Ebooks : 4 applications pour Android, iPhone et iPad

Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique
06 août 2010 à 10h08
0

Conclusion

0000007803429342-photo-books-2.jpg
Arrivé au terme de ce tour d'horizon des lecteurs d'ebooks pour appareils mobiles, le constat qui s'impose est toujours le même lorsqu'on évoque le sujet. Si en théorie, le livre électronique, sans remplacer son « ancêtre » papier, propose quelques avantages, cette théorie est démolie par plusieurs freins, toujours les mêmes. Le premier est l'incompatibilité des DRM entre eux, voire la présence de DRM dans son ensemble. Les DRM ont empoisonné le développement de la musique en ligne, n'apportant que des inconvénients pour l'utilisateur, sans faire preuve de la moindre efficacité dans la lutte contre le piratage. Il est regrettable que les autres industries de contenu n'aient pas encore franchi le pas, tardif, de l'industrie du disque qui a fini par proclamer leur obsolescence.

Le second frein est le prix des ouvrages payants, franchement pas avantageux par rapport à une édition papier. Là encore, l'histoire se répète : les albums dématérialisés sont à peine moins chers que des CD Audio ou des vinyles, et les films en téléchargement sont parfois plus chers qu'un DVD, sans les bonus et sans la VO. Ici, le son de cloche n'est guère différent : des livres que l'on trouve au format poche en librairie sont vendus au prix fort en ligne ! Sans compter que les catalogues sont encore largement en retard : on estime à environ 50 000 le nombre d'ouvrages numérisés par les maisons d'édition françaises (contre 600 000 sur le Kindle Store américain d'Amazon !). Apparemment, la tendance commencerait à bouger : une bonne partie des livres prévus pour la rentrée littéraire serait disponible en version numérique.

0000012C03428230-photo-kindle-android-progression.jpg
0000012C03428448-photo-ibooks-ipad-lecture.jpg


Ceci étant dit, quid des applications testées ? Dans l'ensemble, sur un plan purement technique, nous avons été séduit par la totalité d'entre elles. Notre préférence personnelle va cependant à Stanza sur iOS, qui fait preuve d'un peu plus d'originalité dans ses fonctionnalités que Kindle et iBooks (dictionnaires parfois insolites, possibilité de créer des catégories, personnalisation complète de la mise en page...). Il manque quelques petits détails à Aldiko sur Android pour se hisser au même niveau, mais l'application ne démérite pas pour autant. Kindle et iBooks jouissent quant à eux de l'expérience et du catalogue payant d'Amazon et Apple. Néanmoins, à l'heure actuelle, celui d'Amazon ne concerne que les lecteurs anglophones, et celui d'Apple se calque sur les maisons d'édition françaises (en plus des classiques libres de droit que l'on trouve sur les deux boutiques), avec la quantité très limitée d'ouvrages qui s'en suit. De leur côté, Stanza et Aldiko ne prennent en charge aucun DRM, et se ferment donc à ces catalogues commerciaux (jusqu'à ce que les DRM tombent enfin ?), mais mettent en valeur un catalogue libre de droit particulièrement bien intégré dans les deux cas, et riche de nombreux classiques de la littérature que l'on gagne toujours à découvrir ou redécouvrir.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Darkest Dungeon 2 tease sa sortie en accès anticipé sur l'Epic Games Store en 2021
Samsung se rapproche de la « vraie » technologie QLED autoémissive
RED by SFR casse les prix sur ses forfaits 4G sans engagement
Forfait mobile : on compare les 10 meilleures offres sans engagement de ce mois d'octobre
Raya and the Last Dragon, le prochain film d'animation Disney, montre une bande-annonce
La Suède bannit à son tour Huawei et ZTE de son équipement en 5G
L'Ubisoft Club et Uplay fusionnent pour devenir Ubisoft Connect
Windows 10 20H2 (octobre 2020) : dates, nouveautés, tout savoir sur la mise à jour
L'éditeur Devolver Digital rachète Croteam (Serious Sam)
PayPal va proposer des paiements en crypto-monnaies dès 2021
scroll top