Brave, Opera et Vivaldi ne se plieront pas à la politique anti-bloqueur de pub de Chrome

11 juin 2019 à 09h32
9
Adblock

Bien qu'ils partagent une base de code commune Chromium, les navigateurs tels que Brave, Opera et Vivaldi ne se plieront pas à la politique anti-bloqueur de pub de Chrome.

Les trois équipes de développement des trois navigateurs ont confirmé publiquement qu'elles ne souhaitaient pas suivre les changements initiés par Google sur Chromium, le navigateur open-source sur lequel Chrome, Brave, Opera et Vivaldi sont en partie basés.


Des modifications qui feront leur entrée en 2020

Google a effectivement annoncé son intention de modifier le système d'extension de Chrome en octobre dernier, en publiant un nouvel ensemble de normes réunies sous l'appellation Manifest V3, qui modifiera le fonctionnement des extensions au-dessus de la base de code Chromium.

Il a fallu quelques mois aux développeurs d'extensions pour comprendre à quel point les modifications apportées à Manifest V3 étaient impactantes. Google envisage de fait de remplacer l'une des principales technologies permettant aux extensions d'interagir avec les requêtes de sites Web, au profit d'une technologie inférieure. Les extensions offrant des services de blocage des publicités seront touchées, tout comme les extensions d'antivirus, de contrôle parental... ou d'autres services qui aident à renforcer la confidentialité des utilisateurs.

De nombreux utilisateurs avaient accusé Google de vouloir saboter les extensions bloquant les publicités, qui réduisaient bien évidemment ses bénéfices publicitaires. À la fin du mois de mai, Google a annoncé que l'ancienne technologie (API Web Request) utilisée par les bloqueurs de publicité ne serait disponible que pour les utilisateurs professionnels de Chrome. Les modifications de Manifest V3 devraient être « mises en ligne en janvier 2020 », date à laquelle les extensions des bloqueurs de publicité verront leurs capacités de blocage considérablement réduites.


Quid des autres navigateurs ?

Cette décision a irrité les utilisateurs de Chrome, nombre d'entre eux s'étant d'ailleurs engagés à changer de navigateur et se tournant pour certains vers Firefox, que ses développeurs s'efforcent de transformer, toujours plus, en un produit privilégiant la confidentialité.

Toutefois, les modifications prévues par Manifest V3 seront ajoutées à la base Chromium, ce qui signifie qu'elles auront probablement un impact sur les autres navigateurs basés sur Chromium.

Le navigateur Brave, qui fonctionne avec un bloqueur de publicité intégré, a déjà déclaré, via son PDG Brendan Eich, qu'il continuerait de prendre en charge l'ancienne technologie d'extension WebRequest, et de soutenir uBlock Origin et uMatrix - deux extensions développées par Raymond Hill, le développeur d'extensions Chrome, qui avait mis en avant le projet de Google de saboter les bloqueurs de publicité Chrome au cours des derniers mois.

Tout comme Brave, Opera, est livré avec un bloqueur de publicité intégré, que le navigateur continuera a prendre en charge. Un porte-parole a ainsi déclaré que « les utilisateurs d'Opera ne seraient pas vraiment exposés aux changements » induits par Manifest V3.

Vivaldi, a affirmé dans un post de blog son intention de laisser le choix aux utilisateurs, sans préciser quelle démarche serait appliquée face aux changements de Google.

Enfin, Microsoft a annoncé l'an dernier sa volonté d'abandonner son moteur de navigateur exclusif EdgeHTML pour un port Edge de Chromium, qui est actuellement en test public. Les projets de Microsoft concernant les modifications apportées par Manifest V3 à Google sont actuellement inconnus.



Source : Zdnet
Modifié le 09/09/2019 à 17h13
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
9
cirdan
Encore un titre qui ne correspond pas au contenu de l’article.<br /> " Vivaldi , a affirmé dans un post de blog son intention de laisser le choix aux utilisateurs, sans préciser quelle démarche serait appliquée face aux changements de Google." Alors pourquoi affirmer que Vivaldi ne se pliera pas à cette nouvelle politique ? Et ça veut dire quoi, dans le cas présent, laisser le choix à l’utilisateur ? De changer de navigateur, apparemment.<br /> Et pour Opera " Un porte-parole a ainsi déclaré que « les utilisateurs d’Opera ne seraient pas vraiment exposés aux changements » induits par Manifest V3." Là encore, “pas vraiment” ça veut dire quoi et quel rapport avec le titre ?
jeroboam64
La dictature google! donc on ne fait plus ce que l’on veut, on doit subir les pubs a outrance, ce faire pister et espionner sur le net pour faire plaisir a ces mafieux, et bien NON!
Styxou
Voilà ce qui arrive quand on a un quasi-monopole (on en a déjà connu).<br /> Quand je vois le peu de gens autour de moi qui utilisent Firefox … ça fait peur.
Popoulo
C’est pas comme si les gens avaient le choix non ? Tu aimes pas, tu changes, y a quoi de compliqué ? Je n’aime pas Firefox, je ne l’utilise pas. Tu vois que c’est possible de choisir.
Styxou
T’as rien compris toi. Etudie un peu la politique de l’installation en force de Google et revient parler.
Passion_pc
@Styxou +1
jeanlucesi
J’utilise Vivaldi mais si Vivaldi suit Google sur ce là je changerai de navigateur.
Vatman921375
Brave est 100% open source. Tu peux faire ce que tu veux de l’entièreté du code : https://github.com/brave<br /> Tant mieux qu’ils s’opposent à ce que Google propose, on ne peut que se réjouir que les utilisateurs repoussent Google pour aller vers des solutions intermédiaires.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Google Maps vous alerte désormais si votre taxi vous arnaque... ou vous enlève
BenQ annonce le ZOWIE XL2731, un nouveau moniteur taillé pour l’e-sport
Voiture électrique : une panne de charge géante repérée sur le réseau français
GIGABYTE présente le AORUS KD25F : un écran 24,5
LineageOS Pie débarque sur 10 téléphones supplémentaires dont le Xiaomi Mi 6
Xbox Game Pass pour PC : tout ce que l'offre inclut
Apple pourrait acheter la start-up de voitures autonomes Drive.ai
Huawei : le chef du budget de Trump voudrait retarder les restrictions visant le fabricant
Haut de page