Google amorce la fin de Flash et configurera HTML5 par défaut au sein de Chrome

0
Les jours sont-ils comptés pour le lecteur Flash ? Quoi qu'il en soit, Google entend privilégier la lecture des vidéos au format HTML5 par défaut.

Il y a quelques années la grande majorité des vidéos sur Internet reposaient sur le format Flash. La prise en charge du HTML5 pour la balise video a suscité un vaste débat, par ailleurs, celle-ci n'était configurée qu'en fallback pour les sites compatibles, souvent conçus par des développeurs soucieux de respecter les standards du W3C. Mais la situation va progressivement s'inverser.

Dans un groupe dédié au développement du projet open source Chromium, les développeurs entendent désactiver la lecture via le plugin Flash pour configurer HTML5. Cette fonctionnalité est prévue pour le quatrième trimestre de cette année et sera donc implémentée dans une prochaine version du navigateur Chrome.

Anthony LaForge, responsable technique chez Google, explique que si un site propose une expérience HTML5 alors cette lecture sera privilégiée. En revanche, le plugin d'Adobe sera toujours présent au sein du navigateur. De fait, si une page Web ne prend en charge que la lecture en Flash, l'internaute sera invité à activer ce dernier pour cette page en question.


D'une certaine manière, Google confine le plugin aux sites Web n'ayant pas opté pour un format standard. Pour l'internaute, il en résulte une expérience moins agréable, et l'éditeur sera donc progressivement invité à migrer sa technologie vers une autre, plus moderne. Rappelons au passage que Google Chrome est désormais le navigateur le plus utilisé à travers le monde.

035C000008134908-photo-chrome-extension-ban.jpg


Toutefois, pour éviter les alertes intrusives, les développeurs comptent mettre en place une liste blanche d'une dizaine de sites Web pour lesquels Flash Player sera activé sans le consentement de l'internaute. Celle-ci est composée de YouTube.com, Facebook.com, Yahoo.com, VK.com, Live.com, Yandex.ru, OK.ru, Twitch.tv, Amazon.com, and Mail.ru


Pendant des années, la Toile était divisée sur la nature du codec à adopter pour la balise video. Certains souhaitaient faire le pari du H.264, très répandu, mais ce dernier est soumis à des royalties régies par la MPEG-LA. D'autres s'interrogeaient sur la mise en place de verrous numériques pour la lecture en streaming des plates-formes VOD. Depuis, le W3C a planché sur la prise en charge standard des DRM et Google a conçu et fait évoluer le conteneur WebM composé des codecs vidéo et audio VP9 et Opus. Cette solution libre a été adoptée par les autres éditeurs tels que Mozilla, Opera mais également Microsoft pour Edge.


Les fruits de ces travaux et la manière dont cette fonctionnalité prendra forme au sein de Chrome sont décrits sur cette page.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Brevet : une montre avec projecteur pour faire de la main un écran tactile
Bruxelles : Google risque une amende de 3 milliards d'euros
Microsoft planche sur une nouvelle plateforme de médias plus
Nintendo va se relancer dans le cinéma
Messages racistes : Twitter, Facebook et YouTube attaqués en justice
Samsung s'essaie à la planche de surf connectée
Les FAI étaient
Les vidéos de la semaine : Battlefied 1, Mafia III, Falout 4, ou Assassin’s Creed
SFR : les clients partent, les comptes en perte
Orange annonce les tarifs de sa nouvelle Livebox disponible le 19 mai
Haut de page