🔴 Soldes : jusqu'à - 70% sur le high-tech 🔴 Soldes d'hiver : jusqu'à - 70% sur le high-tech

Le Contrôleur européen de la protection des données veut bannir le spyware Pegasus de l'UE

17 février 2022 à 08h30
6
Projet Pegasus

Garde-fou des institutions européennes concernant les questions liées à la vie privée et aux données personnelles, le Contrôleur européen de la protection des données (CEPD) vient de publier un rapport sur le logiciel espion Pegasus.

Si le CEPD ne remet pas en cause l'utilisation de logiciels espions dans des cas (vraiment) exceptionnels, il statue que Pegasus ne peut pas être compatible avec l'ordre juridique de l'Union européenne.

Pegasus dans le collimateur du Contrôleur européen de protection des données

Le Contrôleur européen de la protection des données vient de publier un rapport de 12 pages dans lequel il s'inquiète de la protection des données des Européennes et Européens. En cause, des logiciels espions tels que Pegasus, qui représentent, par leur caractère intrusif, « un risque sans précédent mettant en péril l'essence du droit à la vie privée ».

En effet, il s'agit dans le présent rapport de mettre à nouveau en lumière les enjeux autour de l'utilisation étatique d'un tel logiciel espion. Son caractère insidieux, selon la méthode d'attaque « zéro clic » , ainsi que la difficulté à le détecter sur les smartphones infectés, constituent autant de dangers au sein de l'UE. Il est donc indispensable d'imposer des limites à ces usages.

Plus encore, même si l'autorité de contrôle admet que certains enjeux majeurs, comme la lutte contre le terrorisme, peuvent nécessiter des moyens d'exception, c'est précisément le caractère exceptionnel qui est mis en question. Car, pour le CEPD, en plus de la puissance d'un tel spyware, son usage revêt plus de la norme que de l'exception.

Vers un bannissement des logiciels espions dans l'UE

Parmi ses recommandations, le CEPD invite donc les États membres de l'UE à renoncer à l'usage comme au développement sur le sol européen d'un logiciel tel que Pegasus. Le Contrôleur européen de la protection des données rappelle également qu'une jurisprudence à l'échelle européenne existe et peut être invoquée.

De même, la surveillance numérique employée par les États membres ne relève pas du droit national, mais tombe sous le coup du droit communautaire, et donc de la Cour européenne des droits de l'homme. La violation potentielle, par l'usage de logiciels espions, des libertés fondamentales des citoyennes et citoyens de l'UE, est donc en jeu. Il s'agirait, en conséquence, « d'entièrement repenser le système de précaution actuel » au sein de l'Union européenne.

Le CEPD conclut par huit mesures destinées à éviter un usage hors-la-loi de logiciels espions. Parmi elles, on compte des directives visant à « renforcer la surveillance démocratique à l'égard des mesures de surveillance », mais aussi « réduire le risque que ces données obtenues par des méthodes antidémocratiques et de surveillances abusives ne viennent enrichir les bases de données de l'UE comme des États membres » ou encore « stopper l'abus du motif de sécurité nationale pour légitimer politiquement la surveillance ».

Source : rapport du CEPD

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
7
Voigt-Kampf
Ah bon ? Depuis le temps qu’il existe, ils se sont posés la question de savoir s’ils l’autorisaient ou non ? Il y aurait des bons et des mauvais spyware ?
g-m1n1
« Parmi ses recommandations, le CEPD invite donc les États membres de l’UE à renoncer à l’usage comme au développement sur le sol européen d’un logiciel tel que Pegasus. »<br /> Ouais bon, le logiciel est pertinent dans des enquêtes liées au grand banditisme et terrorisme.<br /> Avoir une alternative européenne ne serait pas mal pour le coup.<br /> Par contre: Apple et Google ne peuvent-ils pas combler ces failles ? Vu la polémique, ils doivent avoir une petite idée de comment le logiciel fonctionne non?
benben99
g-m1n1:<br /> Par contre: Apple et Google ne peuvent-ils pas combler ces failles ?<br /> Tu veux dire backdoors ? Si ces failles ne sont pas fixées, c’est une question à se poser.
SPH
Les hommes politiques sont marrants
EnLighter
Mmm, quel blabla de belle qualité !<br /> En gros l’UE dit que ce n’est pas bien sauf que concrètement, c’est impossible à bloquer en fait, puisque la force de ce logiciel est de pouvoir être déployé unilatéralement et à distance.<br /> Donc tant que je ne vois pas de mesure concrète, cela restera pour moi une ligne de plus dans la liste des beaux règlements inapplicables.
cid1
C’est normal, ce sont tous des clowns, bien que ce type de clown ne fasse plus rire depuis longtemps.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Cette tablette graphique est de retour à son prix le plus bas pendant les soldes (moins de 95€)
Lara Croft bientôt de retour dans une série Tomb Raider !
Samsung dévoile le premier écran plat Mini-LED pour joueurs, et il ne fait pas les choses à moitié
Profitez dès maintenant de ce kit RAM Corsair à son prix le plus pendant les soldes d'hiver !
Epic fail : un voleur se prend en selfie avec un iPhone fraîchement dérobé… et se fait arrêter
Vous avez vu ? L'app Google se fait une beauté sur Android !
Surveillance : comment ces vêtements peuvent vous invisibiliser aux yeux de la reconnaissance faciale
Faites vos valises ! Des hôtels e-sport en Chine s'équipent en GeForce RTX 4090
Sous la pression d’avocats humains, l'intelligence artificielle ne pourra finalement pas plaider
Xavier Niel : pourquoi le fondateur de Free veut investir dans Brut
Haut de page