Intel Core i3/i5 mobiles et AMD Radeon HD 5000

19 février 2010 à 15h40
0
Après la déclinaison mobile de son Core i7 avec le Clarksfield, Intel remet ça et nous propose maintenant l'Arrandale, le petit frère du Clarkdale destiné aux PC portables.

Alors que notre récent test du Core i7 mobile a mis en lumière la consommation excessive d'un processeur qui ne se destinait pas franchement à un usage mobile, que faut-il attendre de l'Arrandale ? Gravé en 32 nm contre 45 pour son prédécesseur, le petit dernier de chez Intel devrait en principe offrir une autonomie plus large aux portables qu'il équipe.

Quid également des performances de ces processeurs ? Le Core i5 propose le mode Turbo revisité à l'occasion de la sortie des Clarksfield, alors que les Core i3 ne profitent pas de cette option que nous étudierons dans le détail.

Nous profiterons de ce test pour évoquer également les derniers modèles de puce graphique de chez AMD, avec la série Radeon Mobility HD 5000. Que valent ces puces graphiques DirectX 11 pour portable, présentées au dernier CES ?

C'est à travers le test de quatre machines différentes que nous tenterons de vous apporter notre avis sur ces nouveaux composants qu'abritent déjà certains modèles du commerce.

0190000002896912-photo-intel-core-i5.jpg

Sommaire :

Un circuit graphique associé au processeur

Dans notre récent dossier consacré aux processeurs Intel Core i5 (voir Intel Core i5 661: la 3D s'invite dans le processeur), nous détaillions les derniers nés d'Intel et plus particulièrement leurs architectures. En effet, les puces Clarkdale comportent deux dies. Leur déclinaison mobile, nom de code Arrandale, sont conçus de la même façon, avec d'un côté le CPU gravé en 32 nm, et de l'autre ce qu'Intel nomme le Media Complex, un circuit graphique amélioré.

Nous reviendrons au CPU en lui-même plus avant, mais arrêtons nous un moment sur ce Media Complex. Il est en fait composé d'un circuit graphique, mais abrite également le contrôleur mémoire et le contrôleur PCI-E, deux éléments que l'on trouvait sur le die des Lynnfield, les processeurs Nehalem de seconde génération. Le circuit graphique est gravé en 45 nm et possède 12 unités d'exécution. Côté logiciel, si DirectX 10 et OpenGL 2.1 sont gérés, pas question pour l'instant de DirectX 10.1 ou 11. Pas de mémoire dédiée non plus bien évidemment : le Media Complex puise dans la mémoire vive du portable pour officier.

0190000002693220-photo-intel-core-i5-661-architecture-foils-2.jpg


L'intérêt d'une telle association ? La présence non plus de trois puces (processeur, northbridge et southbridge) sur la carte-mère, mais seulement de deux composants (le processeur et le northbridge se trouvant sur la même puce). Le gain pour les constructeurs d'ordinateurs portables est significatif en terme de simplicité d'assemblage. Autre avantage : le mode hybride (ou Switchable Graphic), qui permet aux plates-formes Intel (depuis Montevina) de passer d'un circuit graphique intégré vers un GPU dédié sans reboot, prend ici tout son sens si cette spécificité est correctement exploitée de façon logicielle pour améliorer l'autonomie des portables. En revanche, la présence du contrôleur mémoire sur l'IGP (le Media Complex) réduit significativement la bande passante mémoire théorique du processeur par rapport aux versions Lynnfield des Core i7.

Les performances en 3D ne sont pas à la fête non plus : celles du circuit graphique intégré sont particulièrement faibles (voir Intel Core i5 661: la 3D s'invite dans le processeur). Intel vante toutefois les mérites de sa solution en matière de décompression HD : un Core i3 peut décoder le flux vidéo issu d'un Blu-ray alors qu'Intel a également eu la bonne idée d'intégrer nativement un circuit audio 7.1 capable de véhiculer les flux audio haute définition de type DTS Premium ou Dolby True HD sur l'interface HDMI.

Nous avons pu vérifier que la lecture d'un film Blu-ray s'avérait effectivement très fluide, mais la charge du processeur nous a paru un peu trop élevée, avec une valeur oscillant autour de 30 %. En comparaison, un Core i5 430M associé à une GeForce GT 330M subit une charge inférieure à 10 % avec la dernière version de PowerDVD 9.

Du Arrandale en veux-tu en voilà

Intel n'a pas fait les choses à moitié avec sa gamme Arrandale et propose à ce jour pas moins de 11 processeurs différents dont voici les caractéristiques :

ProcesseursFréquence (GHz)Turbo Boost (GHz)
Core i3-330M2,13-
Core i3-350M2,26-
Core i5-430M2,262,53
Core i5-520M2,402,93
Core i5-520UM1,061,86
Core i5-540M2,533,06
Core i7-620M2,663,33
Core i7-620LM2,002,8
Core i7-620UM1,062,13
Core i7-640LM2,132,93
Core i7-640UM1,202,26


Vous aurez probablement noté l'absence de fréquence Turbo Boost pour les deux processeurs Core i3 et pour cause : ils ne sont pas équipés de cette fonctionnalité.

Notez que tous ces modèles sont des CPU double-cœurs et prennent en charge l'Hyper Threading. Quelques différences concernant les modèles M, LM et UM : les premiers possèdent un TDP de 35 Watts, les CPU de type LM affichent quant à eux une enveloppe thermique de 25 W alors que la série UM est la moins consommatrice en énergie avec un TDP de 18 Watts. L'une des raisons se trouve dans les fréquences de fonctionnement du circuit graphique présent sur la puce : elles sont respectivement de 166, 266 et 500 MHz pour les séries UM, LM et M. Intel a donc revu à la baisse ces fréquences par rapport aux versions desktop de ces processeurs.

Les Core i7 sont équipés de 4 Mo de mémoire cache de niveau 3, tandis que les Core i5 et i3 n'en possèdent que 3 Mo. Enfin, notez que tous ces processeurs gèrent la mémoire double canal de type DDR3-1066 à l'exception des CPU de type UM, qui se contentent de mémoire cadencée à 800 MHz.

Turbo Boost et fréquences dynamiques

Si les processeurs Arrandale sont naturellement très proches de leurs cousins desktop les Clarkdale, une subtilité échappe toutefois à ces derniers. Intel a en effet pourvu ses processeurs mobiles d'une amélioration du Turbo Boost dont bénéficient les Clarkdale et propose une gestion dynamique des fréquences. L'enveloppe thermique est véritablement partagée entre les deux dies et le Turbo Boost jusqu'à présent réservé au CPU est ici également proposé au circuit graphique.

Ainsi, si votre ordinateur ne nécessite aucun traitement graphique, le processeur sera autorisé à consommer davantage, et pourra donc fonctionner plus rapidement. Si au contraire c'est l'aspect graphique qui est sollicité, le CPU ralentira pour laisser le champ libre à une montée en fréquence du circuit graphique, dans la limite du TDP de l'ensemble.

Ainsi, les processeurs de la série M peuvent voir la fréquence du circuit graphique passer :
  • de 500 MHz à 766 MHz pour les séries M ;
  • de 266 MHz à 566 MHz pour les CPU de type LM ;
  • de 166 MHz à 500 MHz enfin pour les processeurs de la série UM.
Cette opération de répartition dynamique est invisible pour l'utilisateur qui laisse les algorithmes d'Intel optimiser au mieux les fréquences des composants en fonction de son utilisation. Notez enfin que si le Core i3 ne bénéficie pas de Turbo Boost pour le processeur, l'Intel HD Graphics est quant à lui prévu pour voir sa fréquence varier entre 500 et 667 MHz.

0190000002901806-photo-intel-core-i5-fr-quences-dynamiques.jpg
Modifié le 18/09/2018 à 14h42
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top