WannaMine : quand la faille EternalBlue est utilisée pour miner

31 janvier 2018 à 09h05
0
Vous vous souvenez d'EternalBlue, la faille critique de Windows que le groupe de hackers « Shadow Brokers » a dévoilée au grand public en avril 2017 et qui faisait partie de l'arsenal de la NSA ? Vous vous rappelez de quelle façon elle a donné lieu à l'attaque du ransomware WannaCry qui a frappé 230.000 ordinateurs dans plus de 150 pays ? Oui ? Eh bien... elle est de retour.

Cette fois, EternalBlue sert un objectif beaucoup plus matérialiste : il semblerait qu'elle soit utilisée pour miner de la cryptomonnaie.

Faille EternalBlue : après WannaCry, voici WannaMine

La faille EternalBlue a déjà été repérée comme point d'entrée pour des systèmes frauduleux de minage de cryptomonnaie avec le malware Adyllkuzz, mais l'attaque WannaMine est d'un tout autre niveau : si les deux attaques ont pour objectif de miner à l'insu de l'utilisateur de la cryptomonnaie Monero, car elle se mine en utilisant les ressources du CPU et non celles de la carte graphique comme les plus traditionnelles Bitcoin ou Ethereum, WannaMine se révèle plus complexe et plus dangereuse.

Adyllkuzz est un « simple » malware qui s'installe sur l'ordinateur de la victime ; WannaMine n'est pas un malware au sens premier du terme : il s'agit d'un simple script. De fait, il n'installe à proprement parler aucun logiciel sur l'ordinateur de la victime et se contente de s'intégrer à des outils présents dans Windows. Il devient donc extrêmement difficile de détecter une infection.

01F4000008702136-photo-wannacry.jpg


Les attaques WannaMine augmentent... et ciblent même les ordinateurs patchés

Si vous avez mis à jour votre version de Windows pour combler la faille EternalBlue, ne vous sentez pas protégés pour autant : selon les spécialistes de la sécurité informatique de Panda Security, l'attaque WannaMine peut fonctionner même sur des ordinateurs où la faille n'est plus présente.

WannaMine intègre un logiciel en libre accès permettant de récupérer des mots de passe Windows appelé MimiKatz et qui a été développé par le hacker WhiteHat français Benjamin Delpy. Il l'utilise pour récupérer des mots de passe et tenter de s'infiltrer une première fois dans le système. Si cette tentative échoue, WannaMine se tourne vers la faille EternalBlue pour compléter sa tâche. De fait, même les systèmes patchés contre EternalBlue sont vulnérables.

Si l'attaque réussit, WannaMine va miner de la cryptomonnaie Monero et infecter d'autres ordinateurs, surtout si la première infection a été réalisée sur un ordinateur relié à un réseau comme celui d'une entreprise.

Selon les spécialistes de CrowdStrike, le nombre d'attaques est en forte augmentation depuis le début de l'année 2018, alors que la première instance de WannaMine a été identifiée en octobre 2017. Et si l'attaque peut paraître inoffensive et se résumer à une partie du CPU qui est détournée pour miner, elle est assez puissante pour rendre inopérants plusieurs ordinateurs d'une entreprise et bloquer leurs activités.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support
Au cas où vous auriez 11 000€ en trop, le Mac Pro et son écran XDR seront disponibles le 10 décembre
Sony : la PS5 sera remplacée plus rapidement que la PS4, une version Pro prévue pour 2023
Depuis la démocratisation des smartphones les gens ont plus d'accident dus à leur téléphone #SansDec
En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Contrôle technique : le CNPA alerte sur d'importants retards en 2019
L'Union européenne débloque 3 milliards pour la recherche sur les batteries électriques
ProCreate 5 est enfin disponible sur iPad ! On fait le tour des nouveautés principales

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top