Ballot screen : l'Europe adresse un carton jaune à Microsoft

24 octobre 2012 à 15h46
0
L'initiative était prévisible, la Commission européenne vient d'adresser une liste de griefs envers Microsoft au sujet des conditions de mise en place du choix du navigateur dans un système d'exploitation Windows. L'Europe reproche à la firme de ne pas avoir intégré ce ballot screen suffisamment rapidement au sein de Windows 7 SP1.

010E000002908880-photo-ie-web-ballot-screen-2.jpg
En 2008, l'Europe avait demandé à ce que les utilisateurs puissent effectuer un choix dans leur navigateur via une interface appelée « Ballot Screen ». Une plainte avait ensuite été déposée pour non-respect des conditions de mise en place de cette interface de choix au sein de Windows 7 SP1. Cette fois, la Commission européenne montre les dents puisqu'elle adresse à la firme une liste de griefs contenue dans un avis préliminaire.

« L'entreprise n'a pas respecté son engagement consistant à proposer aux utilisateurs un écran multi-choix leur permettant de sélectionner facilement le navigateur web qu'ils souhaitent. En 2009, la Commission avait rendu cet engagement juridiquement contraignant pour Microsoft », avance la Commission.

De son côté, Microsoft s'est dans un premier temps défendu en expliquant que le défaut d'implémentation de ce ballot screen était dû à une erreur technique. Toutefois, cet écran fut absent des OS de la firme pendant 17 mois. Microsoft aurait donc pu réparer cette erreur pendant ce laps de temps. « Entre février 2011 et juillet 2012, des millions d'utilisateurs de Windows dans l'UE ont ainsi peut-être été privés de l'écran multi-choix. En effet, Microsoft a reconnu que cet écran ne s'était pas affiché pendant cette période », affirme l'institution communautaire.

Pour l'instant, la procédure est au stade de la communication des griefs. Cela veut dire qu'aucune sanction n'a encore été prononcée par l'Europe. Microsoft devra en effet être entendu avant qu'une décision finale ne soit prise.

Malgré tout, la procédure pourrait être relativement rapide. Joaquin Almunia, le commissaire européen à la Concurrence, avait déjà précisé que le fait que Microsoft reconnaisse l'infraction aux règles de concurrence lui permettait de prononcer rapidement une sanction à son encontre. Il expliquait ainsi le mois dernier que: « l'infraction est là, elle a été présente pendant plus d'un an et c'est évident qu'il nous faut réagir. Ce n'est pas seulement la distorsion de la concurrence pendant cette période qui nous préoccupe, mais c'est très grave de mon point de vue de ne pas appliquer les engagements contraignants qui avaient été inclus dans la décision sur Microsoft ».

Dans ce cas précis (le non-respect d'une procédure contraignante), l'entité reconnue responsable peut avoir à régler une amende allant jusqu'à 10 % de son chiffre d'affaires annuel total. Pour autant, le fait que Microsoft ait reconnu les faits pourrait jouer en sa faveur.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top