Les sonneries téléchargeables en passe de supplanter les ventes de disques ?

Jérôme Bouteiller
18 août 2003 à 00h00
0
Selon la mobile data association, les sonneries téléchargeables pour téléphones mobiles pourraient bientôt supplanter les ventes de disques en Grande Bretagne

Le téléphone au secours de l'industrie musicale ? Selon la Mobile Data Association britannique, les sonneries téléchargeables pour téléphones mobiles pourraient bientôt supplanter les ventes de disques single en Grande Bretagne.

Après avoir atteint un chiffre d'affaires de 40 millions de livres en 2002, ce marché continuerait à croitre de 60% pour dépasser les 70 millions de livres sur l'année 2003. A ce rythme, ce marché pourrait donc rattraper d'ici 18 mois celui des disques singles, estimé à 150 millions de livres en 2002, fragilisé par le piratage en ligne.

La croissance de ce nouveau marché est donc plutôt une bonne nouvelle pour les maisons de disque, d'autant que ce mode de distribution numérique assure des marges comparables, voire supérieures à la vente de disques traditionnels.

La distinction entre ces deux marchés pourrait toutefois devenir de plus en plus difficile, à mesure que se démocratisent les Smartphones, capables de lire de véritables morceaux de musique encodés en windowsmedia, AMR ou Real9.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
scroll top