Voleur d'infos et keylogger, le malware Phoenix bloque les sécurités avant qu'elles ne l'arrêtent

20 novembre 2019 à 16h21
0
malware
© Shutterstock.com

Dans un post de blog daté du 20 novembre, la société spécialisée en cybersécurité Cybereason raconte ce qu'elle nomme « l'histoire de Phoenix, le keylogger qui a ressuscité ».

Ce malware, s'il ne semble pourtant pas être revenu d'entre les morts, aurait bien changé de forme depuis sa première infection reconnue, en juillet dernier. Aujourd'hui, son tableau de chasse recenserait plus de 10 000 machines infectées.

Davantage un infostealer

Depuis son lancement, ce keylogger (un programme cherchant à transmettre les frappes du clavier afin d'en retirer des informations sensibles, telles que des mots de passe) s'est largement répandu.

Sur son blog, la société Cybereason affirme avoir reclassé ce programme. S'il a initialement été considéré comme un keylogger, les chercheurs se sont rendus compte que Phoenix avait évolué, et qu'il était désormais plus proche d'un logiciel de vol de données (infostealer) que d'un keylogger traditionnel. Sur son blog, l'entreprise déclare : « Phoenix opère en se faisant passer pour un service, et vole des données personnelles issues de près de 20 navigateurs différents, de quatre boites mail, de clients FTP et d'applications de messagerie instantanée ».

L'arme secrète de Phoenix réside dans le blocage des logiciels de protection. Phoenix serait en mesure de contourner les mesures de plus de 80 anti-malwares et logiciels dédiés à la rétro-ingénierie (l'étude d'un programme afin d'en comprendre le fonctionnement). La liste de ces logiciels est fournie par Cybereason dans l'image ci-dessous. Parmi eux, on trouve de grands noms de la protection antivirus, comme McAfee, qui vient d'ailleurs de lancer un tout nouvel antivirus pour les gamers. Le post de blog précise que, « outre ses fonctionnalités de vol, Phoenix dispose de mécanismes de défense et de contournement des analyses et de la détection, notamment un module tentant d'éliminer les processus des logiciels antivirus ».

liste Phoenix Cybereason
La liste des anti-malwares susceptibles d'être contrecarrés par Phoenix selon Cybereason. © Cybereason



Absence de persistance

ZDNet détaille : « Les logiciels de sécurité professionnels mettent en place un système de protection qui alerte lorsqu'une application lancée en local tente de stopper leurs processus. Cela dit, si Phoenix y parvient, il collectera les données pour lesquelles il a été configuré, puis les enverra vers un espace de stockage distant ». Selon Cybereason, cet emplacement peut être un serveur FTP ou une adresse e-mail à protocole SMTP.

Le P.-D.G. de Cybereason, Assaf Dahan, relativise : selon son équipe, « Phoenix est davantage utilisé pour un vol de données ponctuel que pour une surveillance prolongée. [ Il ] dispose de fonctionnalités de persistance, mais la plupart des infections que nous avons analysées ne montraient pas de trace de cette persistance ». À priori, le logiciel serait capable d'extraire et de transmettre ses informations, puis de disparaître au démarrage suivant de l'appareil.

Assaf Dahan ajoute : « Phoenix étant un nouveau malware encore en développement, il pourrait y avoir un temps d'attente avant que des outils de surveillance plus robustes ne soient disponibles ». En attendant, il faudra surveiller les mises à jour de nos antivirus favoris.

Source : ZDNet
Modifié le 20/11/2019 à 16h21
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
Taxation du numérique : après une discussion Macron/Trump, la taxe provisoirement suspendue
HP désactive vos cartouches d’encre à distance en cas de résiliation à son service d’abonnement
Réforme de l'audiovisuel : du cinéma chaque jour de la semaine sur les chaînes gratuites ?
Démarchage téléphonique : plusieurs associations lancent une pétition pour y mettre fin
La police va pouvoir extraire toutes les données de vos smartphones en 10 minutes chrono
La baisse de prix sur les cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 2060 est officielle !
Kaamelott : un premier teaser et une date de sortie avancée pour le film
Lucid Air : la berline électrique concurrente de la Model S ouvre ses précommandes en France
Netflix se bat contre Disney+ à coup de Google Trends : The Witcher y exploserait The Mandalorian

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top