Spyware : les éviter, s'en débarrasser

Jerry
24 mars 2005 à 19h08
0
Même en combinant les meilleurs antispywares, il est parfois impossible de se débarrasser de certains logiciels espions vicieux. Il convient alors de « mettre les mains dans le cambouis » pour terminer la tâche. La liste des programmes qui se lancent au démarrage est un bon départ. Les meilleurs logiciels de ce comparatif proposent tous un module permettant d'afficher cette liste et d'y faire le ménage. Ce n'est pas si mal, mais nous vous conseillons plutôt d'utiliser le gratuiciel « Starter », plus clair et plus complet.

00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Télécharger Starter

012C000000091012-photo-starter.jpg
Au lancement « Starter » affiche la liste des logiciels qui s'exécutent au démarrage et il est alors possible soit de supprimer des lignes, soit de les désactiver. Cette liste peut être très importante sur des machines ou de nombreux logiciels ont été installés. Attention toutefois, certains des logiciels listés sont indispensables ou recommandés. Il est bon de contrôler chacun d'eux et de s'assurer de leur pertinence. Notons au passage que même s'il ne s'agit pas de spywares, nombreux sont les éditeurs de logiciels qui n'hésitent pas à placer des entrées dans cette liste... souvent à mauvais escient. Ces entrées sont censées vous donner un accès plus simple ou plus rapide aux logiciels, mais lorsqu'elles s'accumulent, elles diminuent la vélocité de votre machine. Avec un PC de bureau sous Windows XP fraîchement installé, sans aucun logiciel supplémentaire, aucune entrée dans la rubrique « startups » n'est véritablement indispensable. Choisissez plutôt de désactiver une entrée plutôt que de la supprimer définitivement afin de pouvoir faire marche arrière. Le cas d'un PC portable est parfois plus délicat puisque les logiciels de gestion du « touchpad » ou de l'énergie peuvent être propres à chaque constructeur et indispensables.

Si une entrée de la liste des programmes démarrant avec Windows réapparaît alors même que vous venez de la supprimer, il y a de grandes chances qu'un spyware en mémoire tente de se protéger. Deux solutions s'offrent à vous : tenter de supprimer le programme résident pour pouvoir ensuite supprimer l'entrée douteuse de la liste de lancement, soit démarrer la machine en mode sans échec pour supprimer cette entrée. Dans le premier cas, il faut afficher la liste des processus Windows (bouton droit sur la barre des tâches / gestionnaire des tâches / onglet processus). Cherchez un processus qui paraît suspect (NDLR : on sait, ce n'est pas facile) et « tuez-le » (bouton « terminer le processus »). Au mieux vous tomberez sur le bon, au pire votre machine plantera, car vous aurez tué un processus système et il ne vous restera plus qu'à redémarrer pour passer en mode sans échec. Pour cela, il suffit d'appuyer sur la touche F8 du clavier juste avant l'affichage du logo « démarrage de Windows ». Dès que la machine aura démarré en mode sans échec, il suffira de supprimer le spyware qui se lance au démarrage à l'aide de « starter » avec un risque réduit qu'il s'y réinstalle puisque le mode sans échec empêche (normalement) les programmes autres que les processus système de se lancer.

Cette dernière procédure peut faire peur aux moins aguerris, elle est bien entendu à utiliser en dernier recours pour supprimer les spywares les plus récalcitrants. Notons que nous avons réussi à nous débarrasser de certains spywares qui résistaient à un redémarrage en mode sans échec en ne faisant que les désactiver dans la liste des programmes qui se lancent au démarrage. Le spyware (en mémoire) voyant toujours sa présence dans cette liste n'insistait pas pour s'y installer de nouveau, mais ne se rechargeait pas au démarrage suivant. Il nous était alors possible de le supprimer définitivement.

Pour supprimer un spyware vraiment vicieux, il peut être pertinent de lancer Windows en ligne de commande (F8 au démarrage puis ligne de commande). Il faudra alors se rendre dans le répertoire dans lequel il se trouve par la commande DOS « cd » puis effacer le fichier correspondant « del nom_du_fichier ». Dernière solution quand rien ne fonctionne : les moteurs de recherches. Une recherche sur le nom du fichier d'un spyware récalcitrant permet souvent de trouver dans un forum de discussion ou sur un site Web la solution pour s'en débarrasser.


Conclusion

00122954-photo-ordinateur-clavier-chaines-locked.jpg
En connaissant mieux le fonctionnement et les objectifs des spywares, il est plus simple de les éviter et de s'en débarrasser. Autant nous aurions tendance à conseiller une réinstallation complète dans le cas d'une infection virale (nous avons tous tenté de supprimer un virus pendant une demi-journée pour nous rendre compte qu'il était plus rapide de réinstaller sa machine), autant la suppression des spywares est chose faisable avec les bons outils, un peu de rigueur et de la patience.

Après avoir soumis les sept antispywares de ce guide à un grand nombre de logiciels espions, on peut déjà conclure qu'il n'existe aucun antispyware « ultime ». Notre préférence va à Spysweeper qui possède la meilleure base de définitions, une interface claire et détaillée et des outils de nettoyage intéressants, mais il n'est hélas pas suffisant seul pour éliminer complètement la menace. Spybot et Microsoft Antispyware, nos deux gratuits préférés nous semblent indispensables et tout à fait complémentaires à Spysweeper. Ad-Aware, pourtant précurseur est lui en retrait face aux deux autres gratuits. Antispyware et Effaceur 8, pourtant payant, sont insuffisants pour lutter efficacement contre les spywares. Pour terminer, Pest Patrol n'est clairement pas utilisable.

On ne comprend vraiment pas pourquoi aucun des logiciels ne propose la création d'un CD autobootable de nettoyage qui éviterait le problème des spywares résidents. Pas un des logiciels de ce guide n'a en effet été capable de se débarrasser des spywares les plus acharnés (type « elitebar »). Un dernier conseil pour terminer. Pour éviter les spywares, préférez les logiciels commerciaux ou Open Source qui en sont exempts (NDLR : du moins, on l'espère pour les éditeurs) et lorsque vous installez un logiciel gratuit (freeware), préférez les éditeurs qui mentionnent explicitement que leur logiciel ne contient pas de spyware, le mensonge est assez rare sur la question.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Premier vol habité de Crew Dragon : un décollage historique réussi, à revoir en replay !
Windows 10 mise à jour de mai 2020 : demandez la liste des bug déjà connus !
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Un supercalculateur a simulé l'impact qui aurait fait disparaître les dinosaures
StopCovid : l'Assemblée nationale adopte officiellement l'application, qui sera disponible dès ce week-end
Porsche va devoir limiter les ventes de la Taycan pour réussir à contenter les clients
Bouygues Telecom lance une offre dématérialisée, avec une box incluse dans les Smart TV Samsung
Le vaisseau Starship de SpaceX est homologué par la FAA
scroll top