RGPD et consentement : le Conseil d'État autorise la CNIL à laisser faire jusqu'à mi-2020

Bastien Contreras Contributeur
17 octobre 2019 à 18h11
0
Cnil logo

Le Conseil d'État a rejeté la demande de plusieurs associations, dont la Quadrature du Net, de mettre fin au délai d'un an accordé par la CNIL aux sites Web, afin qu'ils se mettent en conformité avec le RGPD. Durant cet intervalle, il est donc toujours autorisé de recueillir le consentement des internautes de façon implicite, pour suivre leur activité via des cookies.

Retour en arrière : en mai 2018, est entré en vigueur le RGPD dans l'Union européenne. Pour mieux protéger les internautes, le nouveau règlement imposait notamment aux sites Web souhaitant déposer des cookies sur la machine de leurs visiteurs d'obtenir leur consentement explicite, manifestant leur « volonté libre, spécifique, éclairée et univoque ». Mais encore fallait-il que le RGPD soit véritablement appliqué, État par État.

Pas de sanction durant une période de transition allant jusqu'à l'été 2020

En France, c'est le cas depuis juillet dernier, avec les recommandations publiées par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), définissant les nouvelles règles relatives au consentement vis-à-vis de la publicité ciblée. Mais pour ne pas brusquer les acteurs présents en ligne, l'autorité a décidé d'initier une concertation, censée déboucher sur une liste de modalités pratiques, au premier trimestre 2020. Et elle a annoncé qu'elle ne sanctionnerait pas les sites contrevenant aux nouvelles règles pendant ce laps de temps, et même durant les six mois suivants.

Cette temporisation n'a pas été du goût de plusieurs associations de défense des libertés individuelles, parmi lesquelles la Quadrature du Net. Celles-ci ont alors attaqué la décision de la CNIL devant le Conseil d'État, qui a rendu son verdict hier.


L'abandon de la CNIL ?

Et l'institution a rejeté la demande des associations. Elle a estimé que le délai d'un an constituait une période de transition raisonnable pour la mise en conformité des sites web. Elle a également indiqué que la CNIL conservait la possibilité de prononcer des sanctions en cas de manquements graves et rappelé qu'il existait, par ailleurs, d'autres autorités judiciaires compétentes pour punir les infractions (juge pénal ou civil).

Ce dernier argument a particulièrement interpellé la Quadrature du Net, qui a publié sa réaction. L'association a bien sûr regretté le jugement du Conseil d'État, le considérant inéquitable vis-à-vis des entreprises ayant déjà investi pour se conformer au RGPD. Mais au-delà de ces considérations, l'organisation s'interroge sur le rôle joué aujourd'hui par la CNIL.

Car s'il faut se tourner directement vers la justice en cas d'atteinte à la vie privée, à quoi sert encore l'autorité administrative ? La Quadrature du Net estime ainsi assister à la démission de la CNIL, une théorie corroborée par d'autres manifestations d'impuissance, comme dans le cas du recours à la reconnaissance faciale (Alicem, entre autres).


Pour l'association, la décision du Conseil d'État témoigne donc avant tout du déclin de la CNIL. Et cette décadence pourrait faire peser une menace sur nos libertés individuelles.

Source : Conseil d'État
Modifié le 18/10/2019 à 08h29
4 réponses
5 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
Les camions électriques Volvo sont désormais en vente (et bientôt sur nos routes)
Selon Bloomberg, un MacBook 16
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau
Facebook active la caméra et le micro des iPhone en permanence sans en avertir les utilisateurs

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top