Stuxnet : cette fois l'Iran accuse Siemens

01 juin 2018 à 15h36
0
Depuis la découverte de l'attaque d'un malware contre des installations iraniennes, la communication des autorités du pays varie. Après avoir feint de ne pas être touché, l'Iran avait expliqué avoir arrêté les auteurs de Stuxnet. Cette fois, un commandant du pays affirme que la firme Siemens serait complice.

00A0000004035162-photo-drapeau-iran.jpg
Gholamreza Jalali, chef de la défense civile d'Iran a confié au quotidien national Kayhan Daily le résultat de ses enquêtes. Selon le responsable, la firme allemande Siemens devrait « être tenue pour responsable afin qu'elle dise comment et pourquoi elle a fourni les codes permettant l'attaque ». Selon le régime, Siemens aurait donc « montré la voie » aux ennemis de l'Etat.

Pour rappel, Stuxnet (4 voire 5 failles 0-Day selon les spécialistes) est accusé d'avoir attaqué des réseaux de type SCADA, des infrastructures appelées Supervisory Control And Data Acquisition (télésurveillance et acquisition de données). Plusieurs centrifugeuses produisant de l'uranium enrichi à l'usine de Natanz, en Iran, auraient ainsi été mises « hors service ».

Concrètement, le malware était parvenu à injecter un code malveillant sur chaque programme d'un progiciel utilisé par la firme allemande Siemens, baptisé Step 7. Une fois infiltré dans un système, il en perturbait le fonctionnement. Gholamreza Jalali accuse donc Siemens d'avoir lui-même permis le « sabotage » de ses installations...
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Cisco accusé d'avoir fait arrêter un ingénieur de Multiven
L'armée américaine évalue Android pour ses smartphones
Insolite : un plugin WordPress bloque les IP de l'Assemblée nationale
Christine Lagarde :
Les SqueezeBox de Logitech ont leur app officielle sur iOS
Microsoft : un brevet menaçant les kiosques d'e-book ?
Apple vs Samsung : tu me poursuis, je te poursuis
ESET lance son antivirus NOD32 pour Linux
Baisse de la publicité : Yahoo montre Microsoft du doigt
Microsoft renforce ses moyens d'enquête sur des vulnérabilités externes
Haut de page