) des comptes associés. Et à compter du 15 janvier 2018, il ne sera plus possible de visualiser l'activité sur Internet de ces utilisateurs associés. En un mot, le système cesse d'être opérationnel.

Chrome Supervised Users permettait de paramétrer le navigateur d'un utilisateur contrôlé (un enfant). Une fois le compte de l'enfant activé, les restrictions définies par le parent se mettaient en place. On pouvait par exemple interdire l'accès à certains sites, paramétrer Google pour qu'il refuse d'effectuer une recherche sur certains mots clés... Le système était bien évidemment à peine utilisable, l'établissement d'une liste des mots clés interdits se transformant en un véritable exercice d'imagination pour les parents.

01F4000008787020-photo-contr-le-parental.jpg


Chrome Supervised Users avait surtout une utilité sur le Chromebooks

Tout en annonçant la fin de Chrome Supervised Users, Google fait savoir qu'une version plus avancée de ce dispositif sera lancée dans le courant de l'année 2018. On ignore pour le moment quelle forme elle prendra, mais Google assure d'ores et déjà avoir entendu les reproches formulés à l'encontre de l'ancien système. On peut supposer qu'il s'agissait de la facilité à contourner les restrictions. En effet, les restrictions ne se mettaient en place que lorsque le navigateur était utilisé avec le compte de l'enfant. Il suffisait de se déconnecter ou de tout simplement ouvrir une fenêtre en mode Incognito pour que le dispositif perde son sens.

Les familles utilisatrices d'ordinateurs Chromebook avaient plus de chance : Chrome Supervised Users leur permettait de contrôler l'ensemble du système d'exploitation. Mais en sachant que ces personnes sont une infime minorité, on ne peut que donner raison à Google, pour lequel ce dispositif de contrôle parental n'était pas suffisamment efficace.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020
Certains MacBook Pro récents s'éteignent
Depuis la démocratisation des smartphones les gens ont plus d'accident dus à leur téléphone #SansDec
Cyberharcèlement, usurpation d'identité : une Française vivant aux USA condamnée à de la prison
Grève du 5 décembre : les meilleures applications mobiles pour contourner les perturbations
L'arrivée du « premier contraceptif masculin » en 2020 ?

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top