G-Sync : la réponse de NVIDIA aux tearing / stuttering

le 18 octobre 2013 à 18h36
0
00F0000006724180-photo-nvidia-g-sync.jpg
À Montréal, NVIDIA avait rassemblé la presse hardware mondiale afin de présenter le module G-Sync : la solution de la société aux problèmes de tearing, de lag et de stuttering rencontrés par les joueurs PC.

Avant d'entrer dans les détails de cette solution, Jen-Hsun Huang a tenu à expliquer à un parterre d'initiés le pourquoi de ces problèmes : de manière schématique, tout découle du manque de synchronisation entre la carte graphique et le moniteur. Un problème que l'option V-Sync permet de corriger partiellement, mais pas de manière convaincante puisqu'elle génère un tearing (ou déchirement) important.

NVIDIA a donc fait plancher ses ingénieurs et le résultat de leurs travaux tient en un module baptisé G-Sync. Petite carte électronique (en photo ci-dessus), le G-Sync s'intègre au moniteur afin de gérer la fréquence de rafraîchissement de ce dernier pour qu'elle soit plus en phase avec la vitesse d'animation du jeu.

Sur le papier, l'idée est toute simple : plutôt que d'opérer à fréquence fixe, le moniteur ajuste la diffusion de l'image à la vitesse de calcul du GPU. Du coup, la synchronisation entre les deux est parfaite et l'effet de tearing est supprimé alors, bien sûr, que le lag est inexistant puisque nous parlons ici de technologie compatible Kepler, c'est à dire de GPU plutôt véloces par nature.

00F0000006724470-photo-nvidia-g-sync.jpg
Dans la pratique, cette petite carte vient remplacer le scaler des moniteurs traditionnels et nécessite donc de posséder un GPU Kepler (GeForce GTX 600 et supérieur) sur sa carte graphique. À l'heure actuelle, seuls quatre fabricants d'écrans ont signé avec NVIDIA (Asus, BenQ, Philips et Viewsonic), mais d'autres vont sans doute suivre le mouvement.

Nous avons pu assister évidemment à une convaincante démonstration de cette technologie avec l'exemple d'une pendule et celui du dernier Tomb Raider de Crystal Dynamics. Précision utile : si la vitesse d'animation est très élevée alors le système se cale aux possibilités du moniteur afin que tout reste toujours parfaitement synchronisé.

NVIDIA n'a encore donné aucune idée du surcoût pour les moniteurs G-Sync approved, ni aucune date de disponibilité.

01E0000006724260-photo-nvidia-g-sync-partenaires.jpg


Màj du 06/02/2014 : notre test de G-Sync a depuis été publié.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Sono Sion, la voiture électrique rechargeable à l'énergie solaire, sera construite dans des usines suédoises
L'app e-santé Google Fit est disponible sur iOS
Airbnb veut produire des émissions pour inviter les voyageurs... au voyage
Démonté sur YouTube, le Huawei P30 montre son zoom périscopique
5G : Theresa May ignore les États-Unis et autorise Huawei (partiellement)
Tesla accuse une perte nette de 700 millions dans ses résultats financiers du 1er trimestre
Honor perd un prototype dans un train en Allemagne et offre 5000 € pour son retour
Comparatif 2019 : quel est le meilleur vidéoprojecteur ?
🎯 French Days 2019 : plus que quelques heures avant le Black Friday à la française !
Apex Legends : EA cesse de payer les streamers, les diffusions baissent de 75% sur Twitch
 Ford investit 500 millions dans Rivian : un nouveau véhicule électrique en approche
Peu avant sa sortie, Days Gone annonce déjà son premier DLC (mais il est gratuit)
Microsoft publie d'excellents résultats trimestriels, encore une fois portés par le cloud
Le design des Google Pixel 3a a fuité et surprise... vous n’allez pas être surpris !
Apple : les claviers de MacBook désormais réparés en une journée ouvrée ?
scroll top