Avis Tidal (2021) : catalogue, qualité sonore, tarifs… La plateforme de streaming musical de Jay-Z peut-elle concurrencer les leaders du secteur?

07 décembre 2021 à 08h20
8
tidal
© Tidal

Longtemps conspué par les amateurs de musique en streaming, Tidal a su opérer une véritable remontée dans le cœur des consommateurs réguliers de ce type de service, notamment grâce à une communication fondée sur le respect des artistes et sur leurs revenus. Mais peut-on réellement dire que Tidal est une véritable alternative de taille face aux poids lourds du streaming musical (Apple Music, Spotify) en 2021 ? C’est ce que nous allons tenter de découvrir.

Tidal
  • L'une des meilleures qualités audio du marché
  • Un acteur en pleine croissance
  • Une interface simple d’utilisation et suffisamment classique pour attirer tous les types de public
  • Un énorme catalogue de plus de 80 millions de titres et 350 000 vidéos/clips/lives
  • Un tarif un peu élevé pour profiter du potentiel maximum de l’app
  • Un léger manque d’originalité dans sa présentation sur tous les supports
  • Quelques lacunes en accessibilité
  • Un algorithme de recommandations moins développé qu’ailleurs

Tidal, la plateforme avec et pour les artistes

L’histoire de Tidal est tout aussi intéressante que l’ascension du service au fil des années, car originellement, peu d’analystes misaient dessus. C’est en 2014 que la société suédoise Aspiro a lancé Tidal, uniquement dans son pays d’origine. Grâce à des accords commerciaux avec des majors et des labels indépendants, la plateforme a rapidement bénéficié d’un petit succès en Suède et a suscité l’intérêt d’investisseurs majeurs américains, comme celui d’un certain Jay-Z.

Le rappeur et sa société Project Panther Ltd ont ainsi racheté l’entreprise Aspiro en 2015 pour 56 millions de dollars et ont vite commencé à faire parler d’eux. En mars de la même année, Jay-Z a lancé le service dans le monde entier en fanfare à New York, en compagnie de nombreux autres artistes internationaux comme Beyoncé, Madonna, les Daft Punk ou encore Kanye West.

Tidal © Tidal
© Tidal

La philosophie de la plateforme est la suivante : offrir une meilleure redistribution des revenus aux artistes et aux maisons de disques. De cette manière, Tidal verse 75 % des revenus des artistes aux ayants droit, alors que Spotify n'en donne que 70 %. Le service a donc vite été présenté comme la plateforme modelée à l’image des artistes et la plus rentable pour ces derniers.

Mais, seulement trois semaines après cette commercialisation, le P.-D.G. de Tidal et ses 25 employés ont été mis à la porte pour une raison simple : la plateforme a reçu des retours mitigés, et ses chiffres sont décevants. Tout portait à croire que le projet allait couler dans les mois qui suivraient, mais finalement, Tidal a su remonter la pente au fil des années et proposer une alternative crédible aux géants du streaming musical que sont Spotify ou Apple Music.

Que permet Tidal ?

Offre

Si Tidal a su se démarquer de ses concurrents dès sa mise en service en 2015 grâce à une philosophie permettant de récompenser les artistes pour leurs efforts, il reste néanmoins important de mentionner qu’un changement de stratégie a été opéré depuis quelques années. En effet, aujourd’hui, Tidal est considéré comme l'une des plateformes proposant l’une des meilleures expériences utilisateur du marché, notamment grâce à une qualité d’écoute supérieure à la moyenne et à une interface accessible à tous.

Tidal © Tidal
© Tidal

Ainsi, Tidal est un service de streaming musical et vidéo qui permet l’écoute en haute qualité de plus de 80 millions de chansons issues d’univers et de genres différents. L’idée était d’apporter un service idoine à la fois aux artistes et aux audiophiles. Il semblerait que Project Panther Ltd remplisse de plus en plus cette mission depuis 2015, et ce, malgré un lancement spectaculaire largement contesté par les observateurs du milieu.

Qualité d'écoute

Parmi les principaux arguments proposés par Tidal en faveur de la plateforme, on retrouve ainsi une qualité d’écoute supérieure à celle proposée par la concurrence. Si cette affirmation était vraie il y a encore quelques années, elle est en train de s’estomper depuis plusieurs mois. Résumons simplement.

Tidal propose deux sortes de qualité d’écoute. La version classique permet l’accès à une qualité 16 bits à 44,1 kHz pour 9,99 euros par mois. L’offre Tidal HiFi Plus donne quant à elle accès à une qualité 24 bits à 192 kHz, le tout pour 19,99 euros par mois. Ce qui différencie ces deux offres en matière de son, c’est que la première offre une qualité CD tandis que la seconde permet un accès à un son Masters. Par ailleurs, l’offre à 20 euros environ donne la possibilité de profiter de l’audio spatial en supplément.

Tidal © Tidal
© Tidal

Si aucun autre service (hormis peut-être Qobuz) ne proposait une telle qualité sonore à ses abonnés il y a encore quelques années, tout a changé en l’espace de quelques mois, avec notamment l’arrivée du lossless sur diverses plateformes comme Apple Music, Amazon Music HD ou encore Deezer. Ces dernières offrent toute la possibilité d’accéder à une qualité CD (pour peu que l’on possède le matériel nécessaire pour en profiter complètement). 

Autrement dit, la différence de Tidal par rapport à sa concurrence ne réside plus vraiment dans le fait de proposer une qualité CD sur l’ensemble de son catalogue, mais plutôt dans celui d’avoir mis la qualité Masters à disposition de ses abonnés (pour un tarif plus élevé). Pour faire clair, on ne tirera parti de la qualité optimale offerte par Tidal que si l’on possède l’outillage nécessaire pour la mettre en valeur. Le service s’adresse donc aux plus zélés des audiophiles, car il sera aussi possible de trouver un son d’excellente qualité chez la concurrence, et pour le même prix. 

Il reste malgré tout possible de discerner une véritable différence sonore si l’on possède un bon casque grand public comme le Bose Headphones 700 ou le Sony WH-1000XM4. Ces appareils permettent de se faire une bonne idée des améliorations apportées par la qualité CD ou Masters, même s’ils ne les subliment pas autant qu’une bonne paire d’enceintes.

Appareils

L’accessibilité est sans aucun doute l’une des principales tares de Tidal. Alors que des Spotify ou des Deezer sont disponibles et accessibles sur l’immense majorité des plateformes attendues (TV connectées, objets connectés, assistants, smartphones, Windows, MacOS, Web, etc.), il faudra faire quelques concessions pour accéder à Tidal un peu partout.

En effet, si l’on peut utiliser la plateforme via son application web, Windows, MacOS ou sur mobiles avec iOS et Android, il est en revanche plus compliqué d'y avoir accès sur d’autres types de supports. Ainsi, Tidal n’est pas accessible via le Google Home, le HomeKit d’Apple ou même sur les consoles de salon des deux dernières générations (Playstation Store, Xbox Store). Un domaine dans lequel Tidal pêche réellement par rapport à sa concurrence la plus directe.

Prix

Parallèlement à la qualité sonore supérieure proposée par Tidal par rapport à la concurrence, le service se démarque aussi par ses tarifs plus onéreux qu’ailleurs, notamment pour profiter du maximum des capacités permises par l’application. L’avantage, c’est que de nombreuses offres sont proposées aux utilisateurs, en fonction des besoins de ces derniers. 

Ainsi, parmi les abonnements proposés pour accéder au contenu et au service Tidal, on retrouve :

  • Un abonnement individuel classique HiFi au tarif de 9,99 euros par mois qui permet entre autres d’accéder à la qualité de son Hi-Fi (jusqu’à 1 411 kbps), à plus de 80 millions de titres et 350 000 vidéos, et à Tidal Connect pour profiter de la plateforme sur ses appareils compatibles. Par ailleurs, aucune publicité ne vient interrompre le service, et il est possible de télécharger au préalable ses chansons préférées pour les écouter hors ligne.

  • Un abonnement HiFi Famille à 14,99 euros afin de profiter de tous les avantages de l’abonnement individuel pour 6 personnes sur le même compte (chacun des membres possède par ailleurs son propre algorithme de recommandations et sa propre bibliothèque).

  • Un abonnement étudiant qui reprend toutes les caractéristiques de l’abonnement individuel classique, mais pour un tarif moindre de 4,99 euros par mois.

Tidal © Tidal
Tidal © Tidal

© Tidal

Par ailleurs, toutes ces offres bénéficient de variantes :

  • Avec l’abonnement Tidal HiFi Plus Individuel, on bénéficie de toutes les fonctionnalités permises par l’abonnement HiFi classique, avec en sus la qualité sonore haute fidélité sans pertes, un son Master Quality Audio jusqu’à 9 216 kbps et le son immersif 360 Dolby Atmos. Par ailleurs, 10 % de l’abonnement est directement reversé aux artistes que l’on écoute le plus. Toutefois, pour profiter de cette offre supérieure, il va falloir y mettre le prix : 19,99 euros par mois pour être un abonné Tidal HiFi Plus. 

  • L’abonnement Tidal HiFi Plus Famille reprend toutes les qualités de l’abonnement HiFi Plus, mais pour 6 personnes sur le même compte. En revanche, il faudra débourser 29,99 euros par mois pour profiter de cette offre.

  • Enfin, l’abonnement Tidal HiFi Plus étudiant est une variante de l’offre individuelle, mais pour un coût plus bas : 9,99 euros au lieu de 19,99 euros par mois.

Tidal © Tidal
Tidal © Tidal

© Tidal

D’autre part, Tidal permet, pour toutes ces offres, de profiter d’une offre d’essai pendant un mois, histoire de se faire une idée du service avant de décider de prolonger ou de résilier son abonnement. Néanmoins, contrairement à de nombreux autres services comme Spotify ou Deezer, il n’est pas possible d’utiliser Tidal gratuitement (en échange de l’apparition sporadique de publicités, par exemple). Non, là, il faut obligatoirement passer par la case abonnement.

Ainsi, si l’on s'appuie sur les prix du marché, Tidal se place assez clairement dans la fourchette haute des services de streaming musical à l’heure actuelle. 19,99 euros par mois pour profiter du maximum de la qualité audio proposée par la plateforme est un prix un peu élevé, notamment par rapport à d’autres services qui proposent le lossless pour la moitié de ce prix (Apple Music, par exemple). Il est par ailleurs important de préciser que la qualité Master jointe à l’offre HiFi Plus n’est pas réellement discernable à l’oreille si l’on ne possède pas un excellent matériel audio, ce qui est le cas de l’immense majorité des consommateurs de musique en ligne.

Autrement dit, l'intérêt de Tidal par rapport à ses tarifs peut vite sombrer, d’autant que de nombreux autres services ont su proposer une amélioration de la qualité audio sans surcoût. Néanmoins, pour le commun des mortels, l’abonnement HiFi individuel classique devrait largement suffire. 

Catalogue

Avec plus de 80 millions de titres disponibles en qualité audio supérieure, Tidal fait partie des plateformes qui proposent le plus de chansons sur le marché à l’heure actuelle. Que l’on apprécie les stars de la musique mainstream ou les plus obscurs des artistes indépendants, il y a de fortes chances pour que l’on puisse retrouver ce que l’on souhaite sur ce support.

En plus de la musique, Tidal propose également plus de 350 000 vidéos qui vont du clip au podcast, en passant par des lives musicaux. Par ailleurs, contrairement à de nombreuses autres applications qui offrent cette fonctionnalité, celle de Tidal est très largement mise en avant pour son accès rapide. En effet, on peut retrouver les vidéos disponibles sur le service directement en bas de l’écran grâce à un onglet consacré.

Pour la radio, il faut bien avouer que Tidal souffre d’un véritable retard par rapport à d’autres services. Si l'on peut peut trouver une multitude de radios hertziennes et préparées exclusivement sur Apple Music, il n’y en a pas, ou peu en fonction de sa région, sur Tidal. Néanmoins, le service n’est pas exempt de personnalisation et de recommandations pour autant.

Tidal © Tidal
Tidal © Tidal

© Tidal

Ainsi, dès le lancement de l’application pour la première fois (et une fois que l’utilisateur s’est abonné au service), Tidal propose de choisir parmi une liste d’artistes ceux qui correspondent le plus aux goûts du consommateur. En s'appuyant sur ces choix, la plateforme propose un accès direct à des playlists de recommandations en fonction des goûts de l’utilisateur. Néanmoins, on regrette qu’il faille utiliser l’application pendant quelque temps avant de voir l’algorithme de recommandations s’affiner. Au premier abord, on se retrouve avec des propositions d’écoute un peu classiques, surtout pour un iconoclaste. D’ailleurs, on découvre un nombre beaucoup plus grand de playlists éditorialisées (c’est-à-dire fondées sur une curation de la part des experts de Tidal, et non pas sur les goûts de l’utilisateur) par rapport aux playlists personnalisées, ce qui reste dommage dans l’ensemble.

Autre regret par rapport à Apple Music, Spotify ou Deezer : aucune fonction sociale n’est encore proposée sur Tidal, ce qui réduit grandement la possibilité de personnalisation de l’application et n’offre pas de réel lien avec ses amis quant à la musique que l’on écoute et aime en commun. De plus, il n’est pas non plus possible de créer de playlists collaboratives, contrairement à Deezer, Qobuz, Spotify ou YouTube Music qui permettent de concocter des listes de lecture à plusieurs.

Accessibilité/interface

App web

L’application web de Tidal, que l’on peut utiliser à la fois sur Chrome, Firefox, Opera et autres, offre une expérience assez simple grâce à une interface directement inspirée des grands noms du domaine. Ainsi, les habitués de Spotify notamment ne seront pas dépaysés. En matière d’ergonomie et de feeling général, on a affaire à quelque chose d’extrêmement similaire au service original du leader suédois du marché. 

On retrouve ainsi les onglets « Accueil », « Explorer » et « Vidéos » sur la gauche de l’écran afin de découvrir de nouvelles musiques. Toujours dans le même menu, un peu plus bas, l’utilisateur a accès à tous les onglets liés à sa propre musique : ses mixes et radios, ses playlists, et ses albums, titres, vidéos et artistes préférés. L’accueil permet par ailleurs d’accéder à tout un tas de chansons, albums et playlists sur lesquels on peut cliquer pour atterrir sur un écran consacré selon chaque menu.

Tidal © Tidal
© Tidal

Une fois que l’on a choisi une musique, elle apparaît dans un bandeau en bas de l’écran avec une indication quant à sa longueur (et la possibilité d’avancer à n’importe quel instant de la chanson), la barre de volume et des boutons pour changer de chanson. Dans l’ensemble, il s'agit d'une expérience pratique pour tous, quel que soit le profil de l’utilisateur (néophyte ou vétéran).

App desktop

Tidal © Tidal
© Tidal

L’application desktop de Tidal ressemble en tous points à celle de la version web. On retrouve la même disposition pour les onglets ainsi que la même interface simple et accessible. L’avantage principal de cette version ? Il est possible d’y télécharger ses albums et chansons préférés, histoire de pouvoir les écouter hors ligne. Ce procédé est similaire à celui disponible sur les applications mobiles.

Apps mobiles

L’application mobile de Tidal (iOS et Android) ne sera une fois encore pas un motif de dépaysement pour l’utilisateur régulier de services de streaming musicaux, tant l’interface est similaire aux plus grosses plateformes du domaine. Ainsi, les onglets permettant d’explorer l’application, de découvrir les vidéos, de rechercher des titres ou des artistes, ou d’accéder directement à ses titres préférés sont disponibles tout en bas.

Contrairement à l’application web, il est possible de télécharger directement les chansons que l’on souhaite pour les écouter en mode hors connexion dès que l’on ne bénéficie pas de réseau ou de Wi-Fi (une option particulièrement pratique lors des déplacements, en train où le réseau peut être instable, ou en avion par exemple).

Tidal © Tidal
© Tidal

TV connectée

L’application Tidal est disponible sur de nombreuses smart TV. On peut ainsi caster directement le contenu du service sur sa TV grâce à Chromecast, à l’Apple TV ou aux appareils Fire TV. D’autre part, les TV Android et Samsung sont également compatibles avec Tidal, ce qui rend son utilisation particulièrement accessible sur ce type de support.

En revanche, comme pour beaucoup d’autres services de streaming musical, la version TV de l’application propose beaucoup moins de fonctionnalités que sur les autres supports.Il vaut donc mieux préparer ses playlists à l’avance sur les applications web, desktop ou mobile pour ensuite les lancer sur sa smart TV. En effet, la navigation est beaucoup moins agréable sur ce support, de par sa nature même (et à cause de l’emploi d’une télécommande).

Objets connectés et assistants personnels

Comme abordé précédemment, Tidal n’est pas compatible avec certains assistants personnels, comme le HomeKit ou le Google Home. D’autre part, il n’est pas encore possible de l'ouvrir sur les consoles de salon les plus populaires du moment, à savoir le Playstation Store et le Xbox Store.

Néanmoins, la plateforme compense cette lacune de compatibilité par un accès direct sur de nombreux autres supports. On peut ainsi la retrouver sur les montres connectées Apple Watch et Samsung Gear, les voitures Tesla, Mercedes-Benz, Lincoln, Volkswagen ou celles compatibles avec CarPlay et Android Auto, l’assistant personnel Amazon Alexa ou encore tout un tas d’enceintes connectées de chez Sonos, BlueSound, HiFi Rose et MusicCast (Yamaha), entre autres.

Conclusion

Malgré une très mauvaise presse lors de son lancement, jugé beaucoup trop spectaculaire par beaucoup, Tidal a su s’améliorer au fil des mois pour proposer une expérience de plus en plus satisfaisante pour les audiophiles. Ainsi, en couplant une meilleure rémunération pour les artistes en comparaison des autres services de streaming audio à une très belle qualité audio qui a, pendant longtemps, fait sa singularité, Tidal a su conquérir un public de plus en plus grand.

Et à raison : grâce à une interface simple d’utilisation (quoiqu’un peu trop inspirée des concurrents les plus sérieux dans le domaine à notre goût), une qualité sonore irréprochable permettant l’écoute d’un son Masters et un énorme catalogue de plus de 80 millions de titres musicaux et 350 000 vidéos disponibles, Tidal est indéniablement l'un des outsiders les plus féroces du marché.

Tidal © Tidal
Tidal © Tidal

© Tidal

Néanmoins, plusieurs facteurs le retiennent légèrement dans son ascension. D’abord, le prix de l’abonnement HiFi Plus, bien au-delà de ce que l’on trouve habituellement dans le marché. On peut par ailleurs aborder un manque d’accessibilité ou d’originalité dans l’interface, ce qui rend l’expérience utilisateur un peu moins satisfaisante que chez d’autres services, en fonction de ce que l’on cherche. Malgré tout, les nombreux efforts de la plateforme paient, et Tidal s’impose aujourd’hui comme l'un des outsiders les plus impressionnants du streaming musical.

Tidal

8

Tidal est un acteur en pleine croissance dans le domaine pourtant saturé du streaming musical. Malgré une concurrence toujours plus féroce, la plateforme a su faire son trou en proposant une expérience utilisateur de qualité, principalement centrée autour d’une qualité sonore supérieure, avec pour but de conquérir les audiophiles les plus zélés. En revanche, on regrettera son tarif un peu élevée et le manque d’originalité de son interface, ce qui l’empêche certainement de devenir l'un des leaders du marché.

Les plus

  • L'une des meilleures qualités audio du marché
  • Un acteur en pleine croissance
  • Une interface simple d’utilisation et suffisamment classique pour attirer tous les types de public
  • Un énorme catalogue de plus de 80 millions de titres et 350 000 vidéos/clips/lives

Les moins

  • Un tarif un peu élevé pour profiter du potentiel maximum de l’app
  • Un léger manque d’originalité dans sa présentation sur tous les supports
  • Quelques lacunes en accessibilité
  • Un algorithme de recommandations moins développé qu’ailleurs

Interface / Ergonomie 7

Accessibilité 8

Qualité audio 10

Rapport contenu / prix 8

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
7
Zebion
Tidal on aime ou on n’aime pas. Moi perso j’aime pas, j’aime pas l’interface, le catalogue, du moins ce qu’on présente en 1er plan est beaucoup trop axé sur du rap/r&b ce qui n’est pas ma musique préférée. Ca manque de playlist, radio. Et pour finir le prix est élevé pour avoir la meilleure qualité audio (je compare à Apple Music qui propose aussi du lossless pour le prix Hifi de Tidal).
Jsp75
Concernant la qualité, si vous avez un peu de temps, faites le test sur votre matos haut de gamme.<br /> abx.digitalfeed.net<br /> Is your audio system really ready for lossless?<br /> Do an ABX test in your browser, and see if you can tell the difference between lossless and lossy audio<br /> Si vous entendez pas la différence, vous ferez des économies.<br /> Si vous écoutez la musique au casque Bluetooth, ça ne sert pas à grand chose le lossless, les codecs Bluetooth sont « destructeurs ». Bonne écoute ! Idem pour une enceinte Bluetooth
Cleindori
La qualité, ça se paie. On ne va pas à l’opéra pour le prix d’un spectacle de rue.<br /> Sinon Tidal est disponible nativement (via son abo, bien sûr) sur les Tesla depuis quelques jours
makikos
Chez Spotify depuis des années, j’ai voulu essayer un service proposant une offre de qualité audio supérieure, et j’ai opté pour Tidal. L’interface est sobre et plutôt efficace, la version Android buggait assez souvent…arrêt de la lecture, impossible de lire des morceaux stockés hors connexion, rien de bien méchant mais obligé de relancer l’app…Pour la qualité, je n’ai probablement pas l’oreille assez exercée pour vraiment apprécier la différence sur une utilisation quotidienne, l’écoute sur une chaine Hifi avec DAC permet toutefois de saisir le saut qualitatif…mais c’est surtout le contenu éditorial et la relative faiblesse des algorithmes de suggestion qui m’ont déçus. Il faut faire l’effort d’aller fouiller dans l’immense catalogue pour découvrir de nouvelles pépites…pourquoi pas…mais au final, retour chez Spotify et ses nombreuses PL bien ciblées et ficelées.
Jsp75
L’habitacle d’une voiture est tout sauf un opéra… mais bon… si ça vous convient d’avoir le mastering audio 24 bit 96 kHz (bande passante utilisée en studio pour plus de practicité sur le mixage) avec le bruit de roulement. Chacun fait ce qui lui plait. Pour aller voir de l’opéra de temps en temps… Rien à voir avec une expérience hifi. Rien à voir… Sur les Tesla, c’est encore et toujours bête de pas avoir CarPlay ou android auto… mais c’est pas le sujet.
benben99
Tidal est excellent pour ceux qui savent apprécier la musique, qui ont l’argent pour se payer du bon matos, mais surtout ont une oreille qui fonctionne bien.<br /> Pour ceux qui n’ont pas une bonne oreille ou qui ont budget famélique, il y a toujours des services gratuits.
ABC
Il faut se calmer avec les catalogues de plus de 70 ou 80 millions de titres.<br /> Aussi ridicule que la course aux kHz…<br /> Un déballage marketing pour savoir qui aura la plus longue, mais pas la meilleure.<br /> Si on enlève les doublons qui représentent le plus gros de ces catalogues (une plaie sur ces plateformes, de nombreux titres sont présents dans des centaines d’albums et compilations dans des qualités souvent discutables), les versions live moisies ressorties des poubelles, les reprises et imitations douteuses… ça sera déjà beau s’ils atteignent les 10 millions de titres réels. Ce qui est déjà énorme.<br /> Et combien de qualité mieux que médiocre ? Combien de «&nbsp;must have&nbsp;» ? Quelques dizaines de milliers ? Le gros de ces plateformes tourne avec une part infime de leur catalogue. Plutôt que de faire la course aux chiffres, qu’ils aillent dénicher les talents !<br /> La vérité, c’est que ces plateformes (Apple, Tidal, Amazon, Spotify, Qobuz, Deezer… ) qui laissent croire qu’elles ont tout ou presque sont archi polluées. De plus elles ont de grosses lacunes chacune dans différents styles. Par exemple en classique ou en world music. Mais le pire c’est pour les musiques électroniques. Des milliers d’artistes pointus et qualitatifs qu’on peut trouver aisément sur Discog, Soundcloud ou Beatport sont juste absents sur les grosses plateformes, ou au mieux présents partiellement. Probablement parce qu’issus de petits labels de niches, destinés aux professionnels (DJs…), mais qui réunis représentent énormément de titres, un vrai public et une part essentielle de la culture (ou subculture) actuelle.<br /> Résultat, si on aime plusieurs styles allant du classique à la house, en passant par le jazz ou l’électro, il faudra s’abonner à une ou plusieurs plateformes et combler leurs lacunes avec des achats dans les boutiques spécialisées. L’intérêt en prend un coup.<br /> Ces plateformes sont adaptées pour la musique mainstream ou si on n’aime pas aller chercher le morceau rare hors des sentiers battus.
ABC
Je partage votre avis.<br /> Un album de Jul en 24 bit 96 kHz, c’est comme une boite de flageolets peinte en doré.<br /> Si on revenait à l’essentiel ?
Voir tous les messages sur le forum

Derniers avis

Avis eToro (2022) : test complet de cette plateforme alléchante mais déconseillée pour les débutants
Avis NordVPN (Test 2022) : est-ce le VPN le plus premium à ce prix (mini) ?
Avis Arc Browser : plus qu’un navigateur, un système d’exploitation pour Internet
Avis Libertex (2022) : une plateforme trading multi-actifs avec plusieurs années d'expérience !
Avis Apple iCloud (Test 2022) : un service cloud optimisé pour les Mac, iPhone et iPad
Avis Intego Antivirus Premium (Test 2022) : un antivirus dans la moyenne
Avis PureVPN (Test 2022) : peut-il revenir dans la course des meilleurs VPN ?
Avis Google Drive (Test 2022) : une solution de stockage et de synchronisation ultra complète
Avis pCloud (Test 2022) : notre test complet du stockage en ligne suisse sécurisé
Avis kDrive (Test 2022) : une séduisante alternative aux géants du stockage en ligne
Haut de page