Le mème Disaster Girl vendu 500 000 dollars en NFT par "la petite fille" elle-même

Paul Taquet
Par Paul Taquet, Dénicheur de bons plans.
Publié le 05 novembre 2021 à 10h30
Disaster Girl

La petite fille du célèbre mème Disaster Girl, âgée de 21 ans aujourd'hui, a vendu sa photo aux enchères pour près de 500 000 dollars en NFT.

Vous vous souvenez de la Disaster Girl ? Quand Dave Roth a pris une photo de sa petite fille Zoe devant une maison en feu, le cliché a été massivement relayé sur la Toile. La fillette est devenue ainsi la star de l'un des mèmes les plus connus de l'histoire d'Internet « grâce » à son sourire presque machiavélique.

Zoe Roth, alias Disaster Girl, remporte le jackpot

Aujourd'hui, Zoe est une étudiante de 21 ans et la photo vient d'être vendue en tant que NFT. Le cliché en question est parti pour 180 ETH, soit l'équivalent de près de 500 000 dollars.

D'après The News & Observer, c'est le créateur du GIF Nyan Cat qui a envoyé une invitation à Zoe et son père afin de mettre aux enchères cette fameuse photo. Et la jeune fille compte partager le jackpot avec sa famille, mais aussi faire des dons à des associations.

Disaster Girl, l'origine du mème

Selon Know Your Meme, la photographie de la fillette et de la maison en feu a été prise par Dave Roth en janvier 2005 au cours d'une simulation d'incendie à Mebane, en Caroline du Nord (États-Unis). Alors qu'il observait l'événement, Dave a surpris sa fille, Zoe, souriant diaboliquement devant la maison en flammes.

Roth a d'abord téléchargé la photo de sa fille sur un service d'hébergement d'images au début de l'année 2007. Cette dernière n'a pas attiré l'attention immédiatement puisqu'il faut attendre le 29 novembre de la même année, date à laquelle Roth a soumis la photo à un magazine dans le cadre d'un concours, pour voir naître le phénomène. En effet, la photo a été sélectionnée pour être publiée dans un numéro du magazine en question.

En quelques mois, le cliché de la Disaster Girl a été repris par de nombreux médias en ligne et a fait l'objet de détournements par milliers pour devenir l'un des mèmes les plus répandus sur le Web aujourd'hui.

Source : The Verge

Paul Taquet
Par Paul Taquet
Dénicheur de bons plans

Après un diplôme obtenu dans le développement informatique, je me suis très vite orienté dans le monde de la rédaction Web en tant qu’indépendant, et principalement dans le domaine des Bons Plans. Chez Clubic, j’essaie d’être au taquet (le plus possible) pour relayer les meilleures offres du moment.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
iksarfighter

Pathétique…

Proutie66

Ce meme m’a toujours fait sourire.

reith

exact: je l’avais instantanément remarquée et je croyais que c’était une création numérique…
Diabolic

kast_or

En tout cas je pense qu’elle a bien fait :slight_smile:

kast_or

Ce que je ne comprends pas là dedans c’est le côté « légal ».
Qu’est ce qui, à l’heure actuelle, donne une quelconque valeur à tout ça ? Il y a un contrat entre les 2 parties (le vendeur et l’acheteur) qui stipule qu’il cède les droits de l’image au détenteur de tel NFT ?
La loi reconnaît-elle une quelqu’une valeur à tout ça ?

MisterDams

Mais comment on peut dépenser un demi million de dollars pour acheter un mème… pardon, le NFT d’un mème :man_facepalming:t2:

Par contre, je me demande ce qu’il en devient des droits sur l’image si l’auteur les cèdent, notamment le jeu qui intègre cette image ?

Proutie66

Quand c’est l’équivalent pour toi de 50 centimes.
Quand un monde est déconnecté, où 1% de riche ont 50 % des richesses.

Gizmo64

Ce n’était même pas un vrai incendie, ça compte pour du beurre du coup, cette petite n’est pas Carrie ! :crazy_face:

benben99

Faut être taré pour payer autant d’argent pour quelque chose de complètement virtuel et recopiable à l’infini

kast_or

Je me suis dit la même chose que toi @benben99 mais en y réfléchissant bien il peut être qu’il y a un vrai business derrière. Par exemple dans la publicité ils doivent surement payer des droits pour utiliser un même connu. Il me semble que le propriétaire de grumpy cat (ou long cat je sais plus) avait quand même toucher le pactole rien qu’avec ça