Flash et HTML5 : Adobe joue la carte de la complémentarité

Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique
01 juin 2018 à 15h36
0
Si certains éditeurs, Apple en tête, ont tendance à opposer Flash et HTML5, Adobe semble avoir mis un point d'honneur à affirmer une position conciliante au sujet des deux technologies. Le mot d'ordre, martelé tout au long des deux keynotes du MAX 2010, parfois avec humour (une querelle entre deux muppets), est simple : Flash et HTML5 ne sont pas concurrents mais complémentaires et amenés à cohabiter en paix. Au delà d'un discours qui semble botter en touche, on trouve néanmoins la preuve d'un certain engagement à soutenir les standards du web, tout en défendant évidemment sa plateforme Flash, dans les quelques annonces d'Adobe lors de sa conférence.

0190000003674388-photo-adobe-max-html-flash.jpg


C'est ainsi que Kevin Lynch, CTO d'Adobe, est revenu sur l'évolution d'Edge, un prototype d'application en cours de développement, permettant de réaliser des animations basées sur HTML5, CSS3 et le framework Javascript JQuery. Un engagement assez bienvenu dans la mesure où la principale carence de l'approche « standards du web » est actuellement l'absence d'outils permettant de faciliter le développement de sites attractifs. On a pu voir lors de nombreuses démonstrations technologiques qu'il est aujourd'hui possible de se passer de Flash pour réaliser des sites web visuellement attrayants, mais certainement pas avec la facilité offerte par les outils de développement disponibles pour Flash.

Déjà dévoilé à la conférence Google I/O, Edge propose une interface basée sur une timeline, dans la lignée de Flash, pour enrichir ses pages d'animations et de transitions. Pas de quoi s'affoler en revanche : l'application n'est encore qu'un projet loin d'être finalisé, qui vient néanmoins s'ajouter aux quelques efforts récemment consentis par Adobe, notamment les packs HTML5 pour Dreamweaver ou Illustrator, ou les contributions d'Adobe à Webkit en ce qui concerne la typographie.

0190000003674390-photo-adobe-max-kevin-lynch.jpg


La complémentarité semble donc être le mot d'ordre, et Kevin Lynch de rappeler les différences entre les deux technologies : « Flash offre des possibilités qui dépassent ce que l'on peut faire avec HTML5, je pense notamment à la 3D, qui ne peut être gérée avec HTML5 et CSS3. En outre, le lecteur Flash nous permet de pousser des innovations très rapidement sur un grand nombre de plateformes. 74% des utilisateurs de Flash sont déjà passés à la version 10.1, et nous devrions passer à 98% très bientôt ».
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Sneak Peeks : série de previews aux Adobe MAX Awards
IBM ajoute 10 milliards de dollars à son plan de rachat d'actions
Usurpation d'identité : Firesheep, l'extension qui fait mal au protocole
Sitôt planifié, le micro-paiement selon PayPal arrive sur Facebook
L'iPhone 4 blanc refait surface, arrivée début 2011 (màj)
Adobe LiveCycle Enterprise Suite 2.5 disponible
Adobe annonce 2 formats de publicité interactive pour mobile utilisant Flash et HTML5
Jeu vidéo : Zynga dépasse Electronic Arts en valeur boursière
Carte Musique Jeune : un décret précise le dispositif
Razer Anansi : le premier clavier de la marque à destination des MMO
Haut de page