Les gouvernements prennent acte de "ILOVEYOU"

Par Panda Software
le 24 mai 2000 à 14h20
0
00044343-photo-virus.jpg
L’étendue des dégâts infligés par le virus VBS.LoveLetter (alias "ILOVEYOU") a secoué les gouvernements du monde et les a incités à se pencher sur ce qui s’était exactement passé, afin de prévenir de crises similaires dans le futur.

Les rapports provenant des Etats-Unis indiquent qu’aux moins 14 organismes fédéraux ont été touchés, dont la Social Security Administration (administration américaine de la sécurité sociale), le Department of Energy (Ministère de l’Energie), la CIA, la NASA et le Département de la Défense. D’après Keith Rhodes, le directeur de l’évaluation des technologies informatiques et informatives de General Accounting Office (GAO), « Certains ordinateurs du DOD (Département de la Défense) ont eu besoin de recharger entièrement leurs logiciels pour pouvoir surmonter l'amplitude des dommages. » « Le ver/virus », ajoute-t-il, « s’est répandu dans le département comme une traînée de poudre, pénétrant même dans des systèmes classifiés. »

Au cours de ces derniers jours, le Congrès américain a analysé les problèmes de coordination entre les différents organismes gouvernementaux, qui ont surgi après l’incident VBS.LoveLetter. Dans sa déclaration, Jack Brock Jr., Directeur des Systèmes informatiques de la Défense et de l’ensemble du gouvernement de GAO, explique que « Le gouvernement a manqué d’efficacité dans la détection précoce de ce virus et n’a pas su prévenir ses agences de l’imminence de la menace. C’est pourquoi, la plupart des organismes ont été touchées. » Tout ceci est arrivé malgré les importantes mesures de sécurité qui avaient été installées après la crise Melissa de l’année dernière, et qui étaient censées brider la menace des virus se diffusant par messagerie électronique. Résultat : un remaniement profond des systèmes informatiques actuels est en cours, afin d’optimiser les temps d’avertissement et améliorer la coordination entre organisations publiques et privées.

La Chine a renforcé sa position face à la création et la propagation des virus informatiques, et les peines infligées seront plus fermes si l’incident implique une perte financière. La nouvelle loi, passée il y a un mois par le Ministère de la Sécurité Publique, a été issue suite à l’apparition du virus "ILOVEYOU". Elle préconise des condamnations à des amendes pouvant s’élever jusqu’à 3 600 dollars US (environ 25 000 FF), établit des peines d’emprisonnement allant jusqu’à cinq ans, propose des mesures préventives, telles que la nécessité d’installer des systèmes de sécurité et d’ouvrir le champ de conscience des utilisateurs afin d’empêcher les attaques virales, et recommande l’utilisation unique de logiciels antivirus officiellement autorisés.

Le gouvernement espagnol a également réagi à l’épidémie VBS.LoveLetter en annonçant la création d’un Early Warning Network (Réseau d’Alerte Avancée). Le but de ce système sera de prévenir, en amont, les utilisateurs des incidents informatiques potentiels survenant dans les secteurs privés et publics.

Réalisé en collaboration avec Panda Software
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

General Motors envisage... un Hummer 100% électrique
Les vélos et trottinettes électriques bientôt légales dans l'état de New York
Radar 360° et caméra arrière, Damon pousse l'innovation sur ses motos électriques
Dr.Mario World arrive le 10 juillet sur iOS et Android
Volkswagen garantira les batteries de l'ID.3 pendant 8 ans : une première
Selon Kuo, Apple proposerait à nouveau un smartphone compact en 2020
RCS : le successeur du SMS arrive et c'est Google qui s'en charge
Salon du Bourget - Drones : Dassault et XSun présentent un prototype autonome à alimentation solaire
Test du Jabra Elite 85h : un casque Bluetooth performant dans tous les domaines
Libra : ce qu'il faut savoir sur la cryptomonnaie annoncée de Facebook
scroll top