MacBook Pro 15 pouces (2015) : en attendant Skylake

le 11 juin 2015 à 17h43
0
Le MacBook Pro Retina 15 pouces se met à jour comme tous les ans, avec une évolution qui peut paraître assez mineure, car limitée par les retards d'Intel. Faute de puces Broadwell quadri-cœurs pour portables, Apple a dû rempiler sur les Intel Core de 4e génération pour la 3e année consécutive, et miser sur d'autres améliorations : une nouvelle carte graphique dédiée, qui passe de NVIDIA à AMD, le trackpad Force Touch et son retour haptique, et un SSD plus rapide. La Rolls des 15 pouces orientés pro évolue sans risque, mais conserve toutes ses qualités.

Design et ergonomie : rien n'a changé



Comme son petit frère 13 pouces, le MacBook Pro 15 pouces n'a pas profité de la sortie du nouveau MacBook pour le faire évoluer du moindre millimètre. Même design unibody, mêmes dimensions, même espacement des touches sur le clavier, même poids... On commence à connaître ce design, lancé il y a 3 ans, par cœur !

En soi ça n'est pas gênant : c'est un design éprouvé et de très bonne qualité. Néanmoins, on voit apparaître aujourd'hui de la concurrence du côté de chez Dell, dont le nouvel XPS15 semble redéfinir la taille physique d'un portable 15 pouces. Il serait temps de procéder à quelques ajustements.

012C000008070334-photo-macbook-pro-15-2015.jpg
012C000008070332-photo-macbook-pro-15-2015.jpg

À défaut de surprendre, le MacBook Pro 15 pouces n'a pas cessé miraculeusement d'être un portable bien fini et bien optimisé. Sans atteindre les prouesses de l'Infinity Display de Dell, l'écran occupe un espace généreux, le châssis est relativement fin, le poids est contenu même si on commence à le sentir sérieusement dans le sac... C'est du bon boulot, plus du tout avant-gardiste en 2015, mais toujours aussi convaincant.

012C000008070338-photo-macbook-pro-15-2015.jpg
012C000008070340-photo-macbook-pro-15-2015.jpg

Composants : du nouveau autour du processeur



Les calendriers d'Apple et Intel ont du mal à se coordonner. C'est passé pour les MacBook Air et Pro 13 pouces : les processeurs Intel Core de 5e génération, alias Broadwell étaient disponibles à temps en version portable et double cœur. Ça n'est malheureusement pas le cas des quadri-cœurs qui équipent traditionnellement les MacBook Pro 15 pouces, et Apple n'a visiblement pas eu d'autre choix, pour rester dans son propre calendrier, que de reconduire les processeurs existants, issus du Refresh de la 4e génération, opéré discrètement l'an dernier.

On retrouve donc trois Core i7 quadri cœurs selon la configuration : le modèle de base, dénué de carte graphique dédiée, embarque un Core i7 4770HQ (2,2 / 3,4 GHz), et la version avec carte, un Core i7 4870HQ (2,5 / 3,7 GHz), également disponible en option sur le premier. Les deux modèles peuvent être équipés, uniquement sur l'Apple Store en ligne, d'un Core i7 4980HQ (2,8 / 4,0 GHz).

Le changement se situe au niveau GPU : si la partie graphique intégrée Iris Pro 5200 ne bouge pas, Apple abandonne NVIDIA au profit de AMD, puisque la Geforce 750M laisse sa place à une Radeon R9 370X qui, malgré son numéro, est vraisemblablement une puce de série 200 renommée. Les performances sont censées être supérieures à celles de la précédente carte, et on verra que c'est globalement le cas.

Les deux autres évolutions matérielles suivent la tendance du MacBook Pro 13 pouces. Le trackpad adopte le Force Touch, qui permet de détecter plusieurs niveaux de pression, et le moteur Taptic Engine qui crée un retour haptique reproduisant fidèlement la sensation d'un clic physique. Au bout du 3e portable équipé de la technologie, la surprise est forcément passée, mais la prouesse reste remarquable.

01F4000008070344-photo-macbook-pro-15-2015.jpg

Et comme la plupart des mises à jour récentes de MacBook, Apple fait passer la connexion du SSD en PCI Express 4x. Les capacités, elles, ne bougent pas : 256 Go pour le premier modèle, et 512 pour le second, avec une option 1 To depuis les deux, à la facture salée : respectivement 960 et 600 euros ! Les deux modèles intègrent 16 Go de mémoire vive.

Un mot sur la connectique, elle aussi inchangée : deux USB 3.0 (mais pas encore d'USB-C), deux Thunderbolt 2.0, un port HDMI, un slot SDXC, un mini jack et un connecteur MagSafe 2 pour la recharge.

À l'usage : Force et maîtrise



Au bout de trois générations (on ne compte pas le refresh de l'an dernier), on commence à connaître le MacBook Pro 15 pouces sur le bout des doigts, et que dire ? Malgré un prix très élevé, il faut bien admettre que c'est sans doute le Mac le plus agréable à utiliser, et c'est à vrai dire ce qu'on attend d'un portable équipé d'un Core i7 quadri cœur, de 16 Go de mémoire vive et d'un SSD de 256 ou 512 Go en PCI Express 4x ! On n'a tout simplement rien à redire sur le confort d'utilisation qui reste exemplaire.

01F4000008070336-photo-macbook-pro-15-2015.jpg

On se plaignait récemment de l'iMac 5K en version de base : ici, à 300 MHz près, on peut déduire sans aucun doute que les deux configurations sont parfaitement à l'aise. Même en forçant l'affichage sur le GPU intégré, on peine à observer la moindre saccade dans l'usage de OS X en résolution native, et il faut grimper dans les modes d'affichage à l'échelle, permettant de simuler une taille d'écran supérieure, pour voir apparaître des ralentissements.

Ces derniers modes s'avèrent d'ailleurs toujours aussi efficaces pour afficher plus de contenu : on perd un peu en fluidité, mais la mise à l'échelle est quasi invisible, et même la résolution la plus élevée reste parfaitement lisible.

Il y a bien sûr une petite nouveauté : le trackpad Force Touch. Ses usages restent assez limités : hormis quelques fonctionnalités sympathiques comme la gestion de l'avance ou du retour rapide dans Quicktime, il est essentiellement utilisé pour remplacer certains gestes contextuels pour afficher l'aperçu d'un lien dans Safari ou d'un document dans le Finder, ou des informations sur une adresse, un mot ou un numéro de téléphone. Bref, ce que l'on fait généralement par des double tap sur les trackpads « standard ».

01F4000008070342-photo-macbook-pro-15-2015.jpg

La sensation de clic est moins ferme que celle du vrai clic physique, mais tout de même satisfaisante, et surtout, distribuée sur l'ensemble de la surface du trackpad, et pas seulement sur la partie basse.

La partie audio n'a pas bougé d'un décibel depuis les versions précédentes : on retrouve les deux haut-parleurs frontaux de chaque côté du clavier et leur son demeure propre, sans doute un peu trop cristallin, mais dans tous les cas, supérieur aux haut-parleurs cachés derrière le clavier du modèle 13 pouces. En pleine charge, la ventilation se fait entendre, mais le bruit n'est pas trop désagréable.

01F4000008070346-photo-macbook-pro-15-2015.jpg

Performances



Avec des évolutions modestes des composants , la version 2015 du MacBook Pro 15 pouces ne promet pas de gain flagrant en performances et c'est effectivement ce qu'on note : la version « refresh » des processeurs offrait tout au plus une fréquence légèrement supérieure à celle de la version 2013, et que ce soit sous Cinebench ou Geekbench, ça se vérifie par une légère hausse.


On attendait davantage de la carte graphique : le passage d'une GeForce 750 à une Radeon R9 M370x porte-t-il ses fruits ?

Même si les choix d'Apple en matière de carte graphique ne visent pas tant les joueurs que les professionnels, la bascule est plutôt bénéfique : on gagne effectivement quelques FPS dans Batman Arkham City.

01F4000007990566-photo-macbook-pro-13-2015-capture.jpg

Il faut tout de même nuancer ces résultats, en précisant que le jeu en résolution native (2 880 par 1 800 pixels) reste problématique. Ça passe sur un titre ancien comme Batman en réduisant le niveau de détails, mais nettement moins sur un Tomb Raider plus exigeant.

L'autre bémol concerne toujours la différence entre le circuit graphique Iris Pro 5200 intégré et la carte dédiée du modèle haut de gamme. C'est plutôt une bonne nouvelle : l'écart entre les deux reste assez minime finalement, et à moins d'avoir des besoins très spécifiques, on s'aperçoit que la configuration de base est suffisante dans pas mal de cas et ne souffre pas, par exemple, des ralentissements intempestifs de l'iMac 5K.

La promesse de performances record sur le SSD n'est pas vaine : la connexion en PCI Express 4x fait son effet avec des débits encore supérieurs à ceux du MacBook Pro 13 pouces version 2015.

Benchmark : 468-5050


Autonomie



Comme sur le modèle 13 pouces, Apple a procédé à quelques ajustements de sa batterie afin d'obtenir une petite heure d'autonomie supplémentaire.

Logiquement, le MacBook Pro 15 pouces est le moins endurant de la gamme d'Apple. Il arrive tout de même, en théorie, à 9h de surf sans fil, soit autant que le nouveau MacBook 12 pouces. Les données d'Apple sont visiblement basées sur des paramètres assez optimistes : nous réalisons notre test d'autonomie avec l'écran à 80 % de sa luminosité, et nous surfons avec un plug-in Flash installé.

Malgré tout, on atteint dans ces conditions 5 h et 13 minutes, un peu moins que ce qu'on avait mesuré sur le MacBook 12 pouces, pour lequel Apple promettait également 9 heures dans les mêmes conditions. Un chiffre qu'il est sans doute facile d'atteindre en sollicitant moins l'écran.

Notre avis



00FA000007712623-photo-ordinateur-portable-mac-apple-macbook-pro-retina-15-intel-core-i7-quadricur-2-5-ghz-16go-1-to-ordinateur-portable.jpg
Le nouveau MacBook Pro 15 pouces est une mise à jour « nécessaire » : Apple se doit de revoir sa gamme tous les ans à cette période de l'année, mais n'a pas vraiment de quoi proposer un changement significatif, qui arrivera vraisemblablement avec l'architecture Skylake et le Thunderbolt 3.

À quelques améliorations de composants près, il s'agit réellement du même MacBook qu'en 2015, et à vrai dire, à part peut-être optimiser le design, il n'y avait pas grand-chose à changer : l'écran est impeccable, le clavier éprouvé... Certains regretteront le clic du trackpad Force Touch moins ferme que l'ancien, mais la distribution du clic sur toute la surface et les possibilités offertes par la technologie nous paraissent compenser cette différence au toucher.

En l'absence de nouvelle plate-forme, les améliorations ont été apportées là où c'était possible : le gain est flagrant sur les performances du stockage, sensible sur l'autonomie, et un peu moins sur la partie graphique.

À moins d'avoir vraiment des besoins en débit de stockage qui justifient l'achat, les possesseurs d'un MacBook Pro en Haswell seront plutôt invités à attendre Skylake. En définitive cette mise à jour s'adresse vraiment à ceux qui ont besoin d'un nouveau MacBook, et elle remplit son contrat avec un bémol : le prix toujours aussi élevé, et même encore plus depuis les réajustements récemment opérés par Apple. Quand une configuration à peu près semblable chez Dell coûte 800 euros de moins, on se dit qu'il y aurait peut-être moyen de rogner sensiblement sur les marges.

MacBook Pro 15 pouces 2015

Les plus
+ Très bonnes performances
+ Ecran toujours impeccable
+ Trackpad Force Touch convaincant
+ Autonomie en progrès
Les moins
- Prix de la version avec GPU dédié
- Design à renouveler ?
Performances
Autonomie
Design/finition
Positionnement prix
4


Modifié le 17/09/2018 à 10h53
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Macbook

Apple : les claviers de MacBook désormais réparés en une journée ouvrée ?
MacBook Pro 16 pouces : pas avant l'année prochaine, selon de nouvelles infos
Apple : les MacBook pourraient bientôt se dilater pour mieux s'aérer
Apple a encore un problème avec ses claviers de MacBook
Les applications universelles iOS et macOS arriveraient finalement en 2021
Comment Huawei
Flexgate : le nouveau MacBook Pro d'Apple déjà sous le feu des critiques
Premiers benchmarks pour les MacBook Pro équipés de Radeon Pro Vega
scroll top