Dreamweaver CS4 & Expression Web 2.0 : le match

Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique
27 novembre 2008 à 17h56
0
01786102-photo-mike-blog.jpg
La création de sites Web fait, depuis des années, l'objet d'une guerre entre deux approches : les éditeurs dits WYSIWYG (pour What You See Is What You Get), qui permettent de réaliser un site sans mettre, à priori, les mains dans le code source, et le codage « à la main ». Les adeptes de la seconde méthode ont pendant longtemps critiqué, souvent à raison, les éditeurs WYSIWYG pour la lourdeur du code produit. Il faut rappeler à ce sujet que le langage HTML, à la base, n'est qu'une série de balises destinées à formater du texte. L'explosion du Web commercial à la fin des années 90 a incité les Web designers à l'utiliser pour quelque chose de totalement imprévu : la mise en page. Pour cela, et pendant longtemps, la méthode principalement utilisée pour contourner les limitations du langage était de détourner les tableaux, censés être utilisés uniquement pour afficher des données. Cette méthode a été embrassée et revendiquée par les éditeurs WYSIWYG qui ressemblaient de plus en plus à des logiciels de PAO, et notamment les ténors du genre qu'étaient à l'époque Dreamweaver, Frontpage ou GoLive.

Néanmoins, ces dernières années, la tendance à un plus grand respect des standards s'est développée, et notamment celle de la séparation du contenu et de la présentation, rendue possible par la généralisation des feuilles de style CSS (Cascading Style Sheets). Si cette manière de créer des sites se prête particulièrement bien à la méthode « manuelle », les éditeurs WYSIWYG comme Dreamweaver ont emboité le pas, et délaissent de plus en plus la mise en page par tableaux pour améliorer la prise en charge des CSS dans leurs interfaces. Le paysage a également changé : Microsoft a arrêté Frontpage et Adobe a racheté Macromedia, l'éditeur de Dreamweaver, pour faire de ce dernier son logiciel de création de site (et abandonner GoLive). On aurait pu penser qu'Adobe dispose d'une position de monopole, mais Microsoft a su recomposer, autour de la marque Expression, une gamme de logiciels créatifs, contenant notamment Expression Web, un successeur beaucoup plus avancé de Frontpage. Alors que des nouvelles versions de ces deux logiciels sont récemment sorties, nous les mettons face à face. Le challenger saura-t-il déposséder le champion du monde de sa ceinture ? Comment les éditeurs WYSIWYG modernes gèrent-ils en parallèle le code et la création visuelle de sites ? Tentons d'y voir plus clair.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
scroll top