Microsoft, Kaspersky, Verizon : les experts s'interrogent sur Stuxnet

15 octobre 2010 à 17h50
0
Ces dernières semaines, un ver appelé Stuxnet se serait attaqué à des réseaux de type SCADA. Ces infrastructures appelés Supervisory Control And Data Acquisition (télésurveillance et acquisition de données) seraient ainsi la cible d'une classe particulière de malwares. Une position qui n'est pas partagée par l'ensemble du monde de la sécurité.

Afin de mieux connaître l'origine, les spécifications, la portée et la dangerosité du ver Stuxnet. La rédaction de Clubic a décidé d'interroger plusieurs hauts responsables-experts en sécurité. Ils nous livrent leurs points de vue au sujet du malware. Interviews croisées.

00A0000003645038-photo-eug-ne-kaspersky.jpg
A propos d'une quelconque originalité du malware, Eugène Kaspersky, p-dg de l'éditeur d'antivirus du même nom explique : « Stuxnet n'a vraiment rien de nouveau. C'est seulement la première fois que ce type d'attaque est public ». En effet, dans la même veine que Stuxnet, on peut évoquer les attaques perpétrées par le ver Nachi en 2003 qui s'attaquait aux réseaux de distributeurs de billets ou encore le ver Zotob en 2005.

Par contre Eugène Kaspersky poursuit sa pensée : « D'un autre côté, je ne connais pas beaucoup de pays qui peuvent avoir les ressources en matière d'ingénieurs capables de développer ce type d'attaques. Ce n'est pas du ressort de tous même si je ne suis pas capable à l'heure actuelle d'identifier la source du malware ». Une position opposée de celle de Peter Tippett, vice président du département Technologies et Innovation de Verizon.

00A0000003645040-photo-peter-tippett-verizon-business.jpg
Le responsable estime que le but du malware n'était pas forcément des installations critiques : « Il n'y a pas réellement eu d'attaques visant un pays en particulier. Il faut savoir que les Etats qui ont expliqué avoir été touchés par le virus comme l'Inde, l'Iran ou la Chine sont des endroits où les logiciels sont souvent piratés et où il y a de gros manques en matière de sécurité ».

Sur ce point, la communauté reste partagée. Stuxnet utiliserait, selon certains, 4 voire 5 failles 0-Day pour se propager. Il s'introduirait ensuite sur des postes insuffisamment sécurisés ou mis à jour. Question a donc été posée à Microsoft afin de savoir si ces défauts étaient des vecteurs critiques de propagation.

00A0000003645036-photo-vinny-gullotto-microsoft.jpg
Vinny Gullotto, directeur général du Microsoft Malware Protection Center confirme : « Que l'Inde soit le pays le plus touché par Stuxnet ne nous surprend pas. Ce type d'Etat est connu pour son manque de mises à jour de sécurité ». Sur le malware, il précise : « je pense que Stuxnet a pu être écrit par un script kiddy mais le plus important est de connaître quel travail collaboratif a été organisé en aval. Il faut des ressources nécessaires pour le faire se propager ».

La question de la nature et de la portée de Stuxnet n'est donc pas encore réglée. Une chose est pourtant certaine, elle a réveillé chez certains la peur de voir certaines infrastructures critiques (eau, électricité) tomber très rapidement. Un scénario qui montrerait combien les sociétés y sont dépendantes et à quel point, les réseaux y sont préparés... ou pas.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
C’est officiel : Disney+ ne sera pas disponible au lancement en France

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top