Google amorce la fin de Flash et configurera HTML5 par défaut au sein de Chrome

16 mai 2016 à 08h19
0
Les jours sont-ils comptés pour le lecteur Flash ? Quoi qu'il en soit, Google entend privilégier la lecture des vidéos au format HTML5 par défaut.

Il y a quelques années la grande majorité des vidéos sur Internet reposaient sur le format Flash. La prise en charge du HTML5 pour la balise video a suscité un vaste débat, par ailleurs, celle-ci n'était configurée qu'en fallback pour les sites compatibles, souvent conçus par des développeurs soucieux de respecter les standards du W3C. Mais la situation va progressivement s'inverser.

Dans un groupe dédié au développement du projet open source Chromium, les développeurs entendent désactiver la lecture via le plugin Flash pour configurer HTML5. Cette fonctionnalité est prévue pour le quatrième trimestre de cette année et sera donc implémentée dans une prochaine version du navigateur Chrome.

Anthony LaForge, responsable technique chez Google, explique que si un site propose une expérience HTML5 alors cette lecture sera privilégiée. En revanche, le plugin d'Adobe sera toujours présent au sein du navigateur. De fait, si une page Web ne prend en charge que la lecture en Flash, l'internaute sera invité à activer ce dernier pour cette page en question.


D'une certaine manière, Google confine le plugin aux sites Web n'ayant pas opté pour un format standard. Pour l'internaute, il en résulte une expérience moins agréable, et l'éditeur sera donc progressivement invité à migrer sa technologie vers une autre, plus moderne. Rappelons au passage que Google Chrome est désormais le navigateur le plus utilisé à travers le monde.

035C000008134908-photo-chrome-extension-ban.jpg


Toutefois, pour éviter les alertes intrusives, les développeurs comptent mettre en place une liste blanche d'une dizaine de sites Web pour lesquels Flash Player sera activé sans le consentement de l'internaute. Celle-ci est composée de YouTube.com, Facebook.com, Yahoo.com, VK.com, Live.com, Yandex.ru, OK.ru, Twitch.tv, Amazon.com, and Mail.ru


Pendant des années, la Toile était divisée sur la nature du codec à adopter pour la balise video. Certains souhaitaient faire le pari du H.264, très répandu, mais ce dernier est soumis à des royalties régies par la MPEG-LA. D'autres s'interrogeaient sur la mise en place de verrous numériques pour la lecture en streaming des plates-formes VOD. Depuis, le W3C a planché sur la prise en charge standard des DRM et Google a conçu et fait évoluer le conteneur WebM composé des codecs vidéo et audio VP9 et Opus. Cette solution libre a été adoptée par les autres éditeurs tels que Mozilla, Opera mais également Microsoft pour Edge.


Les fruits de ces travaux et la manière dont cette fonctionnalité prendra forme au sein de Chrome sont décrits sur cette page.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Porn : Macron veut
Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
La loi d'orientation des mobilités (LOM) a été adoptée par le Parlement
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top