Le football à l'heure des statistiques

20 juin 2014 à 16h52
0

La data pour optimiser

00C8000007448235-photo-lionel-messi.jpg
Pour les entreprises que sont devenus les clubs de football, la logique économique nécessite quelques certitudes. L'objectivité du chiffre doit compenser l'affectif, l'émotionnel. Elle est là pour conforter une intuition, ou pour apporter une information qui échappe aux yeux de l'entraîneur ou du directeur sportif.

C'est pourquoi les données apportées par les deux principaux acteurs du marché des statistiques, Opta et Prozone, sont particulièrement prisées. Des clubs comme le FC Barcelone, Arsenal, Chelsea, Dortmund, et plus proches de nous l'Olympique Lyonnais ou l'équipe de France font tous appel à ces entreprises.

Ces dernières sont évidemment capables de fournir des données brutes. Si on est à la recherche d'informations très précises qui ne nécessitent pas de croisement complexe de données, cela peut demeurer intéressant. Par exemple, dans le cas d'un gardien de but qui souhaiterait connaître les habitudes du tireur de penalties de l'équipe adverse.

Mais la plupart du temps, ces données brutes sont difficilement exploitables en tant que telles et nécessitent un raffinement. Quelques clubs, les plus riches, disposent de statisticiens qui vont être à même d'extraire une information intéressante de ces tableaux de données. Les autres, dont les moyens sont plus réduits, utiliseront les rapports créés par les analystes et les équipes éditoriales de Prozone ou Opta, que ces entreprises monnayent évidemment à un prix plus élevé que lorsqu'il s'agit de fournir les simples données brutes.

Améliorer les performances sportives

Ces rapports doivent permettre d'analyser forces et faiblesses de sa propre équipe, mais aussi celles de l'adversaire. Ils sont également utilisés pour juger de l'état de forme d'un joueur, comparer différentes tactiques, parfaire un entraînement, prévenir les blessures...

Ils peuvent ainsi être délivrés avant un match, à la fin d'une rencontre (une trentaine de minutes après le coup de sifflet final) et même durant cette dernière. Romain Fabre, responsable chez Opta France, nous a ainsi confié qu'un entraîneur de Ligue 1 (dont nous n'avons pas su le nom), fin tacticien, désirait pouvoir justifier ses choix durant une conférence d'après-match. Pour appuyer ses propos, il a ainsi demandé un rapport précis alors que le match venait juste de se terminer.

Peut-on imaginer que ces rapports en temps réel puissent modifier le cours d'une rencontre ? C'est peut-être le cas dans d'autres sports comme le rugby, notamment. Dans le football, l'entraîneur 2.0 n'est pas encore pour tout de suite. La plupart préfèrent rester fidèles à leur instinct. Mais on peut tout à fait imaginer un entraîneur remplacer un joueur car une tablette aura alerté son adjoint que, depuis 10 minutes, l'un de ses joueurs court moins vite, loupe ses passes et ne sprinte plus. Le changement ainsi réalisé sera-t-il plus pertinent qu'un autre, basé sur l'instinct de l'entraîneur ? Pour le savoir, il faudra probablement faire des statistiques...

Cette réticence à prendre les chiffres au pied de la lettre s'explique simplement. Le fait même de produire un rapport, c'est-à-dire de mettre en avant certains chiffres plus que d'autres, constitue un biais. Et surtout, cette analyse ne peut représenter la réalité d'un match. Que faire si le joueur en question est le capitaine, dont la présence influe fortement ses camarades de jeu ? Les entraîneurs considèrent, à juste titre, ces rapports comme une simple aide à la décision. Le coach a ses raisons que la statistique ignore.

Mais le fonctionnement d'un club de football ne s'arrête pas aux résultats sportifs. Comme toute entreprise, l'objectif d'un PSG, d'un Real Madrid ou d'un Bayern de Munich est d'être financièrement rentable.

La gestion de l'effectif dictée par les statistiques

Le recrutement, dans ce cadre, a une importance capitale. Le traitement statistique qui s'applique aujourd'hui pour dénicher les futures stars est issu du monde de la finance. Le principe est en effet similaire : il faut trouver des valeurs sous-évaluées à fort potentiel et investir dans ces dernières avant de les vendre en réalisant une substantielle plus-value, et au bon moment.

Arsène Wenger, précurseur dans l'utilisation des statistiques, a ainsi acheté Mathieu Flamini sur la base des chiffres. A la recherche d'un milieu récupérateur capable de courir sur de longues distances, il avait offert son premier contrat pro à ce joueur à l'Olympique de Marseille en 2004, pour un transfert de « seulement » 480 000 euros.

A ce titre, Opta a développé le logiciel DataScout, qui peut répondre à une demande très précise de la part d'un recruteur. Si ce dernier est à la recherche d'un milieu de terrain récupérateur et relayeur, il pourra trier les joueurs en sélectionnant des critères comme le nombre de ballons pris à l'adversaire, le nombre de duels gagnés, le pourcentage de passes réussies, etc.

01F4000007448285-photo-datascout.jpg

Videoscout, du même éditeur, peut également répondre à une interrogation précise d'un recruteur, mais cette fois en vidéo. Vous pouvez par exemple afficher, en une requête, toutes les reprises de volées du pied droit réalisées par Benzema au cours des deux dernières saisons de Liga.

Cette utilisation de critères pour dénicher un joueur aux caractéristiques précises n'est pas étrangère aux aficionados du jeu Football Manager. Cette simulation très réaliste du rôle de manager est devenue une référence en la matière, et pour cause. 1 500 observateurs, qui parcourent tous les terrains de foot de la planète, remplissent une gigantesque base de données compilant 250 caractéristiques et qui concernent environ 400 000 joueurs, et près de 180 000 autres profils qui vont du... recruteur au préparateur physique, en passant par le kiné.

Certains clubs, qui ne disposent pas d'un bataillon de scouts, avouent avoir utilisé cette base dans le cadre de leur recrutement. Everton a même lié un partenariat avec la franchise en 2009. La frontière entre la fiction et la réalité est tellement faible qu'en novembre 2012, le dénommé Vugar Huseynzade, 21 ans, est ainsi devenu l'entraîneur du club azéri FK Bakou, après avoir joué durant 10 ans à Football Manager.

01F4000006484166-photo-football-manager-classic-2014.jpg

En dehors du recrutement, les statistiques sont également utilisées au moment de discuter des prolongations de contrat ou des revalorisations salariales. Ces investissements nécessitent de savoir si le joueur sera encore performant dans 12, 24 ou 36 mois. Les données chiffrées sur les performances physiques et en match sont à ce titre des indicateurs que les clubs observent attentivement.

C'est donc tout le marché du transfert, qui anime les étés et les hivers des clubs de football, qui est en partie dicté par les statistiques.

Le chiffre, support de communication

En dehors des résultats sportifs et de l'optimisation de l'effectif, les statistiques sont également utilisées dans le cadre de la communication.

L'Olympique Lyonnais, partenaire de Prozone, affiche ainsi sur son site Internet les statistiques des matchs de l'équipe dans son match center. Durant une bonne partie de la saison, l'OL était l'équipe en Europe qui a réalisé le plus de matchs (61 au total). Une statistique largement utilisée par son emblématique président Jean-Michel Aulas au moment d'expliquer une défaite, ou au contraire de valoriser davantage une victoire.

Une instance comme la FIFA n'hésite pas à communiquer autour des statistiques lors de grands événements comme l'actuelle Coupe du Monde, ou encore l'élection du Ballon d'Or. Son site Internet est actuellement truffé d'informations chiffrées dans une interface que la fédération a évidemment pris soin de faire sponsoriser. Vous pouvez ainsi consulter en ce moment le Castrol Index.

Les ligues nationales, enfin, sont également friandes de statistiques. L'objectif : trouver l'angle, le chiffre intéressant qui permettra de mettre en avant leurs championnats afin de le vendre au prix le plus intéressant possible aux diffuseurs. Diffuseurs qui sont eux-mêmes de très bons clients pour des sociétés comme Opta et Prozone.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
scroll top