Y a-t-il un candidat à la 4ème licence UMTS ?

Par
Le 17 novembre 2006
 0

Les opérateurs ont jusqu'à vendredi soir pour déposer, auprès de l'Arcep, leur dossier de candidature à la 4ème licence UMTS française.

Les opérateurs ont jusqu'à vendredi soir pour déposer, auprès de l'Arcep, leur dossier de candidature à la 4ème licence UMTS française.

La 4ème licence UMTS française va-t-elle trouver preneur ? Les candidats ont jusqu'à ce soir pour déposer leur dossier auprès de l'Autorité de régulation (Arcep). Norme retenue en Europe pour les systèmes de radiocommunications mobiles de troisième génération (3G), l'UMTS permet de fournir des services voix/données/images à des débits pouvant atteindre 384 kbps en réception et 64 kbps en émission.

Trois licences UMTS françaises sont détenues par les opérateurs mobiles Orange France, SFR et Bouygues Telecom. SFR déclarent 2 millions de clients 3G, Orange 2,5 millions de clients Edge/UMTS. Quant à Bouygues, il ne lancera pas son service avant 2007.

La 4ème licence UMTS française est proposée au prix de 619 millions d'euros. D'après Les Echos, le câblo-opérateur Noos Numéricable, qui aurait confié un mandat à la banque HSBC pour constituer un consortium, serait sur le point de présenter sa candidature. L'objectif serait de proposer du 'quadri-play' : TV, Net, téléphonie fixe et mobile.

Enfin, les spéculations vont bon train sur l'éventuelle candidature de Free, filiale Internet d'Iliad active dans l'ADSL, engagée dans la fibre optique et le WiMax. Le groupe, qui détient une licence WiMax nationale a-t-il intérêt à se lancer dans la 3G ? Le FAI n'a fait aucun commentaire. En revanche, 146, TDF, Vodafone et Hutchinson ont déclaré ne pas être intéressés par la 4ème licence UMTS. Deutsche Telekom, 144, Tele2 et Lagardère ne seraient pas non plus preneurs.
Modifié le 18/09/2018 à 14h31

Les dernières actualités

scroll top